Indispensables

Gérez vos photos Picasa sous Ubuntu avec Picapy

Picapy est une application libre sous licence GNU GPL développée en Python permettant de gérer ses albums Picasa sans utiliser ni le navigateur, ni le logiciel Picasa proposé par Google.Picapy permet de visionner facilement albums et photos

Les photos peuvent non seulement être visualisées en cliquant sur la vignette correspondante mais également téléchargées sur votre PC.

Picapy propose un bouton permettant d’uploader ses photos sur un album déjà existant ou de créer un nouvel album.

Picapy n’est pas présent dans les dépôts officiels Ubuntu, ne suivez la procédure d’installation qu’en toute connaissance de cause.

Ouvrez un terminal et copiez la commande ci-dessous afin d’ajouter le dépôt de l’application :

sudo add-apt-repository ppa:atareao/atareao

Mettez la liste des dépôts à jour et lancez l’installation à l’aide de la commande

sudo apt-get update && sudo apt-get install picapy

Pour lancer Picapy, allez dans Applications puis Internet

Vous n’aurez plus qu’à renseigner votre identifiant et votre mot de passe Picasa.

Si vous souhaitez collaborer à Picapy pour les traductions, idées, améliorations, etc., le projet est ouvert dans Launchpad.

Amusez-vous bien.

Source : El Atareao

Wifi mobile ou comment rester connecté sans excès grâce au Domino

Comme beaucoup de blogueurs, je crois être ce que l’on peut appeler un « web addict ». Une journée sans connexion et c’est la crise de manque.

Pourtant, je n’ai pas de compte Facebook et si j’arrive très bien à me passer de Twitter et d’Identi.ca, il n’en va pas de même pour les flux RSS que je suis et qui s’accumulent lorsque je ne suis pas connecté.

Comme il m’arrive régulièrement de partir en déplacement, cela devient parfois compliqué, même si la plupart des hôtels dans lesquels je réside lors de ces missions professionnelle proposent un accès Wifi car celui-ci s’avère parfois très léger, voire inutilisable.

Pour autant, je n’ai pas de smartphone. La raison est simple, quand il s’agit d’aller voir un site ou blog qui publie une information intéressante, la taille de l’écran de ces appareils devient vite rédhibitoire. Cela fait donc quelques temps que j’envisage de faire l’acquisition d’une tablette mais, plus je réfléchis et plus je pense que cet outil est dangereux pour le drogué que je suis. En effet, grande serait la tentation de consulter ladite tablette à tout bout de champ et il est hors de question pour moi que cela se passe au détriment de ma famille, de mes amis, de mon travail,…

J’ai fini par ranger ce projet aux oubliettes et ai opté pour une troisième solution : le modem/routeur wifi 3G qui me permet de connecter mon ordinateur en Wifi aux réseaux 3G et 3G+ car elle présente à mes yeux l’avantage de m’obliger à allumer mon ordinateur, ce qui me prends forcément du temps puisque j’utilise ma Ubuntu à l’aide d’une clé USB bootable sur le PC portable Windows qui m’est fourni par mon employeur. Je ne vais donc sur internet qu’à bon escient et que quand je prévois de le faire plutôt que n’importe où, n’importe quand et en présence de n’importe qui.

Loin de moi l’idée de faire de la publicité pour un produit ou pour un fournisseur d’accès, le propos de ce billet est de présenter la solution que j’utilise.J’ai commandé Lundi 21 février chez Orange ce fameux modem/routeur 3G nommé « Domino E5832 ». Cet appareil est présenté comme, je cite, « Un routeur WiFi innovant intégrant un module 3G+ Il permet d’offrir un accès à internet sans fil à de multiples produits« .Ses dimensions sont de 95mm x 48mm x 13mm et sont poids de 21 grammes d’après le fournisseur mais j’imagine que c’est sans la batterie puisque ma balance électronique de cuisine l’a estimé à 78 grammes.

Ce sont les voyants de l’écran qui indiquent la qualité du signal, le type de réseau, le niveau de batterie, les SMS non lus et l’activation ou non du Wifi. Par soucis d’économie de batterie, ces voyants s’éteignent après quelques secondes mais peuvent se consulter sur une simple pression sur le bouton de mise en route. En plus de ces signaux lumineux, le « Domino » est équipé d’un bouton marche/arrêt, d’un bouton Wifi/WPS et d’un bouton permettant d’activer ou non l’accès au réseau qui permet de se déconnecter d’internet tout en laissant l’appareil allumé si vous vous en servez comme routeur puisque Orange nous dit que l’on peut connecter dessus  jusqu’à cinq machines simultanément.

