Geek

La version 11.10 d’Hybride est arrivée

Cette nouvelle version de la surprenante distribution Hybride 11.10 32 bits est basée sur Ubuntu 11.10. Elle est une évolution d’Hybryde ElodoradOS. Pour mémoire, cette distribution permet d’essayer tour à tour KDE, Gnome 3, Unity 2D, Gnome Panel, Xfce, E17, Lxde, OpenBox, Fleex et maintenant Unity 3D Ses auteurs mettent en avant le fait qu’Ubuntu 11.10 Oneiric Ocelot est une base de premier choix pour le bon fonctionnement d’Hybryde et ce pour plusieurs raisons :

  • Ubuntu a su tirer parti des remarques et déceptions occasionnées par Ubuntu 11.04 Natty Narwhal.
  • Évolutions importantes permettant d’installer KDE 4.7, Cairo-Dock et Gnome-shell à côté d’Unity sans avoir recours à du bricolage
  • Arrivée du nouveau noyau en version 3 qui entre autre gère nativement le driver Nvidia.

Pour cette nouvelle version, les développeurs ont opté pour la sobriété et se sont consacrés à la normalisation de tout ce qui fait tourner cette étonnante distribution. Les scripts sont de ce fait empaquetés sous le nom de « Hybryde-évolution » sur lesquels les copyrights sont apposés  en licence GPL.

Dans les nouveautés qu’il convient de citer, on notera l’apparition d’un centre de contrôle baptisé Hy-geek spécialement codé pour Hybryde et installé d’office sur cette dernière version. Unity 3D est également présent sur cette version même si à mon avis l’intégration n’a pas dû être de tout repos.

Enfin, cerise sur le gâteau, Hybryde 11.10 possède désormais son propre dépôt, ce qui permet l’automatisation des mises à jour de correction ou d’amélioration des paquets spécifiques précédemment cités.

En guise de conclusion, je me contenterai de reprendre l’ancien slogan d’une chaîne de télé : « Hybryde, la petite distribution qui monte… » et de féliciter une fois de plus toute l’équipe des développeurs qui continue à nous permettre  de visiter, tester, essayer tous ces différents environnements.

Amusez-vous bien.

Le site Hybryde

Télécharger Hybryde 11.10

 

Un écran de connexion LightDM animé sur Ubuntu 11.10 Oneiric Ocelot


Robert Ancell, le développeur de LightDm  s’est amusé a créer une version animée 3D de l’écran de connexion d’Ubuntu 11.10 Oneiric Ocelot à l’occasion de son discours lors du « Summit Desktop » de Berlin.

Comme  le montre la vidéo ci-dessous (désolé pour la qualité de cette dernière), il suffit de cliquer sur l’image associée à son nom d’utilisateur pour se connecter.

Afin que tout le monde puisse en profiter, The Crowd Greeter puisque ainsi il se nomme est disponible en PPA.

Bien évidement, comme il ne s’agit pas de dépôts officiels Ubuntu et qu’en plus Crowd Greeter n’est pas stable, ne l’installez que si vous savez ce que vous faites.

Pour profiter de cette animation, vous devez ouvrir un terminal et entrer la commande suivante :

sudo add-apt-repository ppa:lightdm-team/crowd-greeter && sudo apt-get update && sudo apt-get install crowd-greeter

Une fois Crowd Greeter installé, il faut aller modifier le fichier de configuration de LightDM. Pour l’ouvrir, entrer dans un terminal :

sudo gedit /etc/lightdm/lightdm.conf

Remplacez la ligne greeter-session=unity-greeter par greeter-session=crowd-greeter (elle se trouve sous [SeatDefaults])

Redémarrez votre machine.

Le code source est disponible chez Launchpad.

Amusez-vous bien.

Source : OMG Ubuntu

De vraies icônes météo dans conky

Suite à mon précédent billet sur Conky, Torp, un des lecteurs de ce blog m’a fait part cet été dans les commentaires de son souhait de remplacer les pictogrammes météo par de vraies icônes dont parle la documentation d’Ubuntu-fr. Comme il s’agissait de la période des vacances, je n’ai pas trouvé le temps d’explorer ce sujet. Torp est parvenu à force de recherches et de visites sur le Forum Ubuntu-fr à trouver SA solution et à se faire un sympathique Conky.

