Clé USB

Ubuntu : où en suis-je avec le logiciel libre ?

Cela fait désormais deux ans et demi que j’ai quitté Windows et les logiciels payants, (payés ou piratés) pour migrer sur Ubuntu et ses applications Open Source.

Durant cette période, j’ai essayé et testé différentes applications plus ou moins libres. Mon constat est le suivant : je n’utilise (presque) plus de logiciels non libres.

Voici la liste des applications que j’utilise quasiment tous les jours (je ne parlerai pas ici  nide celles que j’essaye de temps à autre pour voir ce qu’elles peuvent éventuellement m’apporter de plus, ni de celles que je n’utilise que très rarement, ni de celles concernant l’utilisation à proprement parler de la machine).

Applications Open Source

Navigateurs :

  • Firefox pour ses plugins multiples et variés

  • Chromium pour Google Wave uniquement et qui est la version libre de Google Chrome

Clients de communication :

  • Thunderbird sur mon PC fixe
  • Claws-mail sur la clé USB bootable que j’utilise sur mon PC portable professionnel (car plus léger)
  • Gwibber puisqu’il gère aussi bien Twitter qu’Identi.ca

Je n’utilise plus de logiciel de messagerie instantanée.

Photos &Images :

N’étant pas un passionné de graphisme, je n’utilise pas GIMP qui reste pour beaucoup de Linuxiens la Rolls Royce de la création graphique.

Audio & Vidéo :

  • Atunes sur mon PC fixe pour la musique
  • Rhythmbox sur ma clé USB bootable égalementpour la musique
  • Totem pour les vidéos

Bureautique :

  • Open Office pour les diaporamas à la noix (je reste poli) que je reçois par courriel mais aussi pour écrire de temps en temps des courriers officiels. A titre personnel je n’utilise pas de tableur.

Gravure :

  • K3B car je grave une fois par moi dix CD de photos pour des raisons professionnelles et que nos chers administrateurs n’ont pas jugé utile de nous installer un logiciel de gravure digne de ce nom sur les PC portables Windows fournis par l’entreprise. J’imagine que c’est à cause du prix des licences…

P2P :

  • Transmission pour récupérer différentes distributions libres afin de les essayer. Je me demande bien pourquoi j’ai pendant longtemps utilisé Vuze/Azuréus (non libre) bien plus lourd et moins pratique.

Outils système

  • Autoscan pour la surveillance de mon réseau avec une interface graphique conviviale

Applications non libres

Outils système :

  • VirtualBox non OSE pour sa gestion des ports USB
  • PoiLoader qui est le logiciel d’installation des points d’intérêt (entendez les radars) de mon Garmin et qui n’est développé que pour Windows et pour Mac.

En conclusion, je me rends compte que l’Open Source répond à 86,67% à mes besoins quotidiens (vous pouvez recompter, 13 applications libres pour 15 au total). Je pense même que ce ratio, si l’on exclue les aficionados de jeux PC, est meilleur pour un utilisateur lambda qui n’utilisera ni VirualBox, ni PoiLoader ; il suffit pour le vérifier de faire le tour de vos connaissances et de voir de quelle façon ils utilisent (à titre particulier) l’outil informatique.

Ubuntu sur une clé USB, retour d’expérience, la suite

J’avais déjà parlé de ma clé USB Ubuntu dans un billet précédent et, comme je suis amené à l’utiliser de plus en plus souvent du fait de mes fréquents déplacements dus à mes nouvelles fonctions professionnelles, je profite d’un voyage à Lille pour écrire à nouveau sur ce sujet.

L’inconvénient de la clé, c’est sa taille. En effet, j’utilise une clé 4GB qui peut s’avérer parfois un peu limitée.

Il est donc indispensable de se séparer des applications installées par défaut sur Ubuntu et qui utilisent un espace non négligeable, surtout si vous ajoutez des applications qui vous sont indispensables.

Ce problème d’espace peut notamment vous gêner lorsque vous allez sur des sites tels que YouTube ou Dailymotion puisque les vidéos sont mises en « mémoire tampon ».

Il va donc vous falloir « nettoyer » intégtralement les applications superflues.

Un exemple pratique : comme j’utilise Thunderbird pour ma messagerie, je n’ai aucun intérêt à conserver Evolution donc, pour être sûr de tout enlever, j’ouvre un terminal et je tape :sudo apt-get remove evolution --purge.

