Informations Système

Hybryde 12.04 Hy-menu dans les starting blocks

Tous ceux qui aiment tester différents environnements (KDE, Gnome 3, Unity 2D, Gnome Panel, Xfce, E17, Lxde, OpenBox, Fleex et Unity 3D) disponibles sous Linux seront heureux d’apprendre que la version 12.04 de cette toujours surprenante distribution devrait être disponible une semaine après la sortie de la future Ubuntu 12.04 Precise Pangolin puisque basée sur cette dernière.

Hybryde est une distribution se basant sur Ubuntu dont la première version (NirvanOS) est sortie au mois de Mars 2011.

Son concepteur , Josepe36, l’a créée à l’origine , pour y inclure et montrer les possibilités d’un outil qu’il a développé, permettant de sauvegarder le MBR de Windows nommé “Equitable”. Il a su ainsi attirer et fédérer autour de lui une petite équipe de passionnés qui maintiennent cette distribution depuis sa création.

A l’heure actuelle, trois versions sont sorties:

  • NirvanOS – Basées sur Ubuntu 10.10
  • EldoradOS – Basée sur Ubuntu 11.04
  • Hybryde 11.10 – Basée sur Ubuntu 11.10

(Source : wiki Hybryde, rubrique présentation)

Comme à son habitude, la Team Hybryde nous prévoit quelques surprises, notamment le remplacement de Cairo-dock par un Hy-menu spécialement codé pour Hybryde avec comme fil conducteur l’idée que de nombreux Linuxiens souhaitent pouvoir personnaliser leur distribution. Ce menu permettra donc de modifier facilement son fond d’écran, de choisir son thème, de modifier sa position mais également d’activer ou non les icônes sur le bureau. Il sera même possible de choisir d’activer ou non la mise en mémoire vive des caches de Firefox et Chromium.

En attendant de pouvoir essayer cette nouvelle mouture, voici une prometteuse vidéo de démonstration de ce fameux Hy-menu

Le site Hybryde

Ubuntu (ou Debian) : upgrade ou dist-upgrade ?

Quelle est la différence entre ces deux commandes ?

  • Laquelle utiliser ?
  • upgrade pour mettre à jour ma distribution ?
  • dist-upgrade pour mettre mon système à niveau ?
  • laquelle est la plus opportune ?

La plupart des utilisateurs préfère en général procéder à la mise à jour des paquets en entrant les commandes suivantes :

sudo apt get update pour mettre à jour la liste des paquets puis

sudo apt-get upgrade pour mettre à jour ces paquets en pensant que la commande dist-upgrade est réservée à la mise niveau de la distribution mais, est-ce vraiment le cas ?

Voici les définitions que j’ai trouvé en ouvrant un terminal et en entrant la commande :

man apt-get

Upgrade

Dist-upgrade

N’étant qu’à peine plus avancé, j’ai recherché quelques explications complémentaires que j’ai trouvé sur Tech Hamlet.

Apt-get upgrade

Cette commande sera utilisée pour mettre à jour dans leur version la plus récente les paquets déjà présents dans notre distribution. En revanche, si la mise à jour d’un paquet nécessite l’ajout ou la suppression d’une dépendance, apt-get upgrade ne saura gérer l’opération.

Apt-get dist-upgrade

Si un nouveau paquet mis à jour entrainait automatiquement la suppression ou l’ajout de dépendances, cela risquerait d’entrainer certains conflits avec d’autres paquets utilisant ces dernières et on se retrouverait avec un paquet mis à jour fonctionnant parfaitement bien mais empêchant d’autres plus anciens de fonctionner correctement. La fonction intelligente de dist-upgrade permet grâce à son mode de fonctionnement d’éviter ce genre de conflit en gérant l’ordre dans lequel s’effectuent les mises à jour.

Mise à jour en mode graphique

Le gestionnaire de mise à jour d’Ubuntu fonctionne de la même façon que la commande apt-get upgrade. Il peut si besoin est ajouter des paquets mais ne sait les enlever quand cela s’avère nécessaire. C’est pour supprimer ces derniers que parfois il vous propose d’effectuer une mise à jour partielle.

Quelle commande utiliser pour effectuer mes mises à jour ?

Dans un premier temps, il est recommandé d’utiliser la commande apt-get upgrade sans omettre de lire ce qu’elle renvoie avant d’appuyer sur la touche [O] pour lancer la mise à jour afin de voir si certains paquets sont conservés.

