Gimp

Colorisez facilement vos vieilles photos noir et blanc avec Gimp

Les bibliothèques de vos parents et/ou grands parents regorgent sans doute de vieilles photos de familles. Pourquoi ne pas leur faire une agréable surprise en leur donnant un peu de couleur ?

Avant toute chose, je tiens à préciser que je ne suis absolument pas un spécialiste de la retouche photo. La méthode que j’ai utilisé et que j’ai trouvé chez MakeTechEasier est relativement simple, même si ce n’est sûrement pas la meilleure mais qu’importe puisque je ne m’étais auparavant jamais risqué dans ce genre de travail et que pour cette première j’ai obtenu le résultat que j’escomptais. Cette façon de faire s’adresse donc aux néophytes. Pour les spécialistes qui lisent ce billet le sourire aux lèvres, n’hésitez pas à vous servir des commentaires pour indiquer des tutoriels en lignes.

Il ne s’agit pas bien évidement de retrouver les couleurs d’origines et, si je n’ai aucun doute sur la couleur kitsch des fauteuils de la fin des sixties, comment voulez-vous que je me souvienne de la couleur du ballon ou du pantalon ? L’idée est donc de faire travailler un peu son imagination puisque chacun choisira les couleurs qui lui conviendront

La première opération est le choix de la photo. J’ai  feuilleté les vieux albums afin d’en choisir une sans trop de détails ou de personnages.

Un coup de scanner puis recadrage de cette magnifique photo de moi car Papi et Mamie n’étaient sans doute pas des as de l’Instamatic !

Il ne reste plus qu’à ouvrir cette photo dans Gimp. Comme cette application n’est plus installé par défaut dans Ubuntu mais qu’elle est présente dans les dépôts officiels, vous pouvez soit passer par la logithèque pour l’installer, soit ouvrir un terminal et entrer la commande :

sudo apt-get install gimp

Pour les autres distributions, le site officiel donne la commande nécessaire à l’installation en fonction de votre distribution.

Comme je le précisais au début de ce billet, j’ai choisi cette méthode pour sa simplicité et pour sa relative rapidité d’exécution même si je n’ignore pas qu’il existe de nombreuses méthodes d’application et de réglage des couleurs dans Gimp. En effet, même si je prends régulièrement des photos « souvenirs », je ne fais pratiquement jamais de retouches, je ne suis ni photographe, ni infographiste.

Pour choisir la première zone de couleur, je vais utiliser l’outil de sélection à main levée qui me permet par une série de points d’entourer la région à modifier. Je décide de commencer par tout ce qui est « peau nue »

Une fois la main et le visage entouré, je n’ai plus qu’à aller dans Outils > Outils de couleurs > Colorier

Je vais alors pouvoir modifier la teinte, la saturation et la luminosité afin de trouver la couleur recherchée pour la zone sélectionnée préalablement.

Je poursuis par les autres parties « peau nue » afin de retrouver facilement la teinte dans la rubrique « Présélections »  qui présente l’avantage de mémoriser toutes les teintes utilisées pendant le travail en les classant de façon chronologique.

Je continue ainsi patiemment, zones de couleurs après zones de couleurs en n’hésitant pas à zoomer l’image afin de m’occuper du blanc des yeux, des lèvres, des dents, etc.

Une fois la photo entièrement colorisée, vous pouvez alors utiliser les autres outils de couleur afin d’affiner votre travail. En ce qui me concerne, je n’ai plus qu’à sauvegarder cette photo colorisée sur une clé USB afin d’aller la mettre en fond d’écran sur l’ordinateur de ma chère Maman.

Amusez-vous bien.

Retouchez facilement vos images avec Pinta

Pinta est un logiciel de retouche d’image développé en GTK et fortement inspiré de Paint.net dont l’objectif avoué est de proposer une alternative simplifiée aux utilisateurs occasionnels de Gimp.

On trouve dans Pinta tous les outils et toutes les fonctionnalités que nous sommes en droit d’attendre de n’importe quel éditeur d’image et ce dans une interface agréable.

