Gubuntu

Nostalgique de Gnome 2? Installe Mate 1.4.0 dans ta Ubuntu

Si tu regrettes le bon vieux Gnome 2 de tes précédentes versions d’Ubuntu, voici comment installer Mate 1.4.0 dans ta Ubuntu et retrouver tes bons vieux tableaux de bord d’antan.

Mate est un fork de gnome 2. Il permet d’utiliser une interface exactement semblable à l’ancienne interface de GNOME 2. Il utilise des paquets renommés et des applications de sorte qu’il n’entre pas en conflit avec GNOME 3 et vous pouvez avoir à la fois MATE et GNOME 3 installés dans le même temps, quelque chose qui n’est pas possible avec la version de GNOME 2. (source : documentation Ubuntu-fr).

Mate n’étant pas dans les dépôts officiels d’Ubuntu, vous ne devez l’installer qu’en toute connaissance de cause.

Nous allons dans un premier temps indiquer l’adresse des dépôts de cette dernière version de Mate en ouvrant un terminal et en copiant la commande

sudo add-apt-repository "deb http://packages.mate-desktop.org/repo/ubuntu precise main"

Nous allons ensuite mettre à jour la liste de nos dépôts à l’aide de la commande

sudo apt-get update

et enfin lancer l’installation en lançant la commande

sudo apt-get install mate-archive-keyring mate-core mate-desktop-environment gdebi

Une fois l’installation terminée, fermez votre session et de retour sur l’écran de connexion, cliquez sur le logo à coté de votre identifiant.

Choisissez « MATE » et connectez-vous.

Vous voilà enfin arrivé sur votre ancienne interface Ubuntu. Pour que celle-ci soit parfaite, il ne reste plus qu’à fixer un bug qui provoque parfois la disparition de certaines icônes à cause d’un conflit entre  mate-settings-daemon et gnome-settings-daemon.

Ouvrez un terminal et entrez la commande

sudo pluma /etc/xdg/autostart/mate-settings-daemon.desktop

Remplacez dans le fichier qui vient de s’ouvrir la ligne

Exec=/usr/bin/mate-settings-daemon

par

Exec=bash -c "/usr/bin/mate-settings-daemon --no-daemon &"

Enregistrez et fermez puis ouvrez le fichier  /etc/xdg/autostart/gnome-settings-daemon.desktop à l’aide de la commande:

sudo pluma /etc/xdg/autostart/gnome-settings-daemon.desktop

Remplacez l’intégralité du texte par

#!/usr/bin/env xdg-open

[Desktop Entry]
Type=Application
Name=MATE Settings Daemon
Exec=/usr/bin/mate-settings-daemon
OnlyShowIn=MATE;Unity;
NoDisplay=true
X-GNOME-Autostart-Phase=Initialization
X-GNOME-Autostart-Notify=true
X-GNOME-AutoRestart=true
X-Ubuntu-Gettext-Domain=gnome-settings-daemon

Enregistrez et fermez le fichier.

Il ne vous reste plus qu’à redémarrer votre machine afin que ces nouveaux paramètres soient pris en compte.

Amusez-vous bien.

Source : Up Ubuntu

Utilisez facilement Ubuntu 12.04 LTS Precise Pangolin en version GNOME Shell (GNOME 3)

Ceux qui lisent mes billets savent que j’utilise Unity depuis le début. Pour autant, comme je suis curieux, j’ai décidé d’essayer GNOME Shell dans ma distribution favorite.

GNOME Shell (distribué sous licence GNU GPL) est le cœur de l’interface graphique de l’environnement de bureau GNOME à partir de sa version 3.0 (Wikipédia). Pour installer GNOME Shell, rien de bien compliqué puisque disponible dans la logithèque Ubuntu.

Si vous voulez connaître les dépendances qui s’installent, vous pouvez également le faire en ligne de commande en entrant dans un terminal :

sudo apt-get install gnome-shell

Une fois l’installation effectuée, redémarrez votre machine afin de finaliser l’opération et cliquez sur l’icône Gnome se trouvant à côté du nom d’utilisateur afin de choisir sous quelle version vous souhaitez démarrer votre session.

Choisissez GNOME (GNOME Classic est présent sur mon écran car je l’ai également essayé comme expliqué dans un précédent billet).

Le tableau de bord supérieur même si légèrement différent rappelle celui d’Unity.

Les applications sont accessibles soit en cliquant sur « Activités », soit en amenant sa souris dans le coin supérieur gauche de l’écran, soit en appuyant sur la touche [Super] (touche Windows).