Si comme dans la capture ci-dessus un tel cas se présente, il convient alors lancer la commande apt-get dist-upgrade sans oublier de lire attentivement la liste les opérations qui vont s’effectuer avant de valider par la touche [O].

Soyez également prudent si vous devez utiliser ces commandes sur un serveur.

Amusez-vous bien.

Ubuntu 12.04 LTS Precise Pangolin Bêta 1 en test sur mon PC

La Bêta 1 de Precise Pangolin étant sortie, j’ai décidé de l’installer « en dur » sur mon PC de bureau. J’ai donc téléchargé l’image iso et lancé l’installation qui s’est déroulée sans aucun problème à signaler.

Le Dock devient plus pratique à utiliser grâce à ses raccourcis permettant un accès rapide au dash souhaité

ainsi qu’aux dossiers personnels.

Le dock est désormais paramétrable en taille et masquage sans être obligé d’installer Compiz Compiz Setting Manager

La liste des raccourcis claviers est accessible à partir de la touche « Super » du clavier

Le Dash a également été modifié puisque l’on arrive plus sur ces grosses icônes de départ proposant de naviguer sur internet, lire ses courriels, écouter de la musique mais sur les dernières applications utilisées, les derniers documents ouverts ainsi que les derniers téléchargements.

Une nouvelle fonctionnalité fait son apparition, il s’agit de « Privacy » qui permettrait d’effacer l’historique des fichiers récents une fois la session refermée mais également de sélectionner le type de documents que l’on souhaite ou non faire apparaître dans le dash.

Pour finir, cette dernière mouture peut convenir à un novice puisque à aucun moment il n’est besoin de mettre les mains dans le cambouis pour bénéficier d’une distribution opérationnelle dès la fin de l’installation.

Amusez-vous bien

 

De vraies icônes météo dans conky

Suite à mon précédent billet sur Conky, Torp, un des lecteurs de ce blog m’a fait part cet été dans les commentaires de son souhait de remplacer les pictogrammes météo par de vraies icônes dont parle la documentation d’Ubuntu-fr. Comme il s’agissait de la période des vacances, je n’ai pas trouvé le temps d’explorer ce sujet. Torp est parvenu à force de recherches et de visites sur le Forum Ubuntu-fr à trouver SA solution et à se faire un sympathique Conky.

J’ai donc à mon tour cherché à reproduire ce type de conky car, il faut bien l’avouer, ces images sont beaucoup plus sympathiques que les pictogrammes.

Je suis alors moi aussi allé me promener sur le forum Ubuntu-fr afin de lire les posts que Torp m’avait indiqué, notamment les posts 879 et 880 de la page 36 et les posts d’Usm77 des pages 31 et 32 afin de me mettre au travail.

La réalisation de ce Conky a été longue et fastidieuse car la difficulté est d’une part de placer harmonieusement ces images dans le conky et d’autre part d’insérer ce dernier en fonction du fond d’écran mais avec un peur de patience, le résultat obtenu mérite que l’on y consacre un peu de temps.

Toutes les les icônes météo se trouvent déjà (si vous avez installé ConkyForecast) dans votre dossier usr/share/conkyforecast/image sauf celle représentant le thermomètre. Vous pouvez donc si vous la voulez la télécharger sur votre PC…

.. et l’enregistrer dans un dossier pix que vous créerez dans votre dossier .conky (le chemin ~/.conky/pix/thermo1.png sera important pour la suite).

Ce dossier étant créé, il va falloir modifier le fichier conkyForecast.template en ouvrant un terminal et en entrant la commande

gedit ~/.conky/conkyForecast.template

Mon conkyForecast.template se présente de la manière suivante :