Il en va bien évidement de même lorsque je teste des applications et que je veux ensuite m’en débarrasser.

Aussi, pour optimiser cette clé, je n’utilise plus que Firefox, Thunderbird, Pidgin, OOO et Kaffeine (le top pour mon Tuner TNT USB); mes documents quant à eux seront stockés sur un disque dur externe. En ce qui concerne Twitter et Identi.ca, j’utilise les modules Betwittered de ma page iGoogle

En conclusion, se créer une distribution sur une clé USB est devenu pour moi indispensable et j’ai toujours lors de mes déplacements une clé de secours au cas où.

Ubuntu sur une clé USB, retour d’expérience

Dans le cadre de mon travail, mon employeur me confie un ordinateur portable de marque Dell. Cet ordinateur est équipé de Windows XP Pro et utilise un logiciel de cryptage qui se lance avant l’ouverture de Windows en demandant le nom d’utilisateur et le mot de passe, ceci afin d’éviter qu’un éventuel voleur puisse utiliser la machine.

Comme je souhaitais pouvoir me connecter à Internet pendant mes vacances, j’ai quand même décidé de me créer une clé USB bootable en mode persistant à l’aide de l’application USB-creator installée par défaut dans Jaunty Jackalope (Système => Administartion => Créateur de disque de démarrage USB).

L’installation est très simple, il suffit de suivre ce qui est écrit. J’ai utilisé une clé USB de 4 Gb.

Ceci étant fait je suis entré dans le bios du PC prortable soi disant inviolable afin de le faire booter par défaut sur la clé USB puis j’ai inséré celle-ci dans le port prévu à cet effet et j’ai redémarré ma machine.

Ubuntu à tout de suite reconnu le pilote wifi et a détécté ma live box. J’ai ensuite installé Thuderbird puis j’ai récupéré mes profils Thunderbird et Firefox. J’ai également installé le plugin flashplayer non free et le tour était joué.

Une fois arrivé au bord de la mer il ne me restait plus qu’à trouver un fast-food afin de me connecter à leur Wifi.

En résumé j’ai aimé le temps de chargement de l’OS qui n’est pas excessif et la fiabilité et stabilité du système installé sur une petite clé de 4Gb. Par contre ce ne peut-être qu’un système de dépannage provisoire car la capacité d’une telle clé ne permet pas d’installer toute les applications que j’utilise au quotidien (mais en a-t-on besoin en vacances ?).

Je garde désormais cette clé sur moi, ce qui me permet de montrer aux copains que j’ai toujours mes données dans la poche en utilisant leur PC.

Créer une clé bootable en mode persistant Xubuntu avec Windows

Je vous en avais parlé ici, c’est possible… à condition d’avoir un PC windows disponible avec une bonne connection ADSL sur lequel nous allons télécharger un petit logiciel. nommé Xubuntu810P. Une fois le fichier sur le bureau, je l’ouvre afin de procéder à l’extraction du dossier comme ci-dessous :

Je me retrouve avec un joli dossier Xubuntu810P :

J’ouvre mon dossier et je clique sur le fichier Xubuntu810.bat

Un invite de commande s’ouvre, je renseigne la lettre correspondant à ma clé USB :

Et c’est parti, mon PC va aller chercher l’image du CD de Xubuntu et me mettre tout ça sur ma clé :

Le téléchargement étant terminé, je doit rendre la clé bootable; facile, « appuyez sur n’importe quelle touche » :

Voilà, c’est fait, « appuyez sur n’importe quelle touche pour quitter »

Je n’ai plus qu’à booter un PC avec ma clé, ça fonctionne !!!

UNetbootin : Ubuntu sur une clé USB

Qui n’a pas souhaité un jour de se balader avec sa Ubuntu dans la poche ?

Je ne l’ai pas encore testé mais cela ne saurait tarder, un logiciel vous permettant d’installer votre distribution préférée existe : UNetbootin, Il a l’avantage de fonctionner tant sur Ubuntu :

que sur Windows :

Site officiel UNetbootin

Version Française

Blog en pause

pause

Traducteur

    Translate to:

Archives

Tout ouvrir | Tout fermer

Réseaux Sociaux

 

L’April