Ses principales caractéristiques sont :

  • Effets (niveau automatique, noir et blanc, Sépia, …)
  • Filtres multiples (pas autant que dans Gimp
  • Fonction undo / redo (annuler/recommencer) illimitée
  • Outils de dessin (pinceau, crayon, formes, …)

Pinta est actuellement au début de son développement, de nouvelles fonctionnalités sont donc à prévoir dans le futur.

Inconvénient majeur : il est en Anglais

Avantage : est disponible sous Windows, Mac et Linux.

Pour l’installer dans votre distribution préférée, rendez-vous sur la page de téléchargement.

Amusez-vous bien

Source : MakeTechEasier

 

Ubuntu, la face B du CD d’installation

Dans son blogue, le collaborateur de  Canonical Jorge O. Castro annonce la naissance des « Faces-B »  d’Ubuntu où se retrouvent les applications qui ne sont pas/plus dans le CD d’installation officiel de cette distribution.

Pour ceux qui ne savent pas ce qu’est une face B, il faut remonter à l’époque des disques en vinyle. Les chansons étaient gravées sur des 45 tours qui se lisaient des deux cotés. Le titre phare était  sur la face A, la face B étant destinée à un titre moins connu qui en général ne figurait pas sur l’album.

Bien que ces faces B n’atteignent pas (à quelques exceptions près)  la popularité des titres de la face A,  elles faisaient office de bonus et étaient prisées des collectionneurs.

De telles « Faces-B » seront désormais disponibles pour Ubuntu. Jorge O. Castro en collaboration avec Mathieu Trudel-Lapierre a assemblé un dépôt PPA pour ces « Faces-B » qui offrent une sélection de programmes que Jorge O. Castro considère « haut de gamme », mais qui ne peuvent pas ou plus être inclus dans l’installation standard en raison de la taille limité d’un CD.

Un paquet appelé B-Sides (Faces-B) chargera cette compilation d’applications (Jorge O. Castro se penche d’ores et déjà sur les paquets supplémentaires en particulier pour les administrateurs ou les utilisateurs de KDE).

Jorge O. Castro a fourni un B-Sides list (Liste de la Face B) qui inclut OpenOffice.org, GNOME Do, Gwibber, jokosher, Miro, Inkscape, gimp-data-extras et GNOME.

Pour installer les applications, les utilisateurs de Ubuntu peuvent mettre à jour les sources de logiciel de leur système de la manière suivante :

  • Ouvrez un terminal et écrivez :

sudo gedit /etc/apt/sources.list

  • rajoutez à ce fichier les lignes suivantes :

##Face Bdeb http://ppa.launchpad.net/b-sides/ppa/ubuntu karmic maindeb-src http://ppa.launchpad.net/b-sides/ppa/ubuntu karmic main

  • Fermez et enregistrez ce fichier puis écrivez dans votre console :

sudo apt-get update

  • et enfin

sudo apt-get install b-sides

La liste des applications de ces « Faces-B » est disponible ICI.

Amusez-vous bien

Sources : Linux-magazine.com & Jorge’s Stompbox

Ubuntu : où en suis-je avec le logiciel libre ?

Cela fait désormais deux ans et demi que j’ai quitté Windows et les logiciels payants, (payés ou piratés) pour migrer sur Ubuntu et ses applications Open Source.

Durant cette période, j’ai essayé et testé différentes applications plus ou moins libres. Mon constat est le suivant : je n’utilise (presque) plus de logiciels non libres.

Voici la liste des applications que j’utilise quasiment tous les jours (je ne parlerai pas ici  nide celles que j’essaye de temps à autre pour voir ce qu’elles peuvent éventuellement m’apporter de plus, ni de celles que je n’utilise que très rarement, ni de celles concernant l’utilisation à proprement parler de la machine).

Applications Open Source

Navigateurs :

  • Firefox pour ses plugins multiples et variés

  • Chromium pour Google Wave uniquement et qui est la version libre de Google Chrome

Clients de communication :

  • Thunderbird sur mon PC fixe
  • Claws-mail sur la clé USB bootable que j’utilise sur mon PC portable professionnel (car plus léger)
  • Gwibber puisqu’il gère aussi bien Twitter qu’Identi.ca

Je n’utilise plus de logiciel de messagerie instantanée.