${voffset 5}${goto 10}${font ConkyWeather:style=Bold:size=60}${image [--datatype=WI] -p 0,40 -s 90x90}${font}
${image $HOME/.conky/pix/thermo1.png -p 0,150 -s 40x40}${goto 60}${voffset 15}${font Bitstream Vera Sans Mono:style=Bold:size=16}[--datatype=HT --hideunits --centeredwidth=3]${font}
#/[--datatype=LT --hideunits --centeredwidth=3]
${voffset 10}${goto 10}${image [--datatype=BI] -p 0,205 -s 45x45}${goto 50}${voffset 25}${font Bitstream Vera Sans Mono:style=Bold:size=12}[--datatype=WS --imperial]
${goto 50}${font Bitstream Vera Sans Mono:style=Bold:size=12} [--datatype=WD]${font}  ${voffset -175}${goto 100}${color1}${font Bitstream Vera Sans Mono:style=Bold:size=15 les t}[--datatype=CT]${font}
# datatype OB=Station / CN=Ville
${voffset 20}${goto 120}${color3}Ville : $alignr${color1}[--datatype=CN]
${goto 120}${color3}Précipitations : $alignr${color1}[--datatype=PC --startday=0]
${goto 120}${color3}UV : $alignr${color1}[--datatype=UI] - [--datatype=UT]
${goto 120}${color3}Humidité : $alignr${color1}[--datatype=HM]
${goto 120}${color3}Point de rosée : $alignr${color1}[--datatype=DP]
${goto 120}${color3}Lever/Coucher : $alignr${color1}[--datatype=SR] / [--datatype=SS]
${goto 120}${color3}Pression : $alignr${color1}[--datatype=BR] - [--datatype=BD]
${goto 120}${color3}Lune : $alignr${color1}[--datatype=MP]
${color1}${voffset 40}${goto 25}[--datatype=DW --startday=1 --shortweekday]${offset 55}[--datatype=DW --startday=2 --shortweekday]${offset 55}[--datatype=DW --startday=3 --shortweekday] ${offset 55}[--datatype=DW --startday=4 --shortweekday]
${goto 30}${image [--datatype=WI --startday=1] -p 10,335 -s 45x45}
${goto 30}${image [--datatype=WI --startday=2] -p 95,335 -s 45x45}
${goto 30}${image [--datatype=WI --startday=3] -p 175,335 -s 45x45}
${goto 30}${image [--datatype=WI --startday=4] -p 265,335 -s 45x45}
${goto 15}[--datatype=HT --startday=1 --hideunits --centeredwidth=3]/[--datatype=LT --startday=1 --hideunits --centeredwidth=3]${goto 95}[--datatype=HT --startday=2 --hideunits --centeredwidth=3]/[--datatype=LT --startday=2 --hideunits --centeredwidth=3]${goto 180}[--datatype=HT --startday=3 --hideunits --centeredwidth=3]/[--datatype=LT --startday=3 --hideunits --centeredwidth=3]${goto 265}[--datatype=HT --startday=4 --hideunits --centeredwidth=3]/[--datatype=LT --startday=4 --hideunits --centeredwidth=3]
${image [--datatype=MI] -p 170,240 -s 35x35}
${voffset 5}${goto 5}${color3}Dernière mise à jour météo: ${color1}[--datatype=LU]${font}

Vous remarquerez que les images sont appelées par les commandes de type ${image [--datatype=WI --startday=1] -p 10,335 -s 45x45} où l’on retrouve dans l’ordre l’icône à utiliser (ne pas y toucher), la position de l’image et enfin sa taille. C’est sur ces deux derniers paramètres qu’il faut régulièrement intervenir afin de trouver les positions idéales de chaque image.

La ligne ${image $HOME/.conky/pix/thermo1.png -p 0,150 -s 40x40}${goto 60}${voffset 15}${font Bitstream Vera Sans Mono:style=Bold:size=16}[--datatype=HT --hideunits --centeredwidth=3]${font} va chercher l’image du thermomètre. Si vous l’avez mise ailleurs que dans le dossier pix indiqué précédemment, il suffit d’indiquer VOTRE chemin.

Une fois les icônes placées, il faut faire coïncider les jours de la semaine avec ces dernières. Il s’agit de la ligne

${color1}${voffset 40}${goto 25}[--datatype=DW --startday=1 --shortweekday]${offset 55}[--datatype=DW --startday=2 --shortweekday]${offset 55}[--datatype=DW --startday=3 --shortweekday] ${offset 55}[--datatype=DW --startday=4 --shortweekday]

{goto25} indique le retrait du premier jour et les {offset 55} l’espacement à respecter entre chaque jour.

Pour l’alignement des températures mini/maxi indiquées sous chaque icône, les modifications devront êtres apportées dans la ligne

${goto 15}[--datatype=HT --startday=1 --hideunits --centeredwidth=3]/[--datatype=LT --startday=1 --hideunits --centeredwidth=3]${goto 95}[--datatype=HT --startday=2 --hideunits --centeredwidth=3]/[--datatype=LT --startday=2 --hideunits --centeredwidth=3]${goto 180}[--datatype=HT --startday=3 --hideunits --centeredwidth=3]/[--datatype=LT --startday=3 --hideunits --centeredwidth=3]${goto 265}[--datatype=HT --startday=4 --hideunits --centeredwidth=3]/[--datatype=LT --startday=4 --hideunits --centeredwidth=3]

où chaque {goto xx} indique le retrait de chaque température.