J’ai donc à mon tour cherché à reproduire ce type de conky car, il faut bien l’avouer, ces images sont beaucoup plus sympathiques que les pictogrammes.

Je suis alors moi aussi allé me promener sur le forum Ubuntu-fr afin de lire les posts que Torp m’avait indiqué, notamment les posts 879 et 880 de la page 36 et les posts d’Usm77 des pages 31 et 32 afin de me mettre au travail.

La réalisation de ce Conky a été longue et fastidieuse car la difficulté est d’une part de placer harmonieusement ces images dans le conky et d’autre part d’insérer ce dernier en fonction du fond d’écran mais avec un peur de patience, le résultat obtenu mérite que l’on y consacre un peu de temps.

Toutes les les icônes météo se trouvent déjà (si vous avez installé ConkyForecast) dans votre dossier usr/share/conkyforecast/image sauf celle représentant le thermomètre. Vous pouvez donc si vous la voulez la télécharger sur votre PC…

.. et l’enregistrer dans un dossier pix que vous créerez dans votre dossier .conky (le chemin ~/.conky/pix/thermo1.png sera important pour la suite).

Ce dossier étant créé, il va falloir modifier le fichier conkyForecast.template en ouvrant un terminal et en entrant la commande

gedit ~/.conky/conkyForecast.template

Mon conkyForecast.template se présente de la manière suivante :

${voffset 5}${goto 10}${font ConkyWeather:style=Bold:size=60}${image [--datatype=WI] -p 0,40 -s 90x90}${font}
${image $HOME/.conky/pix/thermo1.png -p 0,150 -s 40x40}${goto 60}${voffset 15}${font Bitstream Vera Sans Mono:style=Bold:size=16}[--datatype=HT --hideunits --centeredwidth=3]${font}
#/[--datatype=LT --hideunits --centeredwidth=3]
${voffset 10}${goto 10}${image [--datatype=BI] -p 0,205 -s 45x45}${goto 50}${voffset 25}${font Bitstream Vera Sans Mono:style=Bold:size=12}[--datatype=WS --imperial]
${goto 50}${font Bitstream Vera Sans Mono:style=Bold:size=12} [--datatype=WD]${font}  ${voffset -175}${goto 100}${color1}${font Bitstream Vera Sans Mono:style=Bold:size=15 les t}[--datatype=CT]${font}
# datatype OB=Station / CN=Ville
${voffset 20}${goto 120}${color3}Ville : $alignr${color1}[--datatype=CN]
${goto 120}${color3}Précipitations : $alignr${color1}[--datatype=PC --startday=0]
${goto 120}${color3}UV : $alignr${color1}[--datatype=UI] - [--datatype=UT]
${goto 120}${color3}Humidité : $alignr${color1}[--datatype=HM]
${goto 120}${color3}Point de rosée : $alignr${color1}[--datatype=DP]
${goto 120}${color3}Lever/Coucher : $alignr${color1}[--datatype=SR] / [--datatype=SS]
${goto 120}${color3}Pression : $alignr${color1}[--datatype=BR] - [--datatype=BD]
${goto 120}${color3}Lune : $alignr${color1}[--datatype=MP]
${color1}${voffset 40}${goto 25}[--datatype=DW --startday=1 --shortweekday]${offset 55}[--datatype=DW --startday=2 --shortweekday]${offset 55}[--datatype=DW --startday=3 --shortweekday] ${offset 55}[--datatype=DW --startday=4 --shortweekday]
${goto 30}${image [--datatype=WI --startday=1] -p 10,335 -s 45x45}
${goto 30}${image [--datatype=WI --startday=2] -p 95,335 -s 45x45}
${goto 30}${image [--datatype=WI --startday=3] -p 175,335 -s 45x45}
${goto 30}${image [--datatype=WI --startday=4] -p 265,335 -s 45x45}
${goto 15}[--datatype=HT --startday=1 --hideunits --centeredwidth=3]/[--datatype=LT --startday=1 --hideunits --centeredwidth=3]${goto 95}[--datatype=HT --startday=2 --hideunits --centeredwidth=3]/[--datatype=LT --startday=2 --hideunits --centeredwidth=3]${goto 180}[--datatype=HT --startday=3 --hideunits --centeredwidth=3]/[--datatype=LT --startday=3 --hideunits --centeredwidth=3]${goto 265}[--datatype=HT --startday=4 --hideunits --centeredwidth=3]/[--datatype=LT --startday=4 --hideunits --centeredwidth=3]
${image [--datatype=MI] -p 170,240 -s 35x35}
${voffset 5}${goto 5}${color3}Dernière mise à jour météo: ${color1}[--datatype=LU]${font}

