Internet

la Maison Blanche ouvre le code de sa plateforme de pétition

Lors de son investiture, Le président Obama s’était engagé à créer le gouvernement plus ouvert et le plus participatif de toute l’histoire des États Unis. Une des réalisations de cet engagement a été la naissance en septembre 2011 de « We the people » (Nous le peuple), un outil simple et puissant permettant à tout citoyen américain d’adresser des pétitions au gouvernement Obama. Si une pétition rassemble un nombre minimum de signatures dans un délai défini, les responsables politiques se doivent alors de l’examiner et  de publier une réponse officielle.

Parmi nos engagements, nous lançons un nouvel outil en ligne – appelé «We the People» – pour permettre aux Américains de saisir directement la Maison Blanche, et nous partagerons cette technologie afin que chaque gouvernement au monde puisse permettre à ses citoyens de faire de même.

– Le président Barack Obama, Septembre 20, 2011

President Barack Obama participe à l’Open Government Partnership au Waldorf Astoria Hotel de New York, le 20 septembre 2011. (Photo officielle de la Maison Blanche par Samantha Appleton)

Distribuer le code source de cette application a pour but de donner aux gouvernements et autres organisations compétentes la possibilité d’utiliser cette plate-forme pour engager leurs propres citoyens et adhérents. De plus, l’examen du public et sa contribution à la base du code de l’application permettra de renforcer et d’améliorer la plate-forme.

Les améliorations attendues par le gouvernement américain grâce à la collaboration du plus grand nombre sont entre autres:

  • Le développement d’une API permettant aux utilisateurs de ne plus être obligés de se rendre sur le site dédié pour signer une pétition mais de le faire via un site tiers avec bien entendu un certain niveau de contrôle comme la vérification de l’adresse courriel,
  • L’intégration des réseaux sociaux comme Twitter et Facebook afin que les pétitions puissent non seulement êtres partagées mais également signées sur ces derniers,
  • Doter l’application d’une interface mobile dédiée.

Le code source est disponible à partir des dépôts GitHub de la Maison Blanche. Le système nécessite Drupal 7, MySQL 5, PHP et MongoDB pour fonctionner. Ce logiciel est sous licence GPLv2.

Amusez-vous bien.

Sources : The H Open & le fichier README du projet

 

 

L’actualité dans le dash Unity d’Ubuntu

Une nouvelle lentille vient de faire sont apparition dans le dash d’Ubuntu : l’actualité. Unity News Lens permet en effet d’avoir accès aux nouvelles locales, nationales et mondiales à partir du dash.

Bien entendu, comme pour la plupart des lens, vous pouvez affiner la lecture des nouvelles en fonction de vos centres d’intérêt, de votre géolocalisation ou de la langue de votre Ubuntu (pratique lorsque vous êtes à l’étranger).

Vous pouvez également faire des recherches sur des sujets précis.

Lorsque vous souhaitez en savoir plus sur un titre, cliquez dessus afin que le développement apparaisse dans votre navigateur internet de prédilection.

Unity News Lens ne se trouvant pas dans les dépôts officiels d’Ubuntu, vous ne devez l’installer qu’en toute connaissance de cause en ouvrant un terminal et en entrant la commande :

sudo add-apt-repository ppa:scopes-packagers/ppa -y && sudo apt-get update && sudo apt-get install unity-lens-news

Une fois l’installation terminée, relancez unity en appuyant simultanément sur les touches [Alt] et [F2] de votre clavier et entrez la commande :

unity --replace

afin que cette nouvelle lentille soit disponible dans votre dash.

Amusez-vous bien.

Source : Ubuntued

Réalisez des screencasts de votre terminal en deux temps trois mouvements avec Shelr.tv sur Ubuntu

Quel blogueur n’a jamais souhaité réaliser des vidéos de son terminal afin d’illustrer ses billets?

La plupart d’entre eux (d’entre nous devrais-je plutôt écrire) ouvrent une application permettant de capturer une vidéo de leur écran, font leur démonstration dans le terminal et upload la vidéo sur une plate-forme dédiée comme Viméo ou YouTube.

C’est en lisant un billet sur Mémo-Linux.com que j’ai découvert une façon beaucoup plus rapide, pratique et efficace permettant d’obtenir un bien meilleur résultat en ne se servant que du terminal et, cerise sur le gâteau, en utilisant un service d’upload et d’hébergement sous licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 : Shelrt.tv.

Un des aspect intéressant de Shelr.tv est qu’il ne s’agit pas d’un screencast au sens propre mais plutôt d’un enregistrement de ce qui se passe dans le terminal avec retranscription sur un fond reproduisant un terminal Ubuntu. De ce fait, l’upload comme la lecture de la vidéo est légère et rapide. Vous pouvez même si vous le souhaitez régler la vitesse de lecture.

Avant d’installer Shelr.tv, vous devez installer ruby et rubygems en ouvrant un terminal et en entrant la commande :

sudo apt-get install ruby rubygems

Vous devez ensuite ouvrir une session sur Shelr.tv en utilisant soit votre compte Twitter, soit Google, soit GitHub, soit OpenID.

Il faut maintenant installer Shelr à l’aide de la commande ;

sudo gem install shelr

puis activer le compte à l’aide du numéro ID fourni lors de l’ouverture de la session sur Shelr.tv en écrivant dans le terminal :

shelr setup numéro_ID_fourni_par_shelr.tv

Nous pouvons maintenant passer à l’enregistrement du terminal avec la commande

shelr record

Un titre est alors demandé :

Un message vous annonce que la session d’enregistrement commence et que vous ne devez pas redimensionner votre terminal pendant l’enregistrement.

Pour terminer l’enregistrement, appuyez simultanément sur les touches [Ctrl] et [D].