Photos &Images :

N’étant pas un passionné de graphisme, je n’utilise pas GIMP qui reste pour beaucoup de Linuxiens la Rolls Royce de la création graphique.

Audio & Vidéo :

  • Atunes sur mon PC fixe pour la musique
  • Rhythmbox sur ma clé USB bootable égalementpour la musique
  • Totem pour les vidéos

Bureautique :

  • Open Office pour les diaporamas à la noix (je reste poli) que je reçois par courriel mais aussi pour écrire de temps en temps des courriers officiels. A titre personnel je n’utilise pas de tableur.

Gravure :

  • K3B car je grave une fois par moi dix CD de photos pour des raisons professionnelles et que nos chers administrateurs n’ont pas jugé utile de nous installer un logiciel de gravure digne de ce nom sur les PC portables Windows fournis par l’entreprise. J’imagine que c’est à cause du prix des licences…

P2P :

  • Transmission pour récupérer différentes distributions libres afin de les essayer. Je me demande bien pourquoi j’ai pendant longtemps utilisé Vuze/Azuréus (non libre) bien plus lourd et moins pratique.

Outils système

  • Autoscan pour la surveillance de mon réseau avec une interface graphique conviviale

Applications non libres

Outils système :

  • VirtualBox non OSE pour sa gestion des ports USB
  • PoiLoader qui est le logiciel d’installation des points d’intérêt (entendez les radars) de mon Garmin et qui n’est développé que pour Windows et pour Mac.

En conclusion, je me rends compte que l’Open Source répond à 86,67% à mes besoins quotidiens (vous pouvez recompter, 13 applications libres pour 15 au total). Je pense même que ce ratio, si l’on exclue les aficionados de jeux PC, est meilleur pour un utilisateur lambda qui n’utilisera ni VirualBox, ni PoiLoader ; il suffit pour le vérifier de faire le tour de vos connaissances et de voir de quelle façon ils utilisent (à titre particulier) l’outil informatique.

Gimp 2.8 : une seule fenêtre

gimp01Le choix de n’avoir plus qu’une fenêtre unique a finalement été confirmé pour Gimp 2.8. Peter Sikking, l’artiste architecte de GIMP nous l’explique très clairement dans un récent article de blog.

Si vous préférez le mode multi-fenêtre, ne soyez pas inquiet, Peter Sikking écrit que vous pourrez choisir entre une fenêtre unique ou des fenêtres multiples à l’aide d’un bouton :Il devrait également y avoir beaucoup d’autres améliorations dans la version 2.8 de Gimp. Attention: l’image de début de ce billet vient du site de Peter Sikking, il s’agit juste d’une maquette du projet, elle n’est pas la version réelle. Les images suivantes proviennent de la 2.7.1 que j’ai installé sur ma machine.

Si comme moi vous souhaitez installer Gimp 2.7, une première étape vers GIMP 2.8, la prochaine version stable (version de développement instable), voici les instructions d’installation pour Ubuntu :

gimp02

Nous allons dans un premier temps ajouterles dépôts dans notre sources.list.Pour Jaunty Jackalope :

deb http://ppa.launchpad.net/matthaeus123/mrw-gimp-svn/ubuntu jaunty main

Pour Karmic Koala :

deb http://ppa.launchpad.net/matthaeus123/mrw-gimp-svn/ubuntu karmic main

Ajoutons ensuite la clé :

sudo apt-key adv --recv-keys --keyserver keyserver.ubuntu.com 405A15CB

Puis enfin effectuons la mise à niveau vers Gimp 2.7.1 :

sudo apt-get update && sudo apt-get upgrade

Si vous obtenez le message : gimp-2.7: error while loading shared libraries: libgegl-0.1.so.0: cannot open shared object file: No such file or directoryInstallez libgegl :

sudo apt-get install libgegl-0.0-0

gimp02

Amusez-vous bien.

Source : http://webupd8.blogspot.com/2009/09/gimp-28-confirmed-as-single-window.html

Blog en pause

pause

Traducteur

    Translate to:

Archives

Tout ouvrir | Tout fermer

Réseaux Sociaux

 

L’April