Vous remarquerez que les images sont appelées par les commandes de type ${image [--datatype=WI --startday=1] -p 10,335 -s 45x45} où l’on retrouve dans l’ordre l’icône à utiliser (ne pas y toucher), la position de l’image et enfin sa taille. C’est sur ces deux derniers paramètres qu’il faut régulièrement intervenir afin de trouver les positions idéales de chaque image.

La ligne ${image $HOME/.conky/pix/thermo1.png -p 0,150 -s 40x40}${goto 60}${voffset 15}${font Bitstream Vera Sans Mono:style=Bold:size=16}[--datatype=HT --hideunits --centeredwidth=3]${font} va chercher l’image du thermomètre. Si vous l’avez mise ailleurs que dans le dossier pix indiqué précédemment, il suffit d’indiquer VOTRE chemin.

Une fois les icônes placées, il faut faire coïncider les jours de la semaine avec ces dernières. Il s’agit de la ligne

${color1}${voffset 40}${goto 25}[--datatype=DW --startday=1 --shortweekday]${offset 55}[--datatype=DW --startday=2 --shortweekday]${offset 55}[--datatype=DW --startday=3 --shortweekday] ${offset 55}[--datatype=DW --startday=4 --shortweekday]

{goto25} indique le retrait du premier jour et les {offset 55} l’espacement à respecter entre chaque jour.

Pour l’alignement des températures mini/maxi indiquées sous chaque icône, les modifications devront êtres apportées dans la ligne

${goto 15}[--datatype=HT --startday=1 --hideunits --centeredwidth=3]/[--datatype=LT --startday=1 --hideunits --centeredwidth=3]${goto 95}[--datatype=HT --startday=2 --hideunits --centeredwidth=3]/[--datatype=LT --startday=2 --hideunits --centeredwidth=3]${goto 180}[--datatype=HT --startday=3 --hideunits --centeredwidth=3]/[--datatype=LT --startday=3 --hideunits --centeredwidth=3]${goto 265}[--datatype=HT --startday=4 --hideunits --centeredwidth=3]/[--datatype=LT --startday=4 --hideunits --centeredwidth=3]

où chaque {goto xx} indique le retrait de chaque température.

Ces réglages se révèlent donc  relativement longs et fastidieux puisque si l’on ne veut pas faire d’erreur, il faut à chaque modification enregistrer le fichier, arrêter le conky ([Alt]+[F2] killall conky), redémarrer le conky ([Alt]+[F2] conky) et ce jusqu’à obtention du résultat escompté.

J’ai ensuite modifier mon fichier .conkyrc afin de le « caler » avec mon fond d’écran « The Oneiric Ocelot » (disponible ici) en entrant dans un terminal la commande

gedit ~/.conkyrc


Voici ce .conkyrc modifié :

