Planet

Se connecter à un proxy réseau avec Ubuntu

Mon travail m’obligeant à de fréquents déplacements professionnels, il n’est pas rare que je passe quelques soirées dans différents hôtels qui pour la plupart sont équipés en Wi-fi, ce qui me permet le soir de naviguer sur Internet. Je rencontre pourtant une exception lorsque je suis à Grenoble.

En effet, j’ai pris pour habitude lorsque je travaille dans cette ville de loger et dîner à l’Hôtel Lesdiguières, une école hôtelière qui offre un confort et un cadre exceptionnel au prix d’un hôtel Ibis assorti d’un menu gastronomique à 24,75 €. Comme il s’agit d’une école, ils n’ont pas le droit de faire de publicité mais si vous devez passer par Grenoble, je vous recommande ce sympathique endroit.

Cet établissement ne dispose pas d’un réseau Wi-fi mais on trouve dans chaque chambre un câble Ethernet. J’ai connecté mon ordinateur à celui de la mienne mais impossible de naviguer sur Internet. J’ai alors contacté la réception qui m’a fait porter un document m’expliquant comment modifier mes paramètres réseaux dans Internet Explorer, navigateur dont forcément je ne dispose pas, afin de passer par le proxy de leur réseau.

Dans un premier temps, j’ai modifié les connexions dans Firefox afin de pouvoir naviguer tranquillement.

Cette solution provisoire présentait un inconvénient majeur, je ne pouvais ni  écouter la radio à l’aide de Radiotray, ni utiliser la logithèque, ni même effectuer une commande apt-get-… car seul Firefox pouvait se connecter au proxy de l’hôtel.

En creusant un peu, j’ai trouvé la solution permettant à toute application qui a besoin de se connecter à Internet de fonctionner.

Il suffit en cliquant sur le bouton d’extinction d’aller dans Paramètres systèmes…

puis dans Réseau.

Une fois la fenêtre Réseau ouverte, j’ai choisi « Serveur mandataire » (qui est le nom français de proxy) afin de renseigner l’adresse du proxy de l’hôtel.

J’ai ensuite redémarré ma machine afin que les nouveaux paramètres soient pris en compte et j’ai enfin pu utiliser Radiotray.

Bien évidement, cette solution s’applique également sur le proxy d’une entreprise mais, si d’aventure vous séjournez à l’Hôtel Lesdiguières, sachez que vous utiliserez le proxy de l’école hôtelière qui est le même pour les clients que pour les élèves et que par conséquent certaines adresses internet vous renverront la page…

Amusez-vous bien

 

 

Modifier le lecteur audio du menu son Unity d’Ubuntu

Après un passage avec Banshee, Ubuntu 12.04 LTS propose à nouveau Rhythmbox comme lecteur audio par défaut avec pour conséquence la présence de ce dernier dans le menu son du tableau de bord d’Unity et, même si l’on décide d’utiliser un autre lecteur audio que celui installé par défaut dans Ubuntu, il reste présent.

Si vous souhaitez faire disparaître Rhythmbox de ce menu pour le remplacer par un autre lecteur que vous avez installé, deux possibilités s’offrent à vous : la méthode en mode graphique ou le terminal.

  • La méthode en mode graphique :

Pour utiliser cette méthode, vous devez installer l’application Éditeur dconf (dconf Éditor) que vous trouverez dans la logithèque en recherchant « dconf ».

(vous pouvez installer dconf Éditeur en entrant dans un terminal la commande sudo apt-get install dconf-tools mais comme je parle ici de la méthode en mode graphique…)

Une fois cette application installée, recherchez la dans votre dash et ouvrez la.

 

Naviguez jusqu’à com > canonical > indicator > sound

Cliquez sur [‘rhythmbox’] et remplacez le par le(s) lecteur(s) de votre choix. Dans mon exemple, si je souhaite incrémenter Clémentine et VLC, j’inscris ['clementine', 'vlc']

Renseignez dans « blacklisted-media-players » le(s) lecteur(s) que vous ne voulez pas voir apparaître.

Fermez et relancez votre session pour que la modification soit prise en compte.

 

  • La méthode « Terminal »

Pour faire la même manipulation que celle vue précédemment sans passer par l’Éditeur dconf, il suffit d’ouvrir un terminal et, pour ajouter au menu Clémentine et VLC entrer la commande :

gsettings set com.canonical.indicator.sound interested-media-players "['clementine','vlc']"

Puis blacklister Rhythmbox à l’aide de la commande

gsettings set com.canonical.indicator.sound blacklisted-media-players "['rhythmbox']"

Pour vérifier la liste des lecteurs actifs dans le menu son, entrez la commande

gsettings get com.canonical.indicator.sound interested-media-players

Pour voir les  blacklistés, entrez la commande :

gsettings get com.canonical.indicator.sound blacklisted-media-players

Vous n’avez plus qu’à choisir la méthode qui vous convient le mieux.

Amusez-vous bien.

Source : How-To Geek

 

 

Hybryde Evolution 12.04 v1: aussi surprenant qu’agréable

Cela faisait déjà quelques temps que je m’étais promis d’essayer la nouvelle version d’Hybryde mais je n’en n’avais pas encore trouvé de moment pour le faire sérieusement car, avant d’écrire un billet sur cette dernière mouture, je voulais prendre le temps de l’utiliser réellement.

