O.S.

Emmabuntüs 2, une distribution à vocation humanitaire installable sans internet

Emmabuntüs 2, distribution basée sur Xubuntu 12.04 est sortie ou plutôt a débarqué mais pas qu’en Normandie le 6 juin dernier en version bêta. Cette distribution a été spécialement créée das le cadre de projets humanitaires pour le reconditionnement de vieux ordinateurs et présente l’énorme avantage de pouvoir être installée dans son intégralité sans pour autant être connectée à internet car tous les paquets nécessaires sont dans l’image iso, notamment le Français, l’Anglais et l’Espagnol ainsi que des codecs audio et vidéo non libres pour lesquels le choix de les intégrer ou non est proposé.

Cette nouvelle version d’Emmabuntüs n’est plus basée sur Ubuntu mais sur Xubuntu et peut fonctionner sans problème sur du matériel vétuste puisque elle nécessite seulement un processeur cadencé à 1.4 GHz, de 384 Mo de RAM et de 20 Go d’espace libre sur le disque dur pour l’installation.

Cela fait maintenant une semaine que je l’utilise en Live-USB afin de la tester et à l’instar de Xubuntu, je la trouve fluide et légère, efficace. De plus, les applications installées par défaut (liste ici) sont amplement suffisante pour un usage traditionnel et je n’ai personnellement rien ajouté ou modifié.

L’accès aux applications se fait soit par le dock qu’il vous est proposé d’activer ou non,

soit par le menu classique.

Le côté intuitif de la prise en main de cette distribution peut donc parfaitement convenir pour les personnes désireuses de découvrir GNU Linux, même sur un vieil ordinateur.

En ce qui me concerne, je n’ai pas relevé de bug particulier et j’ai apprécié la légèreté d’Emmabuntüs que j’invite tout un chacun à essayer.

Vous pouvez télécharger l’image ISO d’Emmabuntüs ici ou .

Amusez-vous bien

Ubuntu + Cinnamon + Extra = Cubuntu

Quelque soit l’opinion que l’on puisse avoir sur la décision de Canonical, l’arrivée d’Unity aura permis de donner naissance à de sympathiques réalisations. En effet, après Voyager (Cocorico !), je découvre aujourd’hui Cubuntu.

Peut-on dire que Cubuntu est une distribution à part entière ? Je n’en suis pas sûr puisque Cubuntu est en fait une Ubuntu 12.04 à 100% sur laquelle ont été rajoutés plusieurs éléments :

  • En matière d’interface graphique puisque l’utilisateur peut choisir à la connexion d’utiliser soit Unity, soit Gnome soit Cinnamon,
  • En matière d’application puisque si aucune n’a été enlevée, on trouvera par défaut Chrome, Geany, Radiotray, virtualbox, skype, Vlc,  Audacity, Tweak, Filezilla, synaptic,
  • En matière de codecs (non libres) puisqu’on y trouve Mp3, Divx et Flash entre autre.

L’interface graphique Cinnamon puisque tout l’intérêt de Cubuntu réside dans l’utilisation de cette dernière est très facile à prendre en main et l’on (re)trouve facilement ses repères.

Vous pouvez télécharger Cubuntu sur le site officiel et le tester dans un premier temps en version Live-USB. Il convient de noter que l’image ISO proposée au téléchargement est régulièrement mise à jour afin de bénéficier de toutes les évolutions d’Ubuntu 12.04 LTS en temps et en heure. En ce qui me concerne, je teste Cubuntu sur la base d’Ubuntu version 12.04 LTS v15.

Vous arrivez alors sur la version Unity mais…

… comme la vie est bien faite ;), vous trouvez sur le bureau un fichier intitulé « comment-utiliser-cinnamon.txt » qu’il ne vous reste plus qu’à ouvrir.

La manipulation est extrêmement simple puisqu’il suffit de fermer sa session puis, une fois sur l’écran de connexion de cliquez sur la roue crantée se trouvant sur la droite de « ubuntu » et sélectionner Cinnamon.

Pour information, le nom d’utilisateur à entrer est « custom » et vous n’avez pas à renseigner de mot de passe. Une fois cette étape franchie, il ne vous reste plus qu’à vous familiariser avec ce nouvel environnement.

Merci à Jean-Marie, un des lecteurs de ce blog de m’avoir fait découvrir Cubuntu.

Amusez-vous bien.

 

 

Hybryde Evolution 12.04 v1: aussi surprenant qu’agréable

Cela faisait déjà quelques temps que je m’étais promis d’essayer la nouvelle version d’Hybryde mais je n’en n’avais pas encore trouvé de moment pour le faire sérieusement car, avant d’écrire un billet sur cette dernière mouture, je voulais prendre le temps de l’utiliser réellement.

Avant toute chose, quelques rappels sur ce qu’est Hybryde car au-delà d’être une énième distribution Linux, c’est avant tout un outil de découverte de différents environnements de travail comme Kde, Gnome3, Unity, E17, XFCE, LXDE, OPENBOX et FVWM.

Lorsque vous lancez Hybryde, vous arrivez sur un bureau d’accueil avec HY-menu.

Qu’est-ce que le HY-menu ?

C’est un croisement entre Dock et Dash  vous permettant aussi bien d’accéder aux environnements cités précédemment…

qu’a toute application que vous souhaitez lancer…

…afin de pouvoir se servir de son ordinateur depuis ce bureau d’accueil sans avoir à aller sur l’un ou l’autre des environnements proposés. Cela permet lorsque l’on utilise comme moi sa machine avec un Live-USB de gagner du temps lorsque l’on souhaite simplement naviguer sur Internet ou relever sa messagerie.

