Terminal

w3m : Naviguez sur internet à l’aide de votre terminal

Si vous avez l’habitude de travailler en console ou si vous souhaitez un autre style de lecture de vos sites internet favoris, w3m est fait pour vous.

Il s’agit en effet d’un navigateur internet permettant de visiter les sites et de suivre les liens au travers du terminal. Vous pouvez même si vous le souhaitez visualiser les images en vous rendant à l’aide des flèches du clavier  ou avec la souris sur le nom de l’image et en appuyant sur la touche [Entrée] pour les faire apparaître dans votre éditeur d’image( vous pouvez également installer le paquet w3m-img).

Le clic droit permet d’effectuer quelques actions plus que pratiques, notamment l’affichage des options.

Vous pouvez dans cette rubrique option paramétrer votre navigation.

w3m est disponible dans les dépôts officiels d’Ubuntu, vous pouvez donc l’installer soit en passant par la logithèque, soit en ouvrant un terminal et en entrant la commande

sudo apt-get install w3m

Une fois installé, il ne vous reste plus pour l’utiliser qu’à ouvrir un terminal et à entrer

w3m url_du_site_à_visiter

ou

w3m option_choisie url_du_site_à_visiter

La liste des commandes et options est disponible en anglais en entrant dans le terminal la commande

man w3m

Bonne navigation et amusez-vous bien

Source : Ubuntu Sharing

Ubuntu (ou Debian) : upgrade ou dist-upgrade ?

Quelle est la différence entre ces deux commandes ?

  • Laquelle utiliser ?
  • upgrade pour mettre à jour ma distribution ?
  • dist-upgrade pour mettre mon système à niveau ?
  • laquelle est la plus opportune ?

La plupart des utilisateurs préfère en général procéder à la mise à jour des paquets en entrant les commandes suivantes :

sudo apt get update pour mettre à jour la liste des paquets puis

sudo apt-get upgrade pour mettre à jour ces paquets en pensant que la commande dist-upgrade est réservée à la mise niveau de la distribution mais, est-ce vraiment le cas ?

Voici les définitions que j’ai trouvé en ouvrant un terminal et en entrant la commande :

man apt-get

Upgrade

Dist-upgrade

N’étant qu’à peine plus avancé, j’ai recherché quelques explications complémentaires que j’ai trouvé sur Tech Hamlet.

Apt-get upgrade

Cette commande sera utilisée pour mettre à jour dans leur version la plus récente les paquets déjà présents dans notre distribution. En revanche, si la mise à jour d’un paquet nécessite l’ajout ou la suppression d’une dépendance, apt-get upgrade ne saura gérer l’opération.

Apt-get dist-upgrade

Si un nouveau paquet mis à jour entrainait automatiquement la suppression ou l’ajout de dépendances, cela risquerait d’entrainer certains conflits avec d’autres paquets utilisant ces dernières et on se retrouverait avec un paquet mis à jour fonctionnant parfaitement bien mais empêchant d’autres plus anciens de fonctionner correctement. La fonction intelligente de dist-upgrade permet grâce à son mode de fonctionnement d’éviter ce genre de conflit en gérant l’ordre dans lequel s’effectuent les mises à jour.

Mise à jour en mode graphique

Le gestionnaire de mise à jour d’Ubuntu fonctionne de la même façon que la commande apt-get upgrade. Il peut si besoin est ajouter des paquets mais ne sait les enlever quand cela s’avère nécessaire. C’est pour supprimer ces derniers que parfois il vous propose d’effectuer une mise à jour partielle.

Quelle commande utiliser pour effectuer mes mises à jour ?

Dans un premier temps, il est recommandé d’utiliser la commande apt-get upgrade sans omettre de lire ce qu’elle renvoie avant d’appuyer sur la touche [O] pour lancer la mise à jour afin de voir si certains paquets sont conservés.

Si comme dans la capture ci-dessus un tel cas se présente, il convient alors lancer la commande apt-get dist-upgrade sans oublier de lire attentivement la liste les opérations qui vont s’effectuer avant de valider par la touche [O].

Soyez également prudent si vous devez utiliser ces commandes sur un serveur.

Amusez-vous bien.

La ligne de commande ? Même pas peur !

« Ubuntu, ça à l’air bien mais il faut s’y connaître en informatique, on m’a dit qu’il fallait maîtriser la ligne de commande ».

Même si les distributions Linux évoluent de façon à être accessibles au plus grand nombre et permettent une utilisation classique sans avoir à écrire une seule ligne de commande, l’utilisation du terminal peut parfois s’avérer opportune. J’en veux pour preuve la manière dont les pépins des uns et des autres sont solutionnés sur les différents forums dédiés aux distributions Linux.

Mais si recopier des lignes de commande afin de résoudre un problème c’est bien, les comprendre est encore mieux.CLI Companion est la pour ça. Ce terminal a propose entre autres particularités un lexique des commandes.Attention, CLI Companion ne se trouvant pas dans les dépôts UBUNTU, ne l’installez qu’en toute connaissance de cause.

