Clé

  • Page 1 sur 2
  • 1
  • 2
  • >

Lubuntu, une distribution agréable et légère

Ceux qui me lisent régulièrement savent que lorsque je suis en déplacement professionnel, j’utilise pour occuper mes soirées l’ordinateur portable que me fournit mon entreprise pour naviguer sur internet. Comme ce PC est équipé de Windows et que les protocoles de sécurité de l’entreprise ne me permettent ni d’aller sur les sites qui m’intéressent, ni d’installer des applications, j’utilise des distributions libres en Live-USB  pour répondre à ces besoins personnels.

Un des avantages de l’utilisation du Live-USB est que cela me permet de tester différentes distributions de façon plus approfondie et plus réelle qu’en virtualisation. Comme je devais me rendre au siège social de mon entreprise, j’ai décidé de profiter de deux soirées à Lille pour essayer Lubuntu que j’avais préalablement installé sur ma clé USB.

Lubuntu, comme Xubuntu est un variante officielle d’Ubuntu qui utilise non pas l’environnement de travail XFCE mais LXDE, ce qui lui permet d’être la distribution la plus  légère de toutes les variantes d’Ubuntu tant au niveau des ressources matérielles qu’en matière de consommation d’énergie.

L’accès aux applications, préférences et outils système est intuitif et rappelle celui de KDE ou de Windows.

Les applications installées par défaut sont Chromium-browser pour la navigation internet, Abiword comme traitement de texte, Gnuméric comme tableur, GNOME Mplayer comme lecteur vidéo, Audacious comme lecteur Audio, PCman File Manager comme gestionnaire de fichier, LXTerminal comme console, etc.

En ce qui concerne la messagerie, c’est Sylpheed qui est installé par défaut. Ce client mail que je n’avais jamais essayé jusque là présente l’avantage d’être rapide et léger. Il m’a rappelé Claws-mail que j’avais testé il y quelques années.

Trois possibilités s’offrent à celui qui souhaite soit installer de nouvelles applications, soit supprimer celles qu’il juge inutiles :

  • La ligne de commande,
  • Le gestionnaire de paquets Synaptic
  • La logithèque Lubuntu

Cette logithèque se distingue elle aussi par sa légèreté et me semble plus rapide et plus réactive que celle d’Ubuntu. L’interface n’est d’ailleurs pas exactement la même puisqu’on a l’impression de faire son marché.

Une fois le panier rempli, il ne reste plus qu’à la valider.

J’ai pris beaucoup de plaisir à utiliser cette distribution en Live-USB pendant ces deux soirées et j’ai réellement pu apprécier sa légèreté et sa rapidité de réaction.  Je n’ai pas eu la possibilité de l’installer en dur sur un vieil ordinateur mais je pense qu’effectivement, Lubuntu est une solution intéressante. Si vous même l’utilisez au quotidien, n’hésitez pas à faire part de votre ressenti en  laissant un commentaire. Pour les autres, vous pouvez bien sûr tester cette distribution en téléchargeant l’image ISO sur la page dédiée d’Ubuntu.com et consulter la documentation sur Ubuntu-fr. Pour une documentation plus complète, ce sera malheureusement dans la langue de Shakespeare à la rubrique Lubuntu d’Ubuntu.com

Amusez-vous bien.

 

La Clé live USB Ubuntu inventée en Haute-Loire

J’ai une grande nouvelle à vous annoncer, un génial inventeur Alti-Ligérien, François Legoy, vient d’inventer la clé USB bootable avec Ubuntu pré-installé. C’est en tout cas ce que je viens de lire avec stupéfaction sur le site du journal Le Progrès – Wikipédia : Le Progrès appartient au groupe L’Est républicain, rebaptisé EBRA (Est Bourgogne Rhône-Alpes) – qui n’hésite pas à titrer : « Un ordinateur pas plus gros qu’une simple clef USB ».

Comment peut-on, avec un tel aplomb écrire un article de la sorte sans aucune connaissance sur le sujet ? Comment le rédacteur en chef peut-il ensuite le laisser passer ?

