O.S.

Manjaro Linux : naissance du forum Francophone

Les utilisateurs de Manjaro peuvent se réjouir, ils possèdent enfin leur forum dans la langue de Molière. Il faut dire que jusqu’à présent, il n’était pas évident de se dépatouiller des différents problèmes rencontrés puisque le forum officiel existant était en version Anglaise et, même si une rubrique était prévue pour ceux qui ne maîtrisent pas la langue de Shakespeare,

encore fallait-il comprendre les réponses proposées ;)

Heureusement, 4 passionnés ont décidé d’offrir à la communauté d’offrir à la communauté française de Manjaro Linux un endroit pour:

  • se retrouver
  • exposer leurs soucis
  • trouver du soutien pour les résoudre
  • partager leurs impressions
  • parler du libre et de tout ce qui se passe dans le monde de l’informatique.

Merci à ces quatre passionnés ainsi qu’à tous ceux qui les rejoindront et bienvenue au forum Manjaro.fr

Alors amis Manjaro-iens ? istes ? lais ? …? Amusez-vous bien.

Faîtes l’expérience ChromeOS dans Ubuntu

Le projet Lightdm-ChromeOS-login  de dz0ny  vous permet d’installer  ChromiumOS et son gestionnaire de fenêtres Aura dans votre Ubuntu et vous offre deux possibilités, soit d’utiliser cette distribution dans une fenêtre  soit à partir de l’écran de connexion de votre Ubuntu.

Attention, ChromeOS n’étant pas dans les dépôts officiels d’Ubuntu, vous ne devez l’installer qu’en toute connaissance de cause.

Lightdm-ChromeOS-login est disponible pour Ubuntu 12.04 et 12.10 mais ne fonctionnera que sur les versions 64 bits d’Ubuntu. Ceci étant précisé, la première étape consistera à télécharger le fichier DEB puis à l’exécuter.

Une fois Lightdm-ChromeOS-login installé, appuyez simultanément sur les touches [Alt] et [F2] de votre clavier et entrez la commande

chromeos

Une nouvelle fenêtre s’ouvre.

Choisissez la langue et le clavier. En ce qui concerne le réseau, peu importe car c’est votre connexion Ubuntu qui est utilisée.

Entrez ensuite votre adresse « gmail » et votre mot de passe ou créez-vous un compte.

Choisissez l’image qui personnalisera votre compte parmi celles qui vous sont proposées. Si votre compte gmail utilise un avatar, celui-ci fait partie des propositions.

Une fois votre avatar choisi, vous arrivez sur une fenêtre expliquant les diverses fonctionnalités de l’OS.

Cette version de ChromeOS n’ayant pas de fond d’écran, faites un clic droit sur le fond gris et choisissez « Définir un fond d’écran ».

Le tableau de bord situé en bas à droite vous permet d’accéder au menu de connexion. Les paramètres d’autonomie indiqués sont bidon et ne sont présents qu’au titre de la démonstration.

Celui de gauche vous donne accès aux fichiers, aux applications ainsi qu’au Chrome Web Store…

à partir duquel un simple clic permet d’installer l’application Web de votre choix.

L’accès aux fichiers ne permet pas d’accéder aux fichiers de votre Ubuntu mais à ceux que vous avez crées ou sauvegardés dans Google Drive, c’est le cloud computing dans toute sa splendeur !!! De plus, il ne s’agit que d’une application de démonstration de ChromeOS et toutes les fonctionnalités du véritable OS ne sauraient être activées dans cette expérience. Vous ne pourrez donc pas bénéficier des mises à jour, ni connecter un appareil par le biais d’un port USB, ni utiliser le mode « invité », etc.

Lorsque vous lancez l’application une deuxième fois ou plus, un mot de passe de connexion vous est demandé, il s’agit de celui de votre compte gmail.

Vous pouvez si vous le souhaitez poursuivre l’expérience en vous déconnectant de votre session Ubuntu et en choisissant ChromeOS depuis l’écran de connexion pour un essai « hors fenêtre » donc plus réaliste même si les fonctionnalités connaissent exactement les mêmes limites qu’en mode « fenêtre ».

Dans tous les cas, Lightdm-ChromeOS-login permet de réaliser une belle expérience de ChromeOS et de cloud computing.

Amusez-vous bien.

