Colorisez facilement vos vieilles photos noir et blanc avec Gimp

Les bibliothèques de vos parents et/ou grands parents regorgent sans doute de vieilles photos de familles. Pourquoi ne pas leur faire une agréable surprise en leur donnant un peu de couleur ?

Avant toute chose, je tiens à préciser que je ne suis absolument pas un spécialiste de la retouche photo. La méthode que j’ai utilisé et que j’ai trouvé chez MakeTechEasier est relativement simple, même si ce n’est sûrement pas la meilleure mais qu’importe puisque je ne m’étais auparavant jamais risqué dans ce genre de travail et que pour cette première j’ai obtenu le résultat que j’escomptais. Cette façon de faire s’adresse donc aux néophytes. Pour les spécialistes qui lisent ce billet le sourire aux lèvres, n’hésitez pas à vous servir des commentaires pour indiquer des tutoriels en lignes.

Il ne s’agit pas bien évidement de retrouver les couleurs d’origines et, si je n’ai aucun doute sur la couleur kitsch des fauteuils de la fin des sixties, comment voulez-vous que je me souvienne de la couleur du ballon ou du pantalon ? L’idée est donc de faire travailler un peu son imagination puisque chacun choisira les couleurs qui lui conviendront

La première opération est le choix de la photo. J’ai  feuilleté les vieux albums afin d’en choisir une sans trop de détails ou de personnages.

Un coup de scanner puis recadrage de cette magnifique photo de moi car Papi et Mamie n’étaient sans doute pas des as de l’Instamatic !

Il ne reste plus qu’à ouvrir cette photo dans Gimp. Comme cette application n’est plus installé par défaut dans Ubuntu mais qu’elle est présente dans les dépôts officiels, vous pouvez soit passer par la logithèque pour l’installer, soit ouvrir un terminal et entrer la commande :

sudo apt-get install gimp

Pour les autres distributions, le site officiel donne la commande nécessaire à l’installation en fonction de votre distribution.

Comme je le précisais au début de ce billet, j’ai choisi cette méthode pour sa simplicité et pour sa relative rapidité d’exécution même si je n’ignore pas qu’il existe de nombreuses méthodes d’application et de réglage des couleurs dans Gimp. En effet, même si je prends régulièrement des photos « souvenirs », je ne fais pratiquement jamais de retouches, je ne suis ni photographe, ni infographiste.

Pour choisir la première zone de couleur, je vais utiliser l’outil de sélection à main levée qui me permet par une série de points d’entourer la région à modifier. Je décide de commencer par tout ce qui est « peau nue »

Une fois la main et le visage entouré, je n’ai plus qu’à aller dans Outils > Outils de couleurs > Colorier

Je vais alors pouvoir modifier la teinte, la saturation et la luminosité afin de trouver la couleur recherchée pour la zone sélectionnée préalablement.

Je poursuis par les autres parties « peau nue » afin de retrouver facilement la teinte dans la rubrique « Présélections »  qui présente l’avantage de mémoriser toutes les teintes utilisées pendant le travail en les classant de façon chronologique.

Je continue ainsi patiemment, zones de couleurs après zones de couleurs en n’hésitant pas à zoomer l’image afin de m’occuper du blanc des yeux, des lèvres, des dents, etc.

Une fois la photo entièrement colorisée, vous pouvez alors utiliser les autres outils de couleur afin d’affiner votre travail. En ce qui me concerne, je n’ai plus qu’à sauvegarder cette photo colorisée sur une clé USB afin d’aller la mettre en fond d’écran sur l’ordinateur de ma chère Maman.

Amusez-vous bien.

OpenSourceSoft, une logithèque pour faire connaître le monde du logiciel libre aux utilisateurs Mac et Windows

Une fois n’est pas coutume, ce billet ne traitera ni de Linux en général, ni d’Ubuntu en particulier. Il s’adresse en fait aux utilisateurs de Mac et de Windows désireux de connaître le monde du logiciel libre.