Ces réglages se révèlent donc  relativement longs et fastidieux puisque si l’on ne veut pas faire d’erreur, il faut à chaque modification enregistrer le fichier, arrêter le conky ([Alt]+[F2] killall conky), redémarrer le conky ([Alt]+[F2] conky) et ce jusqu’à obtention du résultat escompté.

J’ai ensuite modifier mon fichier .conkyrc afin de le « caler » avec mon fond d’écran « The Oneiric Ocelot » (disponible ici) en entrant dans un terminal la commande

gedit ~/.conkyrc


Voici ce .conkyrc modifié :

# Configuration du Conky
# édité par Claude Picot : http://www.clapico.com/
# Inscrivez yes si vous souhaitez que Conky soit intégré à votre fond d'écran
background yes
# X font quand Xft n'est pas actif
#font 5x7
#font 6x10
#font 7x13
#font 8x13
#font 9x15
#font *mintsmild.se*
#font -*-*-*-*-*-*-34-*-*-*-*-*-*-*
# Inscrivez yes pour utiliser xft
use_xft yes
# Police à utiliser (Xft doit être actif)
xftfont Ubuntu Mono:size=11
# Text alpha quand Xft est utilisé
xftalpha 0.8
# Intervalle de rafraichissement en secondes
update_interval 1.0
# Nombre de fois où Conky dois se mettre à jour avant de quitter.
# Inscrivez 0 si vous ne souhaitez pas que Conky s'arrête.
total_run_times 0
# Créez une fenêtre indépendante au lieu d'utiliser le bureau (requis dans nautilus)
own_window no
# Réduire l'effet de scintillement
double_buffer yes
# Taille minimum de la zone de texte
minimum_size 420 0
maximum_width 420
# afficher les ombres
draw_shades yes
# afficher les contours
draw_outline no
# afficher les contours autour des textes
draw_borders no
# afficher les contours autour des graphiques
draw_graph_borders yes
# Espacement des séparations ?
stippled_borders 8
# Espacement des marges
border_margin 4
# largeur des contours
border_width 1
# Couleur par défaut du conky, ombres et contours
default_color white
default_shade_color black
default_outline_color white
# Utiliser sa propre fenêtre
own_window yes
# Effet de transparence
own_window_transparent yes
#Type de fenêtre
own_window_type override
own_window_hints undecorated,below,sticky,skip_taskbar,skip_pager
# Emplacement du texte
alignment top_left
#alignment top_right
#alignment bottom_left
#alignment bottom_right
# Ecart entre les bords du Conky et les bords de l'écran (permet de positionner le Conky sur l'écran)
gap_x 60
gap_y 35
# Soustraire là mémoire tampon à la mémoire utilisée
no_buffers yes
# Texte en Majuscules
uppercase no
# Nombre d'echantillons (processeurs pour faire la moyenne)
# Indiquez 1 si vous ne voulez pas la moyenne
cpu_avg_samples 2
# Nombre d'échantillons (réseaux pour faire la moyenne)
# Indiquez 1 si vous ne voulez pas la moyenne
net_avg_samples 2
# Forcez UTF8? (le support UTF8 support requiert XFT)
override_utf8_locale yes
# Ajoutez des espaces pour empêcher le mouvement des objets (ne concerne que certains objets)
use_spacer right
# Choix des couleurs
#color1 blue
#color1 ffcc99
color1 99FFFF
# light blue
color2 E0D6BA
# orange
#E77320
color3 FFFFFF
#color3 22ddee
#color3 3BFE00
# green
color4 78BF39
# red
color5 CC0000
text_buffer_size 2048