Source : OMG Ubuntu

Linux Lite 1.0.0 Amethyst Final Release ou comment Xubuntu fait des émules

Linux Lite est une distribution basée sur Xubuntu 12.04 LTS et son environnement de bureau XFCE. Cette première version se nomme Amethyst (améthyste) comme la pierre précieuse. Chaque nouvelle version se verra dotée du nom d’un joyau et ce dans l’ordre alphabétique. La prochaine s’appellera d’ailleurs Beryl.

Cette distribution a été créée pour 3 raisons:

  1. Démontrer à tout un chacun la facilité d’utilisation d’un système d’exploitation basé sur GNU/Linux,
  2. Dissiper le mythe de cet effrayant monde qu’est celui de GNU/Linux
  3. Participer à la promotion de cette communauté.

Comme Linux Lite utilise l’environnement XFCE, elle peut sans problème fonctionner sur d’anciennes machines :

  • Processeur 700 MHz +
  • 512 Mio de RAM +
  • 5 Go d’espace disque dur +
  • Résolution d’écran de 1024×768 VGA
  • Un lecteur de CD / DVD ou un port USB pour l’iso.

Il n’existe pas actuellement de version 64 bits mais le projet est à l’étude.

Linux Lite dispose par défaut des applications suivantes : GParted, LibreOffice Writer, LibreOffice Calc, xfburn, VLC Media Player, Firefox avec Flash, Java OpenJDK v6, VoiceMumble Chat, Thunderbird, XChat, Gimp, Leafpad, Xarchiver et permet également d’installer en accès rapide certaines applications indispensables (ou presque). Synaptic a été choisi comme gestionnaire de paquet pour installer d’autres applications.

Vous pouvez bien entendu télécharger l’image ISO de cette distribution en vous rendant sur Linux Distro Community Forums à la rubrique Linux Lite 1.0.0 Final Released.

Si comme moi vous essayez cette distribution en Live-USB, le nom d’utilisateur est « root » et il n’y a pas de mot de passe.

Amusez-vous bien

Live Voyager 12.10 : à consommer sans modération

Beaucoup de monde l’attendait, Rodolphe l’a fait. Après quelques jours de retard par rapport à la date initialement annoncée histoire de peaufiner les derniers détails, Live Voyager 12.10 est enfin disponible au téléchargement.

Live Voyager est une distribution dérivée d’Ubuntu 12.10 Quantal Quetzal fortement inspirée par Xubuntu et son bureau XFCE.

Voyager est une distribution à part dans le monde GNU/Linux car elle n’est pas le résultat du travail de toute une équipe, elle est le fruit du labeur d’un artisan besogneux désireux de faire partager sa façon de concevoir un environnement informatique.

Plutôt que d’imposer un esthétisme figé,  Rodolphe nous propose plusieurs interfaces graphiques permettant à chacun de personnaliser Voyager  selon ses propres goûts, notamment en matière de conky, de choix des couleurs des icônes du tableau de bord inférieur et bien entendu de fonds d’écrans tous plus beaux les uns que les autres.

Firefox est le navigateur internet par défaut. Il est équipé d’un gestionnaire de page de démarrage assez impressionnant.

En ce qui concerne les autres applications, vous trouverez dans cette nouvelle version de Live Voyager Minitubes, Pitivi, FreetuxTv, Vlc, Parole, Darktable, Gimp, Variety, Clémentine, RadioTray, Cheese, Pulse audio Equalizer, Dejà Dup, Grub Customizer, Bleachbit, Pare-Feu Gfuw, Hotot, Thunderbird, Pidgin, Abiword, Gthumb, Synapse, Tilda, Reparateur de Boot , Désinstalleur système d’OS, Y-ppa-manager ainsi qu’une partie Terminal avec Ranger, Vim, Moc, Mplayer.

Je ne saurais que trop vous conseiller de prendre 10 minutes de votre temps pour visionner la vidéo de démonstration de Live Voyager 12.10 afin de vous rendre compte du travail d’orfèvre réalisé.

Pour télécharger ou obtenir plus de d’informations sur Live Voyager 12.10, rendez-vous sur le site de Rodolphe.

Amusez-vous bien.

Pear Linux, Un fork d’Ubuntu en forme de poire qui se prend pour une pomme !