Non contente de nous donner cette fausse information, Anita Nonet nous explique également que c’est d’un véritable ordinateur dont elle nous parle : mais où se trouvent l’écran, le clavier, etc… ? Pour lire ce billet, rendez-vous sur le site du Progrès* ! N’hésitez pas à y laisser vos commentaires même si pour cela vous devez vous inscrire sur le site.

J’ai moi même posté le commentaire suivant : « Je me gausse »« Avant d’écrire un tel article, Anita Nonet devrais avant tout s’intéresser à l’informatique afin de mieux maitriser son sujet. Cela fait plus de deux ans que j’utilise régulièrement des clés bootables embarquant Ubuntu. J’en ai régulièrement parlé sur mon site dédié à Ubuntu »voici la réponse des modérateurs :

Marrez-vous bien.*EDIT : L’article semble avoir été retiré du site du Progrès mais des traces subsistent encore…

Le tout premier article (signé) paru sur le Progrès ou M. Legoy est l’inventeur de la clé est visible ICI, sa version modifiée (je dirais même plus largement retouchée) quelques minutes après la publication de mon billet où ce brave homme se contente de la commercialiser se trouve ! (merci aux lecteurs qui m’ont envoyé ces captures d’écran).

Pinguy OS 10.10 Bêta 2, une Ubuntu pour les débutants ?

Ayant récemment lu un billet d’Alin Andrei sur Pinguy OS, j’ai décidé de télécharger l’image iso de  cette distribution afin de l’installer et de la tester sur une clé bootable. Une fois ma clé prête, j’ai lancé mon ordinateur et suis tombé sur un menu en anglais me proposant soit d’essayer, soit d’installer Pinguy.

Pinguy OS est une version remastérisée d’Ubuntu a destination des débutants. Ses  objectif sont la simplicité d’utilisation, la facilité d’utilisation des applications proposées, le tout dans un environnement attrayant.

Attention, il ne s’agit pas d’une version officielle d’Ubuntu.

Bien évidement, j’ai choisi d’essayer et je suis arrivé relativement rapidement pour un live USB sur le bureau en version anglaise également.

Une bonne chose : sur les trois icônes présentes sur le bureau, l’une d’entre elle concerne la langue…

..et me permet de télécharger les paquets de la langue de Molière.

Je dois ensuite configurer mon clavier en AZERTY car Pinguy est d’origine en QWERTY

Pinguy OS bénéficie par défaut de Global Menu, Gnome Do, Cover Gloobus, Gloobus Preview, Docky, etc…

Sont également installés par défaut Flashplugin-non free et Java pour, d’après Pinguy OS,  rester dans l’esprit de l’accès facile de  cet Ubuntu pour tous (les libristes apprécieront).

Le seul bug que j’ai rencontré est réellement gênant puisque dans Firefox. En effet, sur certains site n’apparait pas la barre de défilement vertical et l’on n’a pas accès à l’intégralité de la page web. Ce défaut ne se produit pas avec Midori que j’ai installé par la suite.

Pour finir, Pinguy OS n’est rien d’autre qu’une Ubuntu relookée bénéficiant des dépôts Ubuntu (la preuve en image avec un magnifique logo Ubuntu lors du paramétrage de Gwibber) ainsi que de dépôts non officiels rajoutés par défaut

Je ne suis pas convaincu que cette distribution soit à conseiller à un débutant qui, s’il est patient et curieux pourra lui-même paramétrer Ubuntu à sa manière et je continuerai à conseiller aux nouveaux venus de commencer par des distributions officielles Ubuntu, Kubuntu, Xubuntu ou Edubuntu, ne serait-ce que pour bénéficier d’une documentation francophone complète ainsi que de forums dédiés bien utiles lorsque l’on franchi le pas.

Si toutefois vous aussi souhaitez essaye Pinguy OS, c‘est ici (version 10.04, la 10.10 Bêta 2 est là) . Pour connaître l’intégralité des applications installées et des dépôts utilisés, c’est là.