Je vais donc vous parler d’OSS. Il ne s’agit pas bien entendu du fameux espion français incarné à l’écran par Jean Dujardin mais d’OpenSourceSoft, une logithèque qui :

  • a pour but de combler la difficulté d’informations sur le logiciel libre sous Windows et MAC,
  • souhaite le promouvoir en simplifiant son installation et en rendant la recherche de logiciels satisfaisant simple et rapide,
  • souhaite être dans une éthique libre (un fonctionnement comme un wiki, que tout le monde peux enrichir, combler, mettre à jour…)
  • a besoin d’évoluer,
  • a besoin d’un petit coup de pouce pour son lancement.

Il ne s’agit pas de lancer une collecte de fond mais plutôt un appel aux gens de bonne volonté pouvant donner un peu de leur temps, de leur savoir, de leur connaissances…

En effet, même si le projet est déjà en place, beaucoup de choses doivent encore être améliorées, corrigées:

  • Design fait par un accro à la console
  • Fiches faites « à l’arrache » pour combler les espaces vides
  • Failles de sécurité
  • Un JavaScript non présent
  • Des fonctions manquantes…

C’est pour toutes ces raisons qu’OpenSourceSoft recherche:

  • Des rédacteur de fiches
  • Des traducteurs pour proposer ce site dans différentes langues
  • Des designer pour créer une identité visuelle propre au site
  • Des dessinateurs pour donner envie aux visiteurs
  • Des rapporteurs pour faire remonter les bugs et les fonctionnalités manquantes
  • Des développeurs PHP pour mettre en place ces fonctionnalités et corriger ces bugs
  • Des correcteur pour vérifier que le site n’est pas rempli de fautes
  • Des développeurs de logiciels (pour créer un logiciel multi-plateformes proche de la logithèque Ubuntu)
  • Des développeurs JavaScript pour rendre ce site vivant

Comme vous pouvez le constater, il y a de la place pour tout le monde. Si vous souhaitez intégrer l’équipe d’OSS, vous pouvez les contacter de la manière suivante :

  • Par mail à admin[at]osp.leobaillard.org
  • Sur Diaspora* via le tag #OpenSourceSoft
  • Sur Twitter via OSProj
  • Par IRC sur #opensourceproject sur Freenode
  • Sur le forum http://opensourcehelp.fr.nf/
  • Sur la plateforme de développement TeamBox (Inscrivez-vous, puis envoyez votre pseudo par mail, nous vous ajouterons au projet)
  • Sur 99translations pour les traducteurs
  • Sur le site pour les rédacteurs (La partie d’administration est disponible via le konami code comme expliqué sur la page d’aide)

Je souhaite donc bonne chance et longue vie à OpenSourceSoft.

 

Dnd2share ou comment insérer des images dans les forums grâce au dock Unity d’Ubuntu

Si vous fréquentez régulièrement les forums comme par exemple celui d’Ubuntu-fr, vous devez parfois insérer des captures d’écran dans vos posts afin d’illustrer vos propos. Pour cela, vous devez soit ouvrir un onglet supplémentaire dans votre navigateur afin d’uploader cette image sur un site dédié à cet usage, soit utiliser une extension spécifique.

Nochka85 a décidé de simplifier la vie des utilisateurs de l’environnement Unity d’Ubuntu en créant un lanceur autorisant le « Drag & Drop » ou « Glisser & Déposer » si vous préférez la langue de Molière. Il suffit alors de faire glisser l’image dans le lanceur pour qu’elle soit automatiquement uploadée vers Uppix.net et pour que le code contenant l’adresse de cette dernière soit inscrit dans le presse papier. Il ne rete plus qu’à faire un « coller » ou [Ctrl] + [V]dans son message afin qu’elle apparaisse sous forme de miniature.

Si vous souhaitez insérez directement la photo à la place de la miniature, il faut ouvrir l’application en cliquant sur le lanceur et choisir le code à insérer qui une fois validé se retrouve inscrit dans le presse papier.

À ce jour, l’outil ne conserve que la dernière image uploadée mais Nochka travaille sur la possibilité de conserver l’historique. Les mises à jour s’effectuent depuis le lanceur.

Si vous souhaitez être informé de ces dernières, suivez le fil sur le forum !