# Configuration du Conky
# édité par Claude Picot : http://www.clapico.com/
# Inscrivez yes si vous souhaitez que Conky soit intégré à votre fond d'écran
background yes
# X font quand Xft n'est pas actif
#font 5x7
#font 6x10
#font 7x13
#font 8x13
#font 9x15
#font *mintsmild.se*
#font -*-*-*-*-*-*-34-*-*-*-*-*-*-*
# Inscrivez yes pour utiliser xft
use_xft yes
# Police à utiliser (Xft doit être actif)
xftfont Ubuntu Mono:size=11
# Text alpha quand Xft est utilisé
xftalpha 0.8
# Intervalle de rafraichissement en secondes
update_interval 1.0
# Nombre de fois où Conky dois se mettre à jour avant de quitter.
# Inscrivez 0 si vous ne souhaitez pas que Conky s'arrête.
total_run_times 0
# Créez une fenêtre indépendante au lieu d'utiliser le bureau (requis dans nautilus)
own_window no
# Réduire l'effet de scintillement
double_buffer yes
# Taille minimum de la zone de texte
minimum_size 420 0
maximum_width 420
# afficher les ombres
draw_shades yes
# afficher les contours
draw_outline no
# afficher les contours autour des textes
draw_borders no
# afficher les contours autour des graphiques
draw_graph_borders yes
# Espacement des séparations ?
stippled_borders 8
# Espacement des marges
border_margin 4
# largeur des contours
border_width 1
# Couleur par défaut du conky, ombres et contours
default_color white
default_shade_color black
default_outline_color white
# Utiliser sa propre fenêtre
own_window yes
# Effet de transparence
own_window_transparent yes
#Type de fenêtre
own_window_type override
own_window_hints undecorated,below,sticky,skip_taskbar,skip_pager
# Emplacement du texte
alignment top_left
#alignment top_right
#alignment bottom_left
#alignment bottom_right
# Ecart entre les bords du Conky et les bords de l'écran (permet de positionner le Conky sur l'écran)
gap_x 60
gap_y 35
# Soustraire là mémoire tampon à la mémoire utilisée
no_buffers yes
# Texte en Majuscules
uppercase no
# Nombre d'echantillons (processeurs pour faire la moyenne)
# Indiquez 1 si vous ne voulez pas la moyenne
cpu_avg_samples 2
# Nombre d'échantillons (réseaux pour faire la moyenne)
# Indiquez 1 si vous ne voulez pas la moyenne
net_avg_samples 2
# Forcez UTF8? (le support UTF8 support requiert XFT)
override_utf8_locale yes
# Ajoutez des espaces pour empêcher le mouvement des objets (ne concerne que certains objets)
use_spacer right
# Choix des couleurs
#color1 blue
#color1 ffcc99
color1 99FFFF
# light blue
color2 E0D6BA
# orange
#E77320
color3 FFFFFF
#color3 22ddee
#color3 3BFE00
# green
color4 78BF39
# red
color5 CC0000
text_buffer_size 2048

# tout ce qui suit TEXT sera repris dans le Conky

TEXT
${color3}Bienvenue sur $nodename $sysname $kernel
${color3}IP : ${color1}${addr wlan0}${color3} ESSID : ${color1}${wireless_essid wlan0}${color3} Signal WiFi: ${color1}${wireless_link_qual wlan0}%
${offset -5}${color3}${font Ubuntu:style=CleanCut:size=10} ${voffset -2}${font Ubuntu:style=Bold:size=11}Météo${font} ${hr}${color1}${execpi 1800 conkyForecast --location=FRXX4160 --template=~/.conky/conkyForecast.template}
${color3}
${color3}
${color3}
${color3}
${color3}
${color3}
${color3}Load :${color1} $loadavg
${color3}CPU Utilisé :${color1} $cpu% ${color3}${cpubar}
${color3}${cpugraph yellow FC8820}
${color3}Mémoire RAM :${color1} $mem/$memmax - $memperc% ${color3}${membar}
${color3}Utilisation du Swap :${color1} $swap/$swapmax - $swapperc% ${color3}${swapbar}
${color3}Température : ${color1}$acpitemp °C
${color3}Espace Disque
${color3}Libre : ${color1}${fs_free /}/${fs_size /} ${color3}${fs_bar /}
${color3}Processus :${color1} $processes ${color3} En cours :${color1} $running_processes
${color3}Utilisation du CPU
${offset 10}${color3}Nom ${alignr 50}PID ${alignr 20}CPU%
${offset 10}${color1}${top name 1} ${alignr 30}${top pid 1} ${alignr 15}${top cpu 1}
${offset 10}${color #888888}${top name 2} ${alignr 30}${top pid 2} ${alignr 15}${top cpu 2}
${offset 10}${color #888888}${top name 3} ${alignr 30}${top pid 3} ${alignr 15}${top cpu 3}
${color3}Utilisation de la Mémoire
${offset 10}${color3}${color3}Nom ${alignr 50}PID ${alignr 20}Mem%
${offset 10}${color1}${top_mem name 1} ${alignr 30}${top_mem pid 1} ${alignr 15}${top_mem mem 1}
${offset 10}${color lightgrey}${top_mem name 2} ${alignr 30}${top_mem pid 2} ${alignr 15}${top_mem mem 2}
${offset 10}${color lightgrey}${top_mem name 3} ${alignr 30}${top_mem pid 3} ${alignr 15}${top_mem mem 3}

