O.S.

VMware Player : ça marche bien mais je veux autre chose !!!

Afin de pouvoir mettre à jour la base de donnée des radars de mon GPS Garmin Nüvi, je suis obligé d’utiliser un logiciel de la marque : Poi Loader. Malheureusement, ce logiciel n’existe que pour Windows et pour Mac. L’année dernière il fonctionnait encore avec Wine mais rien à faire, cela ne marche plus. J’utilisais donc jusqu’à présent Windows dans VirtualBox (non OSE pour la gestion des ports USB) pour arriver à mes fins.

Sur mon nouvel ordinateur, je n’arrive pas à faire fonctionner correctement VirtualBox. En effet, lors de l’installation de Windows, VB freeze puis mon ordinateur re-boot tout seul. J’essaye en vain depuis plusieurs jours de trouver LA SOLUTION sur les forums Français et Anglais mais sans succès. Je me demande même si cela ne vient pas de mon PC car même lorsque je l’ai reçu avec Karmic Koala pré-installé j’ai rencontré exactement les mêmes symptômes qu’aujourd’hui avec Lucid Lynx. J’ai lu que dans certaines machines il fallait procéder à un réglage du BIOS afin d’autoriser la virtualisation mais je n’ai pas trouvé ce paramètre chez moi. J’ai donc décidé de chercher comment contourner ce problème et, en fouillant dans la documentation d’Ubuntu-fr, j’ai fini par trouver un autre logiciel : VMware Player.

VMware Player est une application de virtualisation gratuite mais non libre qui, comme VirtualBox, permet de faire fonctionner différents systèmes d’exploitation. Pour l’installer, il m’a suffit de suivre scrupuleusement le tutoriel proposé sur Ubuntu-fr. Ce n’est pas vraiment compliqué à faire mais j’avais oublié combien il est pénible d’aller s’enregistrer sur un site afin d’avoir l’autorisation de télécharger un logiciel propriétaire.

Une fois l’installation réalisée avec succès, j’ai lancé la bête afin de voir si enfin je pouvais installer Windows XP. J’ai suivi la procédure proposée et, reconnaissons le, j’en ai apprécié la simplicité. En effet, la première étape consiste à indiquer le chemin de l’image iso de la distribution à installer. Une fois fait, VMware reconnaît immédiatement le système d’exploitation dont il est question, optimise automatiquement tout les réglages de mémoire vive, de capacité de stockage et demande la clé d’activation, le nom de l’utilisateur puis le mot de passe choisi.

Grâce à ces renseignements, l’installation du système invité se déroule automatiquement sans qu’il ne me soit demandé une seule fois d’appuyer sur [Entrée] pour lancer le programme ou [F8] pour accepter la licence, tout se fait tout seul, sans m’obliger à rester devant l’écran.

D’emblée le nouveau système reconnait mes médias de stockage USB; je n’ai qu’à installer les outils VMware afin d’avoir l’option d’affichage plein écran. Je lance Poi Loader et branche mon GPS qui est à son tour instantanément détecté et je procède enfin à la mise à jour des radars.Les bons points :

  • VMware Player est une application simple et très intuitive qui permet de virtualiser un autre système d’exploitation.
  • Mon ordinateur ne « rame » ni sous Ubuntu, ni sous Windows

Le mauvais point :

  • Comme je l’ai écrit plus haut, il s’agit d’un logiciel propriétaire.

Bien évidement, je continuerai à chercher une solution me permettant de faire tourner Poi Loader de préférence sous Wine plutôt que sous Windows car être obligé d’installer une distribution pour un seul et unique logiciel, ça fait ch… donc si vous avez une idée, n’hésitez pas à m’en faire part.

Qimo : Une distribution Linux pour les enfants

Qimo est une distribution dérivée d’Ubuntu ou plutôt de Xubuntu puisque utilisant l’environnement de bureau Xfce et orientée vers les enfants de 3 à 10 ans.

J’ai voulu dans un premier temps l’essayer sous VirtualBox (et on voit bien ici qu’il s’agit d’un dérivé de Xubuntu)…

…puis j’ai souhaité  la faire tester ce week-end à mes enfants en téléchargeant l’iso et en l’installant en mode persistant sur une clé USB bootable.

Mes deux petits garçons de 6 et 8 ans ont d’abord apprécié l’environnement et le thème proposé par défaut

Ils ont ensuite essayé les applications éducatives…

…mais celle qu’ils ont le plus apprécié est sans aucun conteste…

…la suite GCompris.

Ce que moi je n’ai pas compris, c’est que cette distribution pour enfant n’intègre pas par défaut un contrôle parental comme Nanny qui me semble être le minimum requis vu le public concerné même si la solution la plus simple reste de couper l’acces internet, ce qui ne nuit pas à l’utilisation des suites logicielles éducatives. Une autre solution simple est d’installer l’extension FireFox ProCon Latte couplée avec Public Fox afin de vérouiller l’accès aux modules complémentaires du navigateur.Le fait que ce soit la version 8.10 de Xubuntu ne m’a en aucun cas dérangé puisque l’objectif de cette distribution est d’offrir un environnement pour les enfants (pas pour les parents !).