Avant toute chose, quelques rappels sur ce qu’est Hybryde car au-delà d’être une énième distribution Linux, c’est avant tout un outil de découverte de différents environnements de travail comme Kde, Gnome3, Unity, E17, XFCE, LXDE, OPENBOX et FVWM.

Lorsque vous lancez Hybryde, vous arrivez sur un bureau d’accueil avec HY-menu.

Qu’est-ce que le HY-menu ?

C’est un croisement entre Dock et Dash  vous permettant aussi bien d’accéder aux environnements cités précédemment…

qu’a toute application que vous souhaitez lancer…

…afin de pouvoir se servir de son ordinateur depuis ce bureau d’accueil sans avoir à aller sur l’un ou l’autre des environnements proposés. Cela permet lorsque l’on utilise comme moi sa machine avec un Live-USB de gagner du temps lorsque l’on souhaite simplement naviguer sur Internet ou relever sa messagerie.

Cet HY-menu est non seulement paramétrable mais il permet également de configurer ce bureau d’accueil  en choisissant son gestionnaire de fenêtre favori ainsi que son thème de prédilection.

Je ne reviendrai pas sur la longue liste des applications proposées puisque j’ai déjà abordé ce sujet lors de précédents billets (voir la liste plus bas) mais du fait de la possibilité d’utiliser plusieurs environnements sans jamais déconnecter sa machine, on y retrouve autant d’applications commençant par la lettre G comme Gnome que par la lettre K comme KDE.

Si une application vous manque, pas de panique ! Hybryde étant développé à partir d’Ubuntu, vous y retrouver aussi bien la logithèque Ubuntu que Synaptic (le fameux gestionnaire de paquets), les plus avertis pouvant bien sûr utiliser le terminal.

En résumé, une fois de plus Hybryde nous propose une version aboutie de cet étrange et intéressant concept qui permettra à tout un chacun de se familiariser avec différents environnements, de les comparer et pourquoi pas,  trouver enfin celui qui lui correspond le plus.

Si vous souhaitez télécharger Hybryde Evolution 12.04 v1, rendez-vous sur cette page. Pour aller sur la page d’accueil du site officiel, c’est ici.

Amusez-vous bien.

Le fond d’écran de la Terre xplanetFX disponible pour Ubuntu 12.04 LTS

xplanetFX est une application permettant de bénéficier d’un magnifique fond d’écran de la terre en temps réel sur laquelle j’avais publié un premier billet en janvier 2011 expliquant comment l’installer  dans Ubuntu puis un deuxième en février 2011 pour présenter les nouvelles fonctionnalités. Ce troisième billet vous propose d’installer ce fond d’écran dans Ubuntu 12.04 LTS.

Cette version s’enrichit de nouveaux thèmes téléchargeables directement à partir de l’application, vous devriez donc trouvez facilement celui qui vous correspond le mieux.

xplanetFX n’étant pas disponible dans les dépôts officiels d’Ubuntu, vous ne devez suivre les explications suivantes qu’en toute connaissance de cause.

Pour installer xplanetFX dans Ubuntu 12.04 LTS, ouvrez un terminal et, afin de télécharger l’application dans sa dernière mouture, entrez la commande :

wget http://repository.mein-neues-blog.de:9000/latest/xplanetFX.deb

Une fois ce téléchargement terminé, lancez l’installation à l’aide de la commande :

sudo dpkg -i xplanetFX.deb

puis, si des erreurs sont apparues dans le terminal lors de l’installation, lancez la commande suivante :

sudo apt-get install -f

Il ne vous reste plus qu’à rechercher « xplanetFX » dans le dash puis le lancer.

Amusez-vous bien

Source : Ubuntu Portal

Granola et Ubuntu : adieu la pollution, bonjour les économies

Granola est une application qui permet de réduire intelligemment la consommation de votre CPU et par conséquence d’économiser de la durée de vie pour votre machine, de l’argent pour votre porte monnaie et des rejets de CO2 pour notre planète.

Une fois l’application lancée, les informations sont accessibles à partir de l’icône du tableau de bord.

Granola vous informe des économies que vous réalisez en KwH, €, CO2 et énergie consacrée au CPU, le tout en Anglais. Heureusement, les icônes parlent d’elles mêmes.

Le clic droit sur cette même icône vous permet d’accéder au paramétrages du mode d’économie que vous souhaitez réaliser, de l’unité de mesure et du tarif de l’électricité (disponible ici).

Granola n’est pas dans les dépôts officiels d’Ubuntu, vous ne devez donc l’installer qu’en toute connaissance de cause.

La première opération consiste à télécharger ici le dépôt (12.04 LTS uniquement, pous les versions antérieures, c’est ici) en choisissant « Ouvrir avec logithèque Ubuntu ».

Une fois la logithèque ouverte, cliquez sur « Installer ».

Ouvrez ensuite un terminal et entrez la commande :

sudo apt-get update && sudo apt-get install granola-gui

Vous trouverez l’application dans votre dash.

Si vous souhaitez que Granola démarre automatiquement, il suffit de l’ajouter dans la liste des applications au démarrage accessible par le bouton d’extinction de votre Ubuntu.

Vous pouvez désormais contribuer à la sauvegarde de notre planète bleue.

Amusez-vous bien.

Blog en pause

pause

Traducteur

    Translate to:

Catégories

Archives

Tout ouvrir | Tout fermer

Réseaux Sociaux

 

L’April

Top Blogs Ebuzzing

Wikio - Top des blogs - Logiciels libres