C’est un billet plutôt négatif de Frédéric Bézies traitant de Pear OS qui a éveillé ma curiosité. En effet, n’ayant  jamais entendu parler de ce fork d’Ubuntu équipé de GNOME-Shell et étant curieux par nature, j’ai comme Frédéric téléchargé l’image ISO afin de me faire ma propre opinion de cette distribution au logo évocateur.

Je n’ai  tenté l’installation ni en dur, ni en virtualisation mais me suis contenté de créer un Live-USB pour essayer Pear Linux; mes essais ne concernent donc en aucun cas l’installation de cette OS, il ne s’agit que d’un essai en live.

Bien qu’il s’agisse d’une distribution française, l’image ISO est en anglais. Je me suis donc empressé de la passer en Français (en mettant les mains dans le cambouis car je n’ai pas réussi avec l’outil de configuration). On remarque en arrivant sur le bureau la présence d’une icône « LAUNCH ME FIRST » qui permet de mettre immédiatement à jour Pear Linux.

Si Firefox est le navigateur internet installé par défaut, une icône présente sur le dock (Pear Linux Browser Manager) permet de choisir d’en utiliser un autre. Dommage que Chromium Browser ne soit pas proposé à la place de Google Chrome !

Comme évoqué en introduction, Pear Linux est un fork d’Ubuntu livré avec l’environnement de travail GNOME-Shell.

Bien qu’en Live-USB, je n’ai rencontré ni problème de fonctionnement, ni de lourdeur.

En fait, si j’arrêtais mon billet ici, je dirai chouette, une nouvelle distribution Linux qui semble plutôt bien fonctionner !  Sauf que je n’ai pas terminé d’écrire car comme Frédéric, j’ai quelques incompréhensions à l’encontre de cette distribution censée évoquer l’univers à la Pomme:

  • Puisqu’il s’agit d’une distribution Française créée par un Français nommé David Tavares, pourquoi le site officiel , de surcroît en « .fr », est-il en Anglais uniquement ? Même chez les Américains d’Apple le site Français est en Français.
  • Pourquoi vouloir ressembler à Apple, leader incontestable du logiciel propriétaire lorsque l’on crée un fork alors qu’il existe depuis plusieurs années le projet Mac4Lin (Mac for Linux) permettant de doter des distributions telles qu’Ubuntu, Fedora, OpenSuse, Linux Mint, Debian d’un thème Apple plutôt bien léché .
  • Puisqu’il s’agit d’un fork d’Ubuntu, pourquoi cette distribution n’est-elle livrée sans aucune application de bureautique, de graphisme, de son et vidéo et sans même un client courriel ? Je peux comprendre que dans le monde ultra propriétaire d’Apple on préfère vendre les applications en plus mais dans le cas de logiciels libres, pourquoi ne pas proposer le minimum syndical ? Serait-ce uniquement afin de promouvoir un magnifique « Pear Appstore » ?Heureusement, ce dernier renvoie bien vers des applications libres mais un lecteur audio, un lecteur vidéo, une suite bureautique et un client courriel auraient pu être installés par défaut.

Je n’aime pas dénigrer le travail et la créativité de ceux qui modifient et proposent tant forks que nouvelles distributions mais Pear Linux me laisse un drôle de goût dans la bouche. Si cette distribution est esthétiquement très réussie, je n’en comprends pas les motivations puisqu’elle n’apporte rien qui n’existe déjà et qu’elle risque même, si un internaute non averti prenait l’idée de la télécharger et de l’installer de lui faire dire : « Linux, c’est comme les autres, il n’y a rien au départ, il faut tout installer soi-même ! »

N’oublions pas non plus de tirer des leçons de notre passé, notamment en matière de marketing et d’utilisation de la forme spécifique de la poire qui semblait pour Renault être une bonne idée alors qu’en réalité c’est cette image de la poire qui a terni la carrière de la R14.

Si malgré tout vous souhaitez essayer Pear Linux, vous pouvez vous rendre sur la page « Download » – ça veut dire téléchargement ;) – du site officiel.

Amusez-vous bien.

Blog en pause

pause

Traducteur

    Translate to:

Catégories

Archives

Tout ouvrir | Tout fermer

Réseaux Sociaux

 

L’April

Top Blogs Ebuzzing

Wikio - Top des blogs - Logiciels libres