Pour bénéficier de cette solution, j’ai du souscrire à un abonnement. J’ai choisi le forfait « internet 3G quotidien 1Go/mois » avec un engagement de deux ans aux prix en boutique Orange de 21,00 € par mois ramené à 18,00 € en passant par le site du FAI, l’appareil étant facturé lui même 9,00 € seulement avec abonnement.

Mon « Domino » est arrivé chez moi par Chronopost Mercredi 23 février.

J’ai bien entendu essayé immédiatement mon nouveau jouet mais la ligne n’était pas encore activée, ce qui ne m’a pas surpris puisque je n’avais reçu aucun contrat. Par contre, dès le lendemain matin j’ai pu me connecter même si je n’ai trouvé le contrat dans ma boite aux lettres que le soir en rentrant du travail (renvoyé signé le 25 chez le FAI).

Un des avantages de ce produit est qu’une fois la carte sim insérée et la batterie chargée, il ne reste plus qu’à appuyer sur le bouton de mise en route pour que network manager détecte cette nouvelle connexion wifi (SSID de type  : Orange – XXXX) .

 

Il faut ensuite entrer la clé de sécurité qui comporte 12 caractères alphanumérique afin de pouvoir établir la connexion. Comme cette dernière est inscrite sur un petit autocollant apposé au dos du « Domino »,  j’ai d’abord dû réussir à identifier les lettres et chiffres inscrits car vu la taille de ces derniers, il est difficile de distinguer un [O] d’un [0] ou d’un [D]. La prochaine fois, je prévoirai une loupe !

J’ai alors lancé mon navigateur internet et suis tombé sur une page me demandant de renseigner le code PIN à quatre chiffres qui par défaut est 0000. Une fois cette étape franchie, je pouvais enfin naviguer en toute liberté.

Puis j’ai utilisé l’adresse internet et le mot de passe indiqués sur le manuel d’utilisation pour aller sur l’interface d’administration.

Cette page permet la modification du mots de passe d’origine, l’activation ou non de la demande de code PIN, l’envoi (compris dans certains forfaits) et la réception de SMS à lire de façon régulière car Orange communique par ce biais l’évolution de votre consommation), le suivi de la consommation et le paramétrage du réseau.

Le premier test sera réalisé à mon domicile. Je ne suis pas surpris, le réseau 3G ne passe pas ici, L’interface d’administration le confirme.

J’effectue un test de débit pour voir ce que cela donne :

Bon, ça peut toujours dépanner en cas de plantage de ma box au moins pour relever les courriels et lire mes flux RSS.Pour le deuxième test, je profite d’une journée à Lyon et me connecte du même ordinateur portable à mon Domino.

Comme le montre l’image ci-dessus, je suis sur un réseau 3G+, il ne me reste plus qu’à contrôler le débit :

Le débit mesuré est plus important que celui de la connexion fixe de mon domicile puisque je vous rappelle que du fin fond de ma campagne je bénéficie d’un débit agricole. Ce petit appareil semble correspondre à mes besoins.Mon inquiétude est maintenant de comprendre comment fonctionne le détail de la consommation que me propose le site du FAI car cela ne me semble pas très clair.

Mon forfait débutant le 7 de chaque mois, j’espère y voir rapidement plus clair et ne pas avoir de mauvaise surprise, auquel cas je vous tiendrai bien entendu au courant.

A suivre…

Créer un diaporama video de vos photos avec Imagination

Imagination est une application libre sous licence GNU LGPL v2 simple et intuitive permettant de créer facilement des vidéos de vos photos.En effet, il suffit d’importer ses photos, puis sa musique.Vous pouvez :

  • choisir le temps d’affichage de vos diapositives ainsi que les transitions que vous souhaitez,
  • rajouter des textes afin de commenter les images,
  • faire pivoter vos photos,
  • prévisualiser le montage.

Si celui-ci  convient, Il ne reste plus qu’à l’exporter dans le format de son choix.L’export se passe plutôt rapidement puisque cela m’a pris environ 20 secondes par photos en format OGV et en choisissant une qualité élevée pour éditer une vidéo de 330 photos avec un défilement de 3 seconde par images avec transition en mode normal.Le résultat est plus que satisfaisant pour des vidéos que je projette sur grand écranPour installer Imagination sur votre Ubuntu, rien de plus simple, soit par la logithèque Ubuntu puisqu’Imagination est présent dans les dépôts,soit en ouvrant un terminal et en y copiant la commandesudo apt-get install imaginationLes dépendances nécessaires au bon fonctionnement de l’application s’installeront automatiquement.Si vous souhaitez ajouter des fichier audio de type mp3, vous devrez, s’il n’est pas déjà présent sur votre machine installer le paquet libsox-fmt-all après avoir activé les dépôts Universe soit par synaptic, soit en entrant dans une console :sudo apt-get install libsox-fmt-allAmusez-vous bien

Gérez automatiquement vos sauvegardes Ubuntu ou Kubuntu avec Back In Time

Back in Time est une application libre de sauvegarde de vos dossiers (qui fait penser à Time Machine pour Mac OSX) redoutable par sa simplicité d’utilisation et par son efficacité.