Cet HY-menu est non seulement paramétrable mais il permet également de configurer ce bureau d’accueil  en choisissant son gestionnaire de fenêtre favori ainsi que son thème de prédilection.

Je ne reviendrai pas sur la longue liste des applications proposées puisque j’ai déjà abordé ce sujet lors de précédents billets (voir la liste plus bas) mais du fait de la possibilité d’utiliser plusieurs environnements sans jamais déconnecter sa machine, on y retrouve autant d’applications commençant par la lettre G comme Gnome que par la lettre K comme KDE.

Si une application vous manque, pas de panique ! Hybryde étant développé à partir d’Ubuntu, vous y retrouver aussi bien la logithèque Ubuntu que Synaptic (le fameux gestionnaire de paquets), les plus avertis pouvant bien sûr utiliser le terminal.

En résumé, une fois de plus Hybryde nous propose une version aboutie de cet étrange et intéressant concept qui permettra à tout un chacun de se familiariser avec différents environnements, de les comparer et pourquoi pas,  trouver enfin celui qui lui correspond le plus.

Si vous souhaitez télécharger Hybryde Evolution 12.04 v1, rendez-vous sur cette page. Pour aller sur la page d’accueil du site officiel, c’est ici.

Amusez-vous bien.

Voyager 12.04 LTS, le beau travail d’un passionné

Basée sur Xubuntu, il était logique avec la sortie de la version 12.04 LTS Precise Pangolin de voir naître une nouvelle mouture de Voyager crée par l’ami Rodofr sur laquelle on retrouve le fameux bureau XFCE enrichi du dock AWN.


Une des nouveautés marquante de cette distribution est sans conteste Conky Control, le gestionnaire de Conky qui permet d’une part d’en lancer plusieurs simultanément et d’autre part d’en programmer le démarrage automatique lors de l’ouverture de session.


Live Voyager 12.04 étant une distribution légère présente l’avantage de pouvoir être installée sur des machines vieillissantes et peu puissantes. Si la liste des applications disponibles ne correspond pas tout à fait à vos attentes, sachez qu’elle bénéficie de tous les dépôts d’Ubuntu 12.04 LTS Precis Pangolin et qu’il est donc possible d’installer toute application se trouvant dans la logithèque Ubuntu.

Synapse a également été intégré pour la recherche rapide d’applications et de documents.

Moi qui suis un fervent utilisateur d’Ubuntu, je me sers régulièrement de Voyager en Live-USB sur l’ordinateur portable fourni par l’entreprise qui m’emploie lors de mes fréquentes nuitées passées dans des hôtels à l’occasion de déplacements professionnels car le boot est beaucoup plus rapide que lors de l’utilisation d’un Live-USB Ubuntu.

Comme à son habitude, Rodofr a intégré dans son travail des centaines de somptueux fonds d’écran permettant à tout un chacun de trouver son bonheur en matière de personnalisation.

Que ce soit pour la télécharger ou pour bénéficier de plus d’information sur cette distribution, n’hésitez pas à aller faire un tour sur le site officiel.

Un grand bravo à Rodofr pour son travail et pour sa capacité à développer une distribution « Made in France » qui commence à s’exporter un peu partout dans le monde.

Amusez-vous bien

Hybryde 12.04 Hy-menu dans les starting blocks

Tous ceux qui aiment tester différents environnements (KDE, Gnome 3, Unity 2D, Gnome Panel, Xfce, E17, Lxde, OpenBox, Fleex et Unity 3D) disponibles sous Linux seront heureux d’apprendre que la version 12.04 de cette toujours surprenante distribution devrait être disponible une semaine après la sortie de la future Ubuntu 12.04 Precise Pangolin puisque basée sur cette dernière.

Hybryde est une distribution se basant sur Ubuntu dont la première version (NirvanOS) est sortie au mois de Mars 2011.

Son concepteur , Josepe36, l’a créée à l’origine , pour y inclure et montrer les possibilités d’un outil qu’il a développé, permettant de sauvegarder le MBR de Windows nommé “Equitable”. Il a su ainsi attirer et fédérer autour de lui une petite équipe de passionnés qui maintiennent cette distribution depuis sa création.

A l’heure actuelle, trois versions sont sorties:

  • NirvanOS – Basées sur Ubuntu 10.10
  • EldoradOS – Basée sur Ubuntu 11.04
  • Hybryde 11.10 – Basée sur Ubuntu 11.10

(Source : wiki Hybryde, rubrique présentation)

Comme à son habitude, la Team Hybryde nous prévoit quelques surprises, notamment le remplacement de Cairo-dock par un Hy-menu spécialement codé pour Hybryde avec comme fil conducteur l’idée que de nombreux Linuxiens souhaitent pouvoir personnaliser leur distribution. Ce menu permettra donc de modifier facilement son fond d’écran, de choisir son thème, de modifier sa position mais également d’activer ou non les icônes sur le bureau. Il sera même possible de choisir d’activer ou non la mise en mémoire vive des caches de Firefox et Chromium.

En attendant de pouvoir essayer cette nouvelle mouture, voici une prometteuse vidéo de démonstration de ce fameux Hy-menu

Le site Hybryde

Blog en pause

pause

Traducteur

    Translate to:

Catégories

Archives

Tout ouvrir | Tout fermer

Réseaux Sociaux

 

L’April

Top Blogs Ebuzzing

Wikio - Top des blogs - Logiciels libres