Au final, comme mes deux p’tits loups utilisent le même ordinateur Ubuntu que leur grand frère de 16 ans avec leur propre session, je leur est installé GCompris

sudo apt-get install gcompris

puisque cette sympathique suite est disponible dans les dépôts officiels.Les applications Qimo par défaut :

Les liens :

Amusez-vous bien (surtout vos enfants !)

Une distribution Linux Nord Coréenne : L’Étoile Rouge

Puisque tous les blogs ne communiquent plus que sur le nouveau look de la prochaine mouture d’Ubuntu 10.04 Lucid Lynx, j’ai décidé de vous parler d’une distribution inconnue chez nous : Red Star.

Après avoir crée son propre réseau Internet (un réseau national d’information indépendante de l’organisme américain de réglementation d’Internet), la Corée du Nord à la demande (sous l’ordre ?) de Kim Jong-il a développé son propre système d’exploitation : Red Star

Un jeune Russe nommé Mikhail étudiant à l’université Kim Il-sung de Pyongyang a pour la somme de $5,00 acheté la « Red Star Operating System (OS) » et l’a testé. Comme Mikhail tient un blog depuis l’ambassade de Russie à Pyongyang, il a pu nous faire part de ses impressions sur la distribution du pays le plus fermé au monde.

L’Étoile Rouge est un système qui a été développé l’année dernière sous Linux par North Koréa IT (Information-Technology). On trouve dans son disque d’installation un fichier « lisez-moi » sur lequel apparait une citation de Kim Jong-il en personne expliquant l’importance pour la République Populaire Démocratique de Corée de posséder son propre système d’exploitation sous Linux compatible avec la traditions Nord-Coréenne.

La version testée par Mikhail est la dernière en date mais reste encore peu populaire auprès des habitants qui lui préfèrent Windows.Mikhail acheté son CD dans un centre d’information proche de la cité universitaire et ce sans avoir besoin d’une quelconque autorisation (ce qui peut sans doute s’expliquer par la réglementation de la vente d’ordinateurs).

Le système est vendu avec sa version serveur et avec sa version client mais il est possible d’acheter l’un sans l’autre pour la moitié du prix initial.

Red Star s’installe de la même façon que la plupart des distributions existantes à l’aide d’un CD Bootable et dure environ 10 à 15 minutes. Pendant ce temps, à l’instar de la plupart des systèmes d’exploitations s’affichent conseils et messages annonçant par exemple que ce système est plus rapide et plus simple. La vraie différence par rapport à ce que nous connaissons est qu’à aucun moment il ne vous est demandé de choisir la langue : ce sera en Coréen !!! Le système démarre alors sur le logo  Red Star.

Apparaît ensuite l’écran de connexion (Root par défaut, c’est Mikhail qui a crée l’utilisateur Kim).

Une fois identifié :

Le bureau ressemble à tous les bureaux  avec son icône Poste de travail, sa corbeille et son lien vers la visite guidée du système. L’étoile rouge  en bas à gauche ouvre le menu système et on accède au menu programmes à l’aide des situés à sa droite. On peut observer qu’en bas à droite, sur l’horloge apparait l’année 99 puis 2010 entre parenthèses car nous sommes actuellement à la 99ème année du Juche, l’idéologie officielle de la Corée du Nord.Le navigateur de fichier se présente comme ci-dessous :

Red Star ne propose que très peu d’applications :

  • Un navigateur internet nommé Naenara (Mon Pays) qui n’est autre qu’un Firefox déguisé,
  • Un traitement de texte,
  • Une visionneuse Photo,
  • Un lecteur PDF,
  • Un lecteur audio/vidéo,
  • Un archiveur de fichiers,
  • Un gestionnaire de disque virtuel,
  • Quelques accessoires comme la calculatrice par exemple,
  • Quatre jeux dont le Démineur, le Solitaire, Jawbreaker et un jeu de logique où le joueur doit construire des formules chimiques correctes.

On trouvera dans le deuxième CD d’installation une suite office nommée « We » ressemblant plus ou moins à la suite Open Office, un logiciel de gravure CD/DVD, un client e-mail répondant au nom sympathique de « Pigeon » (en référence au Pigeon Voyageur j’imagine), un jeu de Janggi (échecs Coréens), un  fax, un antivirus « Woodpecker », un bloc-note « My comrade », un programme d’édition graphique, un pare-feu « Pyongyang Fortress », une calculatrice scientifique et un émulateur Windows.

Le gestionnaire d’applications présenté ici est aussi utilisé pour les mises à jour système.

Le navigateur Web Naenara a été reconnu par le site Web Firefox, qui du coup propose le téléchargement de la dernière version coréenne du navigateur pour Linux i686.  Le moteur de recherche par défaut n’est pas Google mais Naenara BBS.  Comme réseau national de la Corée n’ est pas disponible sur le système de l’ambassade Russe , Mikhail n’a donc pu tester ce moteur de recherche.