En effet, il suffit d’indiquer le dossier de sauvegarde (mon disque dur externe dans l’exemple ci-dessous) ainsi que le(s) dossier(s) à sauvegarder, la fréquence de la sauvegarde et la fréquence de purge des précédentes sauvegardes.

Les dossiers ainsi sauvegardés sont alors protégés puisqu’en « lecture seule » afin d’éviter toute suppression intempestive.

Vous pouvez ensuite comparez vos différentes sauvegardes, copier les dossiers sauvegardés et, bien entendu, les restaurer.

 

Comme Back In Time est présent dans les dépôts Ubuntu, il suffit pour l’installer d’ouvrir un terminal et de copier la commande suivante :

sudo apt-get install backintime-gnome

ou

sudo apt-get install backintime-kde4 (pour les utilisateurs de Kubuntu)

Si vous souhaitez utiliser la dernière version de Back In Time,Faites le en toute connaissance de cause car elle n’est pas présente dans les dépôts officiels d’Ubuntu.

Ajoutez alors la source des dépôts.  en ouvrant un terminal et en copiant :

sudo add-apt-repository ppa:bit-team/stable

Puis mettez la liste des sources à jour :

sudo apt-get updateet

enfin installez l’application :

sudo apt-get install backintime-gnome

ou

sudo apt-get install backintime-kde4 (pour les utilisateurs de Kubuntu).

Amusez-vous bien

La ligne de commande ? Même pas peur !

« Ubuntu, ça à l’air bien mais il faut s’y connaître en informatique, on m’a dit qu’il fallait maîtriser la ligne de commande ».

Même si les distributions Linux évoluent de façon à être accessibles au plus grand nombre et permettent une utilisation classique sans avoir à écrire une seule ligne de commande, l’utilisation du terminal peut parfois s’avérer opportune. J’en veux pour preuve la manière dont les pépins des uns et des autres sont solutionnés sur les différents forums dédiés aux distributions Linux.

Mais si recopier des lignes de commande afin de résoudre un problème c’est bien, les comprendre est encore mieux.CLI Companion est la pour ça. Ce terminal a propose entre autres particularités un lexique des commandes.Attention, CLI Companion ne se trouvant pas dans les dépôts UBUNTU, ne l’installez qu’en toute connaissance de cause.

Pour l’installer, commençons par ouvrir ce fameux terminal afin de renseigner l’adresse des dépôts en recopiant la commande suivante :

sudo add-apt-repository ppa:clicompanion-devs/clicompanion-nightlies

Nous allons ensuite mettre à jour notre liste de dépôts à l’aide de la commande suivante :

sudo apt-get update

Puis enfin nous allons lancer l’installation :

sudo apt-get install clicompanion

CLI Companion est désormais accessible depuis le menu Applications > Accessoires > clicompanion

CLI Companion propose une liste non exhaustive de commandes  mais vous pouvez en rajouter facilement au fur et à mesure de vos découvertes et besoins en cliquant sur le bouton « Ajouter » et en renseignant la commande dans le champs prévu à cet effet et en indiquant sa fonction dans le champs « Description ».Par défaut, les commandes personnalisées sont ajoutées à la fin de la liste. Comme CLI Companion n’offre pas d’outils de réagencement des commandes, vous pouvez éditer la base de données et la modifier à votre guise à l’aide de la commande suivante :

sudo gedit /home/votre_session/.clicompanion

Vous pouvez même, si vous le souhaitez traduire les définitions de chaque commande en Français.CLI Companion évitera également les fautes de frappe dans les commandes puisque vous n’aurez qu’à sélectionner celle dont vous avez besoin et à cliquer sur « Appliquer »

Enfin, une fonction recherche permet d’accéder rapidement à la commande souhaitée.En conclusion, cet outil permet d’une part de démystifier l’usage de la ligne de commande et d’autre part d’accroître ses connaissances en ce domaine.

Amusez-vous bien.

Source : Linux MagazinePage Launchpad

Blog en pause

pause

Traducteur

    Translate to:

Archives

Tout ouvrir | Tout fermer

Réseaux Sociaux

 

L’April