Amusez-vous bien

 

 

Ubuntu 11.10 « Oneiric Ocelot » en Alpha 3 sur mon PC

À un peu moins de deux mois de la sortie officielle d’Ubuntu 11.10 « The Oneiric Ocelot » prévue pour le 13 octobre 2011, j’ai décidé pour la première fois de tester une version Alpha de ma distribution de prédilection. J’ai donc téléchargé l’iso de l’Alpha 3 afin de l’installer « en dur » sur mon PC de bureau.

Attention, n’installez cette version d’Ubuntu que si vous savez vraiment ce que vous faites puisqu’elle n’est actuellement qu’en cours de développement et que par conséquent sa stabilité est loin d’être garantie.

J’ai eu un instant de frayeur lorsque j’ai lu sur l’installateur « Bienvenue sur Ubuntu 11.04″ mais j’ai rapidement compris que les écrans repris dans ce dernier étaient ceux de la précédente version d’Ubuntu.

L’installation s’est déroulée sans difficulté particulière et j’ai redémarré ma machine sur le nouvel écran de connexion (LightDM à la place de GDM).

Une fois connecté, je suis arrivé sur un bureau avec un dock légèrement différent de de celui de Natty Narwhal puisque avec une icône Ubuntu servant à lancer le dash à la place du logo que l’on trouvait à gauche dans le tableau de bord. Les « Lenses » permettant d’accéder aux applications et aux fichiers ont disparu pour se retrouver dans le nouveau Dash transparent avec effet de flou sur les fenêtres ouvertes. Ce dash propose désormais quatre boutons.

  • Le premier propose un accès rapide à Internet, aux courriels, aux photos et à la musique. permettant de naviguer

  • Le deuxième donne accès aux applications installées ou disponibles dans la logithèque

  •  Le troisième correspond à la bibliothèque musicale

  • Le quatrième et dernier, quant à lui est consacré aux dossiers et documents.

Du coup, avec cette disparition du logo Ubuntu du tableau de bord, les boutons de la fenêtre activée en plein écran se retrouvent complètement à gauche du tableau de bord, notamment celui de fermeture et je clique souvent dessus par inadvertance pour « appeler » le dash; sans doute une mauvaise habitude  qui disparaitra à l’usage. Les boutons « Minimize » et « Maximize » sont quant à eux assez peu visibles.

Je ne reviendrais pas sur le fait que Thunderbird remplace Évolution comme client de messagerie puisque beaucoup de blogueurs ont déjà abordé ce sujet. D’ailleurs, la rubrique « Changements prévus » est disponible sur la documentation Ubuntu-fr. Je préfère donc me consacrer à l’ergonomie et à l’utilisation.

La présentation de Nautilus a elle aussi été revue et est plutôt agréable à regarder.

Le raccourci [Alt] + [Tab] a également été lui aussi revu de façon sympathique

Le Centre de contrôle est devenu « Paramètres système » et s’est réduit au minimum syndical et les personnalisations autres que la modification du fond d’écran y sont cruellement absentes.

Il est comme dans Natty Narwhal accessible depuis le bouton d’extinction…

…d’où la possibilité « Redémarrer » à disparue. Elle est heureusement proposée dès lors que l’on clique sur éteindre.

En ce qui me concerne, je n’irai pas plus loin que le changement du fond d’écran, la réduction et la réorganisation du dock et l’ajout des quelques applications qui me sont indispensables.