# tout ce qui suit TEXT sera repris dans le Conky

TEXT
${color3}Bienvenue sur $nodename $sysname $kernel
${color3}IP : ${color1}${addr wlan0}${color3} ESSID : ${color1}${wireless_essid wlan0}${color3} Signal WiFi: ${color1}${wireless_link_qual wlan0}%
${offset -5}${color3}${font Ubuntu:style=CleanCut:size=10} ${voffset -2}${font Ubuntu:style=Bold:size=11}Météo${font} ${hr}${color1}${execpi 1800 conkyForecast --location=FRXX4160 --template=~/.conky/conkyForecast.template}
${color3}
${color3}
${color3}
${color3}
${color3}
${color3}
${color3}Load :${color1} $loadavg
${color3}CPU Utilisé :${color1} $cpu% ${color3}${cpubar}
${color3}${cpugraph yellow FC8820}
${color3}Mémoire RAM :${color1} $mem/$memmax - $memperc% ${color3}${membar}
${color3}Utilisation du Swap :${color1} $swap/$swapmax - $swapperc% ${color3}${swapbar}
${color3}Température : ${color1}$acpitemp °C
${color3}Espace Disque
${color3}Libre : ${color1}${fs_free /}/${fs_size /} ${color3}${fs_bar /}
${color3}Processus :${color1} $processes ${color3} En cours :${color1} $running_processes
${color3}Utilisation du CPU
${offset 10}${color3}Nom ${alignr 50}PID ${alignr 20}CPU%
${offset 10}${color1}${top name 1} ${alignr 30}${top pid 1} ${alignr 15}${top cpu 1}
${offset 10}${color #888888}${top name 2} ${alignr 30}${top pid 2} ${alignr 15}${top cpu 2}
${offset 10}${color #888888}${top name 3} ${alignr 30}${top pid 3} ${alignr 15}${top cpu 3}
${color3}Utilisation de la Mémoire
${offset 10}${color3}${color3}Nom ${alignr 50}PID ${alignr 20}Mem%
${offset 10}${color1}${top_mem name 1} ${alignr 30}${top_mem pid 1} ${alignr 15}${top_mem mem 1}
${offset 10}${color lightgrey}${top_mem name 2} ${alignr 30}${top_mem pid 2} ${alignr 15}${top_mem mem 2}
${offset 10}${color lightgrey}${top_mem name 3} ${alignr 30}${top_mem pid 3} ${alignr 15}${top_mem mem 3}

Amusez-vous bien

 

 

Dis Clapico, comment j’enlève ces PPA de ma Ubuntu ?

Régulièrement je propose sur ce blog des applications, des applets, des indicators… qui ne proviennent pas des dépôts officiels d’Ubuntu. Bien entendu, j’indique alors de n’installer ces applications qu’en toute connaissance de cause en rouge et en caractères gras mais… qui lit ce type d’avertissement ? Il est facile lorsque l’application en question ne convient pas ou ne convient plus de la supprimer à l’aide d’un sudo apt-get remove mais quid des dépôts ajoutés ?

Commentaire original posté par nova_jerem
Étant donné le nombre de ppa dont vous faites mention dans vos articles, il serait peut-être judicieux de faire un post sur ppa-purge…

C’est suite à ce commentaire que j’ai décidé d’écrire ce billet.

Plusieurs solutions existent pour supprimer ces fameux PPA.

  • En ligne de commande

La première solution consiste à enlever le PPA en question à l’aide d’une simple ligne de commande à entrer dans un terminal :

sudo apt-add-repository --remove ppa:nom_du_dépôt

Cette solution ne supprimera pas les paquets du PPA en question. Si vous souhaitez également les supprimer, il faudra au préalable installer PPA-purge en passant soi par la logithèque Ubuntu, soit en entrant dans un terminal la commande

sudo apt-get install ppa-purge

Une fois PPA-purge installé, la commande pour supprimer le PPA et ses paquets sera

sudo ppa-purge ppa:nom_du_dépôt

Si vous ne vous souvenez pas du nom du PPA installé, ouvrez votre centre de commande Ubuntu en passant par le bouton d’extinction du tableau de bord et en choisissant « réglages du système » et sélectionnez « Sources de logiciels » onglet « autres logiciels » (ou dans la rubrique Administration pour les menus Gnome).

  • À l’aide d’une interface graphique

Alin Andrei a concocté il y a quelques temps un outil permettant à la fois de lister ses PPA, de les supprimer avec ou sans les paquets, d’en rechercher de nouveaux sur Launchpad, de vérifier les doublons, de les sauvegarder, de les restaurer…

Pour utiliser les différentes fonctionnalités de Y PPA Manager puisque tel est son nom, il faudra penser à double cliquer sur la fonction désirée.

Y PPA Manager n’étant pas dans les dépôts officiels d’Ubuntu, vous ne devez l’installer qu’en toute connaissance de cause… en ajoutant un nouveau PPA !

Pour ce faire, il faut ouvrir un terminal et entrer la commande suivante :

sudo add-apt-repository ppa:webupd8team/y-ppa-manager && sudo apt-get update && sudo apt-get install y-ppa-manager

Y PPA Manager se trouve désormais dans la rubrique Système de votre dash Unity (ou dans la rubique Outils Système de votre menu Gnome).

Amusez-vous bien

Blog en pause

pause

Traducteur

    Translate to:

Archives

Tout ouvrir | Tout fermer

Réseaux Sociaux

 

L’April