Libre

Hybryde 12.04 Hy-menu dans les starting blocks

Tous ceux qui aiment tester différents environnements (KDE, Gnome 3, Unity 2D, Gnome Panel, Xfce, E17, Lxde, OpenBox, Fleex et Unity 3D) disponibles sous Linux seront heureux d’apprendre que la version 12.04 de cette toujours surprenante distribution devrait être disponible une semaine après la sortie de la future Ubuntu 12.04 Precise Pangolin puisque basée sur cette dernière.

Hybryde est une distribution se basant sur Ubuntu dont la première version (NirvanOS) est sortie au mois de Mars 2011.

Son concepteur , Josepe36, l’a créée à l’origine , pour y inclure et montrer les possibilités d’un outil qu’il a développé, permettant de sauvegarder le MBR de Windows nommé “Equitable”. Il a su ainsi attirer et fédérer autour de lui une petite équipe de passionnés qui maintiennent cette distribution depuis sa création.

A l’heure actuelle, trois versions sont sorties:

  • NirvanOS – Basées sur Ubuntu 10.10
  • EldoradOS – Basée sur Ubuntu 11.04
  • Hybryde 11.10 – Basée sur Ubuntu 11.10

(Source : wiki Hybryde, rubrique présentation)

Comme à son habitude, la Team Hybryde nous prévoit quelques surprises, notamment le remplacement de Cairo-dock par un Hy-menu spécialement codé pour Hybryde avec comme fil conducteur l’idée que de nombreux Linuxiens souhaitent pouvoir personnaliser leur distribution. Ce menu permettra donc de modifier facilement son fond d’écran, de choisir son thème, de modifier sa position mais également d’activer ou non les icônes sur le bureau. Il sera même possible de choisir d’activer ou non la mise en mémoire vive des caches de Firefox et Chromium.

En attendant de pouvoir essayer cette nouvelle mouture, voici une prometteuse vidéo de démonstration de ce fameux Hy-menu

Le site Hybryde

Une horloge « Ubuntu » sur votre site

Si vous souhaitez afficher l’heure sur votre blog ou site (html ou xhtml) aux couleurs d’Ubuntu, SpreadUbuntu propose une version remaniée sous licence Creative Commons BY-SA de CooclClock (BSD OpenSourceLicence) aux couleurs de votre O.S. de prédilection.

  • Dans un premier temps, vous devez télécharger le dossier source.
  • Décompressez le dossier.
  • Ouvrez le dossier « ubuntu_clock_1_0.1 »

  • Uploadez le dossier « ubuntu clock » à la racine de votre site

  • Copiez entre les balises <head> et </head> de la page où vous souhaitez faire apparaître l’horloge le code suivant :

<script src="ubuntu clock/jquery.js" type="text/javascript"></script>
<!--[if IE]><script type="text/javascript" src="ubuntu clock/excanvas.js"></script><![endif]-->
<script src="ubuntu clock/coolclock.js" type="text/javascript"></script>

  • Copiez entre les balises <body> et </body> de la même page le code suivant :

<canvas style="background-image: url('ubuntu clock/ubuntu.png'); background-repeat:no-repeat; background-position:center"></canvas>

Amusez-vous bien

Au Portugal, la crise financière profite au logiciel libre dans les établissements scolaires

D’après le journal Publico, le Ministère de l’Éducation et des Sciences du Portugal (MEC) a décidé de ne plus consacrer d’importantes sommes d’argent pour les logiciels Microsoft dans les écoles.

En effet, dans le cadre des mesures d’austérité, le gouvernement ne souhaite pas renouveler les licences d’utilisation de logiciels  Microsoft des 50 000 ordinateurs distribués entre 2004 et 2007. Les établissements scolaires conserveront leurs vieux ordinateurs afin d’y installer des distributions GNU/Linux. Cette mesure ne devrait pas toucher les PC distribués en 2009 au titre du plan technologique pour l’éducation car ces derniers bénéficient d’une licence définitive et non de licences par abonnement, contrairement aux 31 558 ordinateurs portables et 19 358 ordinateurs de bureau concernés.

«Un grand nombre de ces équipements, compte tenu de leur âge, ne sont pas en bon état et ne supportent pas les dernières versions des produits Microsoft», indique la circulaire publiée par le MEC.

Si José Eduardo Lemos de  Association des cadres scolaires, comme Adalmiro Fonseca, de l’Association nationale du groupement des directeurs des écoles publiques  admettent que de nombreux ordinateurs ne sont plus en activité, ils minimisent le besoin de migrer vers un logiciel libre. « Chaque situation doit être analysée au cas par cas. Pour certains postes il sera intéressant de payer la licence, pour les autres il sera préférable d’adopter Linux, ce qui permettra effectivement de diminuer les coûts» (1,16 millions d’euros en 2010), admet José Eduardo Lemos, dont l’école secondaire Eça de Queirós, à Póvoa de Varzim, est équipée de 300 ordinateurs, dont «seulement 20 à 30 sont antérieurs à 2009. »

Adalmiro Fonseca, même s’il convient que la situation n’affectera pas le fonctionnement des écoles et qu’il a bien compris que d’après ses collègues « l’utilisation du logiciel libre est l’avenir » soutient qu’il aurait été préférable d’avoir plus de temps pour effectuer cette transition vers Linux, mais s’il est toutefois convaincu que « le processus ne sera pas dramatique. »

Ces licences Microsoft ayant expiré le 30 septembre 2011, le MEC préconise de ne les renouveler « que pour les serveurs en bon état de fonctionnement et pour lesquels la migration vers des systèmes Linux n’est pas possible ». Le ministère précise également que même dans ce cas de figure, il ne sera pas capable d’assumer une telle dépense.