Amusez-vous bien.

http://www.edubuntu-fr.org/

Erreur de Clé sur Ubuntu 10.10 Maverick Meerkat

Si vous utilisez déjà Ubuntu Maverick Meerkat, notamment en version RC, vous avez sans doute rencontré un message d’erreur lors des mises à jours de vos dépôts vous indiquant :

W: Une erreur s'est produite lors du contrôle de la signature. Le dépôt n'est pas mis à jour et les fichiers d'index précédents seront utilisés. Erreur de GPG : http://extras.ubuntu.com maverick Release: Les signatures suivantes n'ont pas pu êtres vérifiées car la clé publique n'est pas disponible : NO_PUBKEY 16126D3A3E5C1192

Cette erreur est due à l’apparition du dépôt « Ubuntu Extras » dans la version 10.10 d’Ubuntu sans importation de la clé correspondante.

Alin Andrei nous explique sur son blog comment corriger facilement ce problème.

Ouvrez un terminal et entrez la commande suivante :

sudo apt-key adv --keyserver keyserver.ubuntu.com --recv-keys 3E5C1192

La clé est importée, il ne reste plus qu’à faire un

sudo apt-get update

Amusez-vous bien


Ubuntu Maverick Meerkat 10.10 en test sur live USB

Comme j’ai enfin trouvé le temps de me mettre devant mon écran, j’ai décidé de télécharger la RC de la prochaine version d’Ubuntu : Maverick Meerkat 10.10.

Attention, une version RC n’est pas une version définitive, elle peut s’avérer instable. Ne l’installez pas si vous n’êtes pas sûr de vous.

Une fois l’image iso chargée dans mes documents, j’ai tout simplement créé mon Live USB à l’aide du Créateur de disque de démarrage intégré dans ma 10.04 puis, une fois ma clé prête, j’ai démarré mon ordinateur portable en bootant dessus.

Ma première et agréable surprise est que l’on puisse dès avant l’installation se connecter au wifi. Est-ce à dire que je pourrai la tenter sans prendre la précaution de me connecter par câble ? Je n’ai pas encore la réponse mais j’ai bien envie d’essayer sur mon PC de bureau.

Deuxième surprise : le premier écran d’installation ou le choix entre installer et essayer en live est clair et lisible. Bien évidement, je choisi d’essayer en version Live.

Ma première action est d’aller dans Système > Administration afin d’aller modifier mes sources de mise à jour mais rien, je ne trouve pas. Il faut désormais aller dans la logithèque pour effectuer cette opération.

Il ne me reste plus qu’à installer mon minimum vital en ouvrant un terminal et rajoutant les dépôts qui m’intéressent.

Attention, si vous décidez de lancer les commandes suivantes, faites-le en toute connaissance de cause car les dépôts suivants ne sont pas dans la liste des dépôts officiels Ubuntu !

sudo add-apt-repository ppa:webkit-team/ppa

sudo add-apt-repository ppa:ubuntu-mozilla-security/ppa

sudo add-apt-repository ppa:kilian/f.lux

sudo apt-get update

Je lance l’installation des applications qui me sont indispensables pour tester Maverick Meerkat :

sudo apt-get install thunderbird thunderbird-locale-fr flashplugin-nonfree gthumb nautilus-image-converter compizconfig-settings-manager byzanz aircrack-ng ntp ntpdate gstreamer0.10-ffmpeg gstreamer0.10-fluendo-mp3 gstreamer0.10-plugins-ugly openoffice.org-l10n-fr midori firefox gstreamer0.10-plugins-bad libnotify-bin fluxgui radiotray

Pendant le chargement des paquets, je copie les dossiers .mozilla et .thunderbird de ma précédente version dans mon home afin de retrouver mes favoris internet et paramètres de messagerie.

Mon test peut enfin commencer.

Bonne nouvelle, tout fonctionne du premier coup, aucun bug à signaler dans l’immédiat. Je vais attendre un jour ou deux pour voir si tout continue à se passer aussi bien et, si tel est le cas, c’est sans réelle inquiétude que j’installerai Maverick Meerkat sur mon PC de bureau.

 

The next version of Ubuntu is coming soon

Amusez-vous bien.

  • Page 1 sur 2
  • 1
  • 2
  • >

Blog en pause

pause

Traducteur

    Translate to:

Catégories

Archives

Tout ouvrir | Tout fermer