Vous pouvez catégoriser ces applications dans le champ droit ou taper directement le nom de celle recherchée dans le champ prévu à cet effet. L’insertion du disque externe fait apparaître la fenêtre visible au bas de la capture ci-dessus.

L’onglet fenêtre fait apparaître les applications actives ainsi que les bureaux utilisés. Il est possible de faire glisser une application vers le bureau de son choix comme dans mon exemple le Terminal.

Les applets des applications ouvertes apparaissent également dans « Activités » en bas à droite. C’est ici que vous pouvez gérez vos périphériques amovibles.

Chaque application ouverte apparaît dans la barre de gauche avec un accès à la fenêtre souhaitée.

Je n’ai pas poussé plus loin l’exploration de GNOME Shell dans Ubuntu mais quelques soient vos goûts et/ou habitudes, vous pouvez utiliser Ubuntu 12.04 LTS Precise Pangolin avec l’interface de votre choix puisqu’au delà d’Unity, GNOME Classic et GNOME Shell non seulement fonctionnent mais sont tous deux disponibles dans les dépôts officiels et peuvent s’installer l’un comme l’autre à partir de la logithèque sans qu’aucune connaissance informatique spécifique ne soit requise.

Amusez-vous bien

Source : How-To Geek

Utilisez Ubuntu 12.04 Precise Pangolin en version Gnome Classic

Pour les réfractaires à Unity, il est toujours possible d’utiliser la prochaine version d’Ubuntu en mode Gnome Classic avec les tableaux de bords et les menus traditionnels d’applications et accès aux dossiers, comme le montre la capture d’écran ci-dessous.

Pour ce faire, il suffit simplement d’ouvrir un terminal et d’entrer la commande :

sudo apt-get install gnome-session-fallback

Redémarrez ensuite votre machine et cliquez sur l’icône Gnome se trouvant à côté du nom d’utilisateur afin de choisir sous quelle version vous souhaitez démarrer votre session.

Choisissez GNOME Classic (pour revenir à Unity, il faudra simplement choisir UBUNTU)

Amusez-vous bien

Et s’il était possible d’installer Ubuntu 11.10 proprement sans Unity ? Gubuntu par exemple !

Unity n’ayant pas fait l’unanimité, beaucoup d’Ubunteros ont fuit leur distribution favorite pour lui préférer un système utilisant Gnome par défaut. La question que l’on peut se poser est donc : « Qu’en aurait-il été si Ubuntu avait conservé Gnome par défaut ? »

Pour le savoir, il suffirait en fait de pouvoir installer Ubuntu directement avec Gnome 3 et sans Unity, une distribution qui pourrait s’appeler « GUBUNTU » mais, est-ce possible ? C’est sur le site Muktware que j’ai trouvé la solution que je vous propose ci-après.

Attention, cette manipulation s’adresse à des utilisateurs avertis et je décline toute responsabilité si cela ne fonctionne pas chez vous. De plus, la liste des applications installées par défaut est restreinte, il conviendra donc d’installer celles dont vous avez besoin.

Cet avertissement étant fait, nous allons pouvoir commencer en téléchargeant l’image iso non pas d’Ubuntu 11.10 Oneiric Ocelot desktop édition mais celle d’Ubuntu Server 11.10 Oneiric Ocelot afin de la graver sur un CD.

Le CD étant prêt, nous pouvons installer Ubuntu Server sur la machine de notre choix en bootant dessus. Notre ordinateur devra impérativement être relié par cable ethernet et non par Wi-fi à notre modem/box ADSL.

Choisissons « Installer Ubuntu Server » et en indiquons ensuite la langue souhaitée.

Nous allons maintenant suivre les étapes de l’installation en sélectionnant le système de clavier, le fuseau horaire, etc. tout en répondant non aux masques proposant d’installer des paquets supplémentaires.

Une fois l’installation terminée, redémarrons la machine et entrons la commande :

sudo apt-get update && sudo apt-get install gnome

Ceci va lancer le téléchargement puis l’installation de tous les paquets permettant à notre Ubuntu Server de devenir « Gubuntu » 11.10 Oneiric Ocelot.

Une fois cette étape terminée, nous allons rebooter l’ordinateur à l’aide de la commande :

sudo shutdown -r now

Nous devons lors de la connexion choisir « Gnome ». Notre Gubuntu est désormais opérationnelle.

Amusez-vous bien.

 

Blog en pause

pause

Traducteur

    Translate to:

Archives

Tout ouvrir | Tout fermer

Réseaux Sociaux

 

L’April