Le Portugal étant à court d’argent, il doit effectivement réduire ses budgets et abandonner le paiement des licences Microsoft notamment sur des machines vétustes ne répondant plus aux exigences de fonctionnement des logiciels de la firme de Redmond, ce qui peut être une solution dont devraient s’inspirer beaucoup d’autres états membres de l’Union Européenne.

La version 11.10 d’Hybride est arrivée

Cette nouvelle version de la surprenante distribution Hybride 11.10 32 bits est basée sur Ubuntu 11.10. Elle est une évolution d’Hybryde ElodoradOS. Pour mémoire, cette distribution permet d’essayer tour à tour KDE, Gnome 3, Unity 2D, Gnome Panel, Xfce, E17, Lxde, OpenBox, Fleex et maintenant Unity 3D Ses auteurs mettent en avant le fait qu’Ubuntu 11.10 Oneiric Ocelot est une base de premier choix pour le bon fonctionnement d’Hybryde et ce pour plusieurs raisons :

  • Ubuntu a su tirer parti des remarques et déceptions occasionnées par Ubuntu 11.04 Natty Narwhal.
  • Évolutions importantes permettant d’installer KDE 4.7, Cairo-Dock et Gnome-shell à côté d’Unity sans avoir recours à du bricolage
  • Arrivée du nouveau noyau en version 3 qui entre autre gère nativement le driver Nvidia.

Pour cette nouvelle version, les développeurs ont opté pour la sobriété et se sont consacrés à la normalisation de tout ce qui fait tourner cette étonnante distribution. Les scripts sont de ce fait empaquetés sous le nom de « Hybryde-évolution » sur lesquels les copyrights sont apposés  en licence GPL.

Dans les nouveautés qu’il convient de citer, on notera l’apparition d’un centre de contrôle baptisé Hy-geek spécialement codé pour Hybryde et installé d’office sur cette dernière version. Unity 3D est également présent sur cette version même si à mon avis l’intégration n’a pas dû être de tout repos.

Enfin, cerise sur le gâteau, Hybryde 11.10 possède désormais son propre dépôt, ce qui permet l’automatisation des mises à jour de correction ou d’amélioration des paquets spécifiques précédemment cités.

En guise de conclusion, je me contenterai de reprendre l’ancien slogan d’une chaîne de télé : « Hybryde, la petite distribution qui monte… » et de féliciter une fois de plus toute l’équipe des développeurs qui continue à nous permettre  de visiter, tester, essayer tous ces différents environnements.

Amusez-vous bien.

Le site Hybryde

Télécharger Hybryde 11.10

 

Un Conseil Général développe une distribution basée sur Ubuntu : 5000 Micros

Afin de réduire la fracture numérique, le Conseil Général des Deux-Sèvres a décidé depuis 2009 d’aider les collégiens titulaires d’une bourse en leur fournissant matériel, formation et aide à la connexion internet. Aujourd’hui, le Conseil Général met également des micro-ordinateurs à disposition des personnes âgées et des publics suivis par les travailleurs sociaux.

Les ordinateurs fournis par l’opération 5000 Micros proviennent de la Maaf. Il sont dans un premier temps « nettoyés » de toutes leurs données puis le matériel est vérifié afin d’être soit utilisé, soit mis au rebut. Les distributions 5000 micros sont dérivées d’Ubuntu 10.04 LTS mais il existe plusieurs choix sur le site Solid’R net : Lubuntu Associations, Ubuntu Collégiens et Solid’R net V3 (version de test).

Le réseau Solid’R net recherche pour parfaire cette distribution des testeurs de bonne volonté. Si vous êtes intéressés, rendez-vous sur la page dédiée de leur site afin de télécharger 5000 Micros.

Comme j’ai décidé d’essayer cette distribution dans VirtualBox, voici quelques captures d’écrans et commentaires.

Le premier écran permet de choisir soit le live CD, soit l’installation. C’est cette option que j’ai choisi.

Je suis arrivé sur la « mire » 5000 micros qui est en fait l’écran de chargement de l’installateur.

J’ai ensuite déroulé les différents écrans qui effectivement sont les mêmes que ceux d’une Ubuntu.

Enfin j’ai lancé l’installation.

Une fois l’installation terminée et l’ordinateur redémarré, on se retrouve sur l’écran de connexion GDM.

On notera au niveaux des applications par défaut la présence de ClamTk, Alexandria, PhpCompta, Grisbi, LibreOffice, PowerPoint Viewer, Évolution, Verbiste, GCompris, CaRMetal, Celestia, Childsplay, Dr Géo, TuxMath, Tux Typing, Dia, Gimp, Inkscape, Geekie, Opera, Thunderbird, etc…

A noter également la présence du contrôle parental Nanny

En bref, une distribution sur mesure proposée par le Conseil Général des Deux-Sèvres qu’il convient de saluer pour cette belle initiative.

Amusez-vous bien

 

Blog en pause

pause

Traducteur

    Translate to:

Archives

Tout ouvrir | Tout fermer

Réseaux Sociaux

 

L’April