Pour l’installer, commençons par ouvrir ce fameux terminal afin de renseigner l’adresse des dépôts en recopiant la commande suivante :

sudo add-apt-repository ppa:clicompanion-devs/clicompanion-nightlies

Nous allons ensuite mettre à jour notre liste de dépôts à l’aide de la commande suivante :

sudo apt-get update

Puis enfin nous allons lancer l’installation :

sudo apt-get install clicompanion

CLI Companion est désormais accessible depuis le menu Applications > Accessoires > clicompanion

CLI Companion propose une liste non exhaustive de commandes  mais vous pouvez en rajouter facilement au fur et à mesure de vos découvertes et besoins en cliquant sur le bouton « Ajouter » et en renseignant la commande dans le champs prévu à cet effet et en indiquant sa fonction dans le champs « Description ».Par défaut, les commandes personnalisées sont ajoutées à la fin de la liste. Comme CLI Companion n’offre pas d’outils de réagencement des commandes, vous pouvez éditer la base de données et la modifier à votre guise à l’aide de la commande suivante :

sudo gedit /home/votre_session/.clicompanion

Vous pouvez même, si vous le souhaitez traduire les définitions de chaque commande en Français.CLI Companion évitera également les fautes de frappe dans les commandes puisque vous n’aurez qu’à sélectionner celle dont vous avez besoin et à cliquer sur « Appliquer »

Enfin, une fonction recherche permet d’accéder rapidement à la commande souhaitée.En conclusion, cet outil permet d’une part de démystifier l’usage de la ligne de commande et d’autre part d’accroître ses connaissances en ce domaine.

Amusez-vous bien.

Source : Linux MagazinePage Launchpad

Les Geeks donnent enfin l’heure avec tty-clock

Encore une application qui, puisqu’elle ne sert à rien est forcément indispensable : se servir de son terminal comme horloge !

tty-clock

Attention, tty-clock n’est pas disponible dans les dépôts officiels Ubuntu. Ne l’installez qu’en connaissance de cause

Si vous souhaitez tout de même l’installer, vous devez :

  • télécharger l’archive et la décompresser.
  • Installer les dépendances en ouvrant un terminal et en collant la commande sudo apt-get install ncurses-dev ncurses-runtime ncurses-term
  • Naviguer dans le terminal jusqu’au dossier à l’aide de la commande cd votre dossier/nom du dossier décompressé (si vous avez extrait le dossier dans vos documents, la commande est cd Documents/xorg62-tty-clock-a82fd71)
  • Entrer la commande make
  • Entrer la commande sudo make install

Ceci étant fait, vous pouvez lancer l’horloge en ouvrant un terminal à l’aide de la commande tty-clock

Vous pouvez paramétrer l’affichage dans le terminal à l’aide des commandes suivantes :

Pour obtenir l’horloge présentée au début du billet, ce sera tty-clock -s -c -C 3 (-s demandant l’affichage des secondes, -c la position au centre du terminal et -C 3 la couleur jaune).

Puisque tout fonctionne, nous allons maintenant créer un lanceur afin de ne pas avoir à apprendre la commande par cœur. Faites un clic droit sur Applications et choisissez éditer les menus puis suivez l’animation :

 

tty-clock

Allez maintenant dans Applications > Accessoires > Horloge

Amusez-vous bien

Source : CafeNinja

Twittez en console avec Twidge sur Ubuntu

Si vous êtes un accro de la console, Twidge est fait pour vous. Cette application sous licence GNU vous permettra en effet de twitter en console.

Pour l’installer dans Ubuntu, rien de plus simple puisqu’il suffit d’ouvrir un terminal afin de modifier son fichier sources list :

sudo gedit /etc/apt/sources.list

et d’y rajouter les lignes suivantes :

##Twidge pour twitter en console

deb http://ftp.de.debian.org/debian squeeze main

Fermez le fichier sources.list en enregistrant et copiez la ligne suivante dans votre terminal pour rafraichir la liste des dépôts :

sudo apt-get update

Enfin, pour installer Twidge, entrez :

sudo apt-get install twidge

Twidge étant installé, nous allons le paramétrer en ouvrant un terminal et en écrivant :

twidge setup

Mon identifiant et mon mot de passe étant renseignés, je peux enfin utiliser cette application et, comme je veux lire les 20 derniers tweets, je tape

twidge lsrecent -su

Cette commande me permet de lire les derniers messages non lus. Je peux remplacer lsrecent par lsreplies si je ne souhaite lire que ceux qui me sont directement adressés.

Si je souhaite poster un tweet, je vais alors écrire :twidge update "mon message"sans oublier ni les guillemets, ni d’appuyer sur la touche [entrée] pour envoyer.

Twidge propose toutes les fonctionnalités de n’importe quel client Twitter. Pour connaitre la liste des commandes, tapez :twidge lscommands

Si vous souhaitez des détails sur une commande en particulier, tapez :twidge nom de la commande --help

Si vous souhaitez lire l’aide :twidge --help

Vous pouvez également télécharger le manuel d’utilisation expliquant toutes les commandes et toutes les fonctions de twidge.

Il semblerait que Twidge puisse se connecter sur le réseau Identi.ca mais je n’ai pas encore trouvé le fichier de paramétrage.

IMPORTANT : n’oubliez pas d’enlever à votre fichier sources.list les dépôts rajoutés précédemment et de refaire un sudo apt-get update (Merci Guillaume)

Amusez-vous bienSources :

Blog en pause

pause

Traducteur

    Translate to:

Catégories

Archives

Tout ouvrir | Tout fermer

Réseaux Sociaux

 

L’April

Top Blogs Ebuzzing

Wikio - Top des blogs - Logiciels libres