Mikhail n’a pas non plus testé l’antivirus qui, comme le pare-feu a été développé par les Nord-Coréens et non ré-écrit à partir d’applications open source existantes.

L’émulateur Windows semble lui aussi fonctionner parfaitement et  Mikhail a pu jouer à  Warcraft 3 sans aucun problème.

Merci à Mikhail pour la qualité de ses explications.

Test Drive : essayez les dernières releases Lucid Lynx dans une machine virtuelle

TestDrive est un projet qui permet de télécharger et d’exécuter facilement l’image la plus récente de la version Ubuntu en cours de développement dans une machine virtuelle.

TestDrive peut également être configuré pour télécharger et exécuter n’importe quelle image iso dans une machine virtuelle.

L’objectif principal est de fournir une méthode très simple pour permettre aux utilisateurs novices d’Ubuntu de tester les versions d’Ubuntu avant la sortie officielle.

Pré-requis : avoir (ou installer) VirtualBox ou KVM

Pour installer TestDrive (Karmic Koala) uniquement, ouvrez une console et copiez les lignes suivantes :

sudo add-apt-repository ppa:testdrive/ppasudo apt-get updatesudo apt-get install testdrive

Pour les versions plus anciennes d’Ubuntu, ouvrez un terminal et copiez la commande suivante afin d’ouvrir votre fichier source.list :

sudo gedit /etc/apt/sources.list

Si vous utilisez Jaunty Jackalope (9.04), ajoutez les lignes suivante au fichier source.list :

deb http://ppa.launchpad.net/testdrive/ppa/ubuntu jaunty maindeb-src http://ppa.launchpad.net/testdrive/ppa/ubuntu jaunty main

Si vous êtes sous Intrepid Ibex (8.10), ce sont ces lignes que vous devrez utiliser :

deb http://ppa.launchpad.net/testdrive/ppa/ubuntu intrepid maindeb-src http://ppa.launchpad.net/testdrive/ppa/ubuntu intrepid main

Enregistrez et quittez puis, copiez dans votre terminal :

sudo apt-key adv --keyserver keyserver.ubuntu.com --recv-keys 4D1BAE55

sudo apt-get update

sudo apt-get install testdrive

Une fois TestDrive installé, allez dans Applications > Outils système > TestDrive an Ubuntu ISO

TestDrive s’ouvre alors en console

Il ne vous reste plus qu’à indiquer le n° de l’image que vous souhaitez lancer ou entrer manuellement son URL.Une fois chargée, la distribution choisie s’ouvrira dans votre machine virtuelle

Si vous exécutez TestDrive tous les jours, le cache  sera mis à jour, et les téléchargements suivants seront beaucoup plus rapides.

Amusez-vous bien

Sources : Ubuntu Geek & DustinKirkLand

Lettre à Monsieur Luc Chatel, Ministre de l’Éducation Nationale

Monsieur le Ministre,

Suite au rapport sur le numérique à l’école de Jean-Michel Fourgous, député UMP, je viens d’apprendre avec stupeur que la France occupait la 24ème place au classement du taux d’équipement des écoles primaires avec 12,5 ordinateurs pour cent élèves avec seulement 1% des écoles primaires équipées.

Savez-vous, Monsieur le Ministre qu’il existe aujourd’hui des solutions libres et gratuites qui, hormis le coût du matériel permettraient d’équiper nos écoles en systèmes d’exploitations et logiciels entièrement gratuits et ce en toute légalité ?

Savez-vous, Monsieur le Ministre que des distributions éducatives gratuites sont disponibles en Français (exemple : Edubuntu)?

Savez-vous, Monsieur le Ministre que la Gendarmerie Nationale et que l’Assemblée Nationale utilisent déjà ces solutions libres ?

Ne pensez-vous pas, Monsieur le Ministre que le fait d’utiliser des systèmes d’exploitation et des logiciels libres et gratuit permettrait de prôner certaines valeurs comme… Liberté, Égalité, Fraternité ?

Ne pensez-vous pas, Monsieur le Ministre qu’utiliser des applications disponibles pour tous éviterait de télécharger leurs équivalents commerciaux de façon illégale ?

Savez-vous, Monsieur le Ministre que si lors du renouvellement du parc informatique des administrations vous récupérez ces PC pour nos écoles, il vous suffira d’y installer ces distributions libres pour que ce matériel bénéficie d’une seconde jeunesse ?

Savez-vous, Monsieur le Ministre que certains pays comme le Nicaragua sont actuellement entrain de développer ces solutions dans leurs écoles ?

J’imagine, Monsieur le Ministre que comme moi vous ne sauriez vous satisfaire du constat désastreux de ce rapport en fermant les yeux et que vous saurez vous inspirer du travail de vos homologues Nicaraguayen qui se sont rapprochés des communautés « Libres ».

Dans l’attente de vos futurs projets concernant ce dossier je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, mes salutations distinguées.

Blog en pause

pause

Traducteur

    Translate to:

Archives

Tout ouvrir | Tout fermer

Réseaux Sociaux

 

L’April