N’utilisant cette version que depuis ce matin, je n’ai actuellement rencontré aucun bug, ni freeze mais je n’ai pas eu le temps de tester énormément d’applications. J’ai désormais Ubuntu 11.10 Oneiric Ocelot installé sur mon PC principal, j’aurais donc tout le loisir de me rendre compte assez rapidement ce qu’il en est.

Amusez-vous bien.

Hybryde EldoradOS, ou comment essayer KDE, Gnome 3, Unity 2D, Gnome Panel, Xfce, E17, Lxde, OpenBox et Fleex

Je m’étais dit que je testerai cette dernière version d’Hybryde après mes vacances mais le destin en a décidé autrement. En effet, la clé USB bootable Ubuntu que j’utilise en vacances m’a lamentablement lâché et, comme fort heureusement j’avais installé Hybryde EldoradOS sur une autre, je n’ai pas eu d’autre choix que de l’utiliser pour me connecter et sincèrement, je ne l’ai pas regretté.

Pourquoi avais-je installé Hybryde sur une clé ? Revenons quelques jours en arrière. Avec l’arrivée d’Unity dans Ubuntu 11.04 Natty Narwhal, j’avais, courant juin écrit un courriel à Olivier, un des développeurs d’Hybryde afin qu’il me donne des nouvelles de la future version de cette OS atypique. Il faut dire que j’avais craqué sur la précédente, NirvanOS. La réponse d’Olivier ne tarda pas, elle arriva début juillet mais elle me laissa sur ma faim puisque l’intégration d’Unity 2D semblait poser quelques problèmes majeurs dont l’impossibilité de quitter la session dans la version « live » et la non conservation des lanceurs dans le dock. De plus, Babdu89 devait encore s’assurer du bon fonctionnement de Clean-Ubiquity qui gère la sauvegarde automatique du MBR lors de l’installation d’Ubuntu, ce qui se révèle indispensable dans le cas d’une installation en dual-boot avec Windows ou MacOS. Le chantier était donc loin d’être achevé. Ce n’est que fin juillet qu’Olivier m’avertit de la disponibilité d’EldoradOS que je m’empressai alors de télécharger en n’imaginant pas avoir le temps de l’essayer pendant mes vacances. Les quelques bugs restant sont désormais minimisés grâce à l’investissement de Nicos, Babdu89, Yannubuntu, Multiuser, l’équipe S3B et bien sûr Olivier sans oublier le travail de la Team Clean-Ubiquity.

Hybryde dispose donc à présent de trois nouveaux environnements :

  • Gnome 3

  •  Unity 2D

  • Fleex

Hybryde EldoradOS permet de découvrir et d’essayer différents environnements mais  utilise également des scripts de développeurs amateurs tel que Clean-Ubiquity, Hy-install et Fleex. Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, le site d’Hybryde a également été revu et corrigé puisque maintenant sans Flash, ni copyright. En bref : que du bonheur !
C’est donc sur EldoradOS en version Live-USB que j’écris ce billet. L’OS est stable, ne rame pas, ne plante pas et, si j’avais un seul reproche à émettre, ce serait d’avoir été obligé de modifier le clavier en « AZERTY » et d’installer la langue Française. J’imagine que la prochaine version sera d’emblée proposée pour un usage Francophone.

Pour conclure, installer Hybryde sur une clé bootable permettra au plus grand nombre non seulement de tester ces différents environnements mais également de les faire découvrir à tous ceux qui hésitent à faire le pas vers Linux et qui ne savent s’ils doivent s’orienter vers KDE, Gnome 3, Unity 2D, Gnome Panel, Xfce, E17, Lxde, OpenBox ou Fleex. Je tiens donc à remercier tous ces développeurs de l’ombre qui par cet énorme travail ont permis à Hybryde de voir le jour et de continuer à s’améliorer. N’hésitez pas non plus ni à laisser quelques messages d’encouragement à leur attention dans les commentaires, ni à leur consacrer un billet sur votre propre blog.

Amusez-vous bien.

 Téléchargement d’Hybryde

Blog en pause

pause

Traducteur

    Translate to:

Catégories

Archives

Tout ouvrir | Tout fermer

Réseaux Sociaux

 

L’April

Top Blogs Ebuzzing

Wikio - Top des blogs - Logiciels libres