Attention, cette application ne se trouvant pas dans les dépôts officiels d’Ubuntu, ne l’installez qu’en toute connaissance de cause.

Ouvrez un terminal et entrez la commande suivante :

wget http://dl.dropbox.com/u/169600/dnd2share_unity/dnd2share_unity-install.sh && chmod u+x dnd2share_unity-install.sh && ./dnd2share_unity-install.sh

Le script va s’exécuter et installer toutes les données nécessaires dans le dossier caché .dnd2share_unity de votre home. Unity sera alors automatiquement relancé (ne soyez donc pas surpris) afin que le nouveau lanceur se retrouve dans le dock.

Enfin, afin d’illustrer le fonctionnement de Dnd2share, je vous propose cette courte vidéo.

Amusez-vous bien

 

 

Un écran de connexion LightDM animé sur Ubuntu 11.10 Oneiric Ocelot


Robert Ancell, le développeur de LightDm  s’est amusé a créer une version animée 3D de l’écran de connexion d’Ubuntu 11.10 Oneiric Ocelot à l’occasion de son discours lors du « Summit Desktop » de Berlin.

Comme  le montre la vidéo ci-dessous (désolé pour la qualité de cette dernière), il suffit de cliquer sur l’image associée à son nom d’utilisateur pour se connecter.

Afin que tout le monde puisse en profiter, The Crowd Greeter puisque ainsi il se nomme est disponible en PPA.

Bien évidement, comme il ne s’agit pas de dépôts officiels Ubuntu et qu’en plus Crowd Greeter n’est pas stable, ne l’installez que si vous savez ce que vous faites.

Pour profiter de cette animation, vous devez ouvrir un terminal et entrer la commande suivante :

sudo add-apt-repository ppa:lightdm-team/crowd-greeter && sudo apt-get update && sudo apt-get install crowd-greeter

Une fois Crowd Greeter installé, il faut aller modifier le fichier de configuration de LightDM. Pour l’ouvrir, entrer dans un terminal :

sudo gedit /etc/lightdm/lightdm.conf

Remplacez la ligne greeter-session=unity-greeter par greeter-session=crowd-greeter (elle se trouve sous [SeatDefaults])

Redémarrez votre machine.

Le code source est disponible chez Launchpad.

Amusez-vous bien.

Source : OMG Ubuntu

Utiliser Ubuntu 11.10 Oneiric Ocelot sans Unity

La polémique ne vous aura pas échappé, beaucoup d’utilisateurs d’Ubuntu s’éloignent de leurs premières amours du fait de l’arrivée d’Untity dans leur distribution préférées mais, qu’en serait-il s’ils pouvaient retrouver un environnement plus familier dans la version 11.10 Oneiric Ocelot en profitant de la version GTK3 de Gnome 3 ?

Même si Ubuntu  ne dispose dans sa nouvelle mouture de la possibilité de basculer sur le mode dit classique, il est très simple de rajouter cette fonction. Il suffit d’ouvrir un terminal et d’entrer la commande permettant d’obtenir le paquet nécessaire :

sudo apt-get install gnome-session-fallback

Une fois l’installation terminée, il ne reste plus qu’à se déconnecter de sa session Unity afin de choisir dans l’écran de connexion le gestionnaire de fenêtres approprié avant de renseigner son mot de passe. Ce choix sera alors mémorisé pour les prochaines ouvertures de session.

GNOME Classic permet alors de retrouver ses habitudes d’utilisations tant par son menu que par ses fenêtres ou par le tableau de bord du bas indiquant les applications ouvertes.

L’ajout d’applets dans le tableau de bord devient possible en utilisant la touche [Alt] simultanément avec le clic droit de la souris.

Le bouton d’extinction/réglages du système n’existe plus et les accès se font par le nom d’utilisateur.

Les utilisateurs d’Ubuntu peuvent donc, s’ils le souhaitent conserver leur distribution sans avoir à utiliser Unity.

Amusez-vous bien

 

Blog en pause

pause

Traducteur

    Translate to:

Archives

Tout ouvrir | Tout fermer

Réseaux Sociaux

 

L’April