Un nouveau message vous indique où se trouvent le dossier crée, vous donne le n° de l’enregistrement et vous informe de la fin de l’enregistrement.

Si vous souhaitez « lire » votre travail dans votre terminal, entrez la commande

shelr play last

ou

shelr play N°_de_l_enregistrement

Pour uploader sur Shelr.tv, la commande est

shelr push last

ou

shelr push N°_de_l_enregistrement

Vous êtes informé que votre enregistrement sera diffusé sous licence CC BY-SA 3.0. Il ne vous reste plus qu’a remplir le descriptif et les mots-clés que vous souhaitez :

Le message suivant vous informe de la publication  de votre enregistrement et vous donne l’adresse URL de ce dernier.

Si vous souhaitez publier le résultat de vos travaux sur votre site ou blog, cliquez sur le bouton « Embed » et recopiez le code HTML qui apparaît sur vôtre site ou blog.

A condition d’avoir installé Shelr, vous pouvez même regarder cet enregistrement dans votre terminal en cliquant sur l’engrenage et en recopiant la ligne qui s’ouvre dans votre terminal.

Vous pouvez vérifier avec la commande ci-dessous :

shelr play http://shelr.tv/records/4ff4406a9660805adf000016.json

Si vous souhaitez installer Shelr sous d’autres distributions Linux, rendez-vous sur GitHub.

Amusez-vous bien.

Lisez les QR Codes avec la webcam de votre Ubuntu

J’ai il y a quelques jours reçu un courriel de Christophe, un lecteur de ce bloq me demandant comment utiliser QtQr sous Ubuntu pour lire des QR Codes avec la webcam.

Il a trouvé la solution avant que je n’ai moi même eu le temps de me pencher sur son problème en allant chercher les paquets nécessaire sur Launchpad.

Comme ces derniers ne sont pas disponibles sur les dépots officiels d’Ubuntu, vous ne devez les installer qu’en toute connaissance de cause en vous rendant sur la page dédiée et en téléchargeant les deux DEB python-qrtools_1.2_all.deb (md5, sig) et download icon qtqr_1.2_all.deb (md5, sig). Installez les à l’aide de la logithèque. Pour les autres distributions, vous trouverez sur la même page RPM et TAR.GZ.

En ce qui me concerne, j’ai du redémarrer ma session pour avoir l’application dans mon dash.

Une fois QtQr ouvert, vous avez la possibilité de créer des QR Codes, de les lire et même de les décoder avec la webcam.

Il n’y a qu’a suivre les indications apparaissant à l’écran et éventuellement sélectionner la webcam.

Je présente comme indiqué ci-dessus mon bout de papier avec le QR Code face à la caméra.

Dès que ce dernier est encadré de vert, c’est qu’il est reconnu. Il ne reste plus qu’à appuyer sur la touche entrée pour lire le résultat.

Un clic sur Oui et la page s’ouvre alors dans le navigateur.

Vous pouvez bien entendu utiliser QtQr pour créer vos propres QR Codes.

Amusez-vous bien.

Se connecter à un proxy réseau avec Ubuntu

Mon travail m’obligeant à de fréquents déplacements professionnels, il n’est pas rare que je passe quelques soirées dans différents hôtels qui pour la plupart sont équipés en Wi-fi, ce qui me permet le soir de naviguer sur Internet. Je rencontre pourtant une exception lorsque je suis à Grenoble.

En effet, j’ai pris pour habitude lorsque je travaille dans cette ville de loger et dîner à l’Hôtel Lesdiguières, une école hôtelière qui offre un confort et un cadre exceptionnel au prix d’un hôtel Ibis assorti d’un menu gastronomique à 24,75 €. Comme il s’agit d’une école, ils n’ont pas le droit de faire de publicité mais si vous devez passer par Grenoble, je vous recommande ce sympathique endroit.

Cet établissement ne dispose pas d’un réseau Wi-fi mais on trouve dans chaque chambre un câble Ethernet. J’ai connecté mon ordinateur à celui de la mienne mais impossible de naviguer sur Internet. J’ai alors contacté la réception qui m’a fait porter un document m’expliquant comment modifier mes paramètres réseaux dans Internet Explorer, navigateur dont forcément je ne dispose pas, afin de passer par le proxy de leur réseau.

Dans un premier temps, j’ai modifié les connexions dans Firefox afin de pouvoir naviguer tranquillement.

Cette solution provisoire présentait un inconvénient majeur, je ne pouvais ni  écouter la radio à l’aide de Radiotray, ni utiliser la logithèque, ni même effectuer une commande apt-get-… car seul Firefox pouvait se connecter au proxy de l’hôtel.

En creusant un peu, j’ai trouvé la solution permettant à toute application qui a besoin de se connecter à Internet de fonctionner.

Il suffit en cliquant sur le bouton d’extinction d’aller dans Paramètres systèmes…

puis dans Réseau.

Une fois la fenêtre Réseau ouverte, j’ai choisi « Serveur mandataire » (qui est le nom français de proxy) afin de renseigner l’adresse du proxy de l’hôtel.

J’ai ensuite redémarré ma machine afin que les nouveaux paramètres soient pris en compte et j’ai enfin pu utiliser Radiotray.

Bien évidement, cette solution s’applique également sur le proxy d’une entreprise mais, si d’aventure vous séjournez à l’Hôtel Lesdiguières, sachez que vous utiliserez le proxy de l’école hôtelière qui est le même pour les clients que pour les élèves et que par conséquent certaines adresses internet vous renverront la page…

Amusez-vous bien

 

 

Blog en pause

pause

Traducteur

    Translate to:

Archives

Tout ouvrir | Tout fermer

Réseaux Sociaux

 

L’April