Libre

OpenSourceSoft, une logithèque pour faire connaître le monde du logiciel libre aux utilisateurs Mac et Windows

Une fois n’est pas coutume, ce billet ne traitera ni de Linux en général, ni d’Ubuntu en particulier. Il s’adresse en fait aux utilisateurs de Mac et de Windows désireux de connaître le monde du logiciel libre.

Je vais donc vous parler d’OSS. Il ne s’agit pas bien entendu du fameux espion français incarné à l’écran par Jean Dujardin mais d’OpenSourceSoft, une logithèque qui :

  • a pour but de combler la difficulté d’informations sur le logiciel libre sous Windows et MAC,
  • souhaite le promouvoir en simplifiant son installation et en rendant la recherche de logiciels satisfaisant simple et rapide,
  • souhaite être dans une éthique libre (un fonctionnement comme un wiki, que tout le monde peux enrichir, combler, mettre à jour…)
  • a besoin d’évoluer,
  • a besoin d’un petit coup de pouce pour son lancement.

Il ne s’agit pas de lancer une collecte de fond mais plutôt un appel aux gens de bonne volonté pouvant donner un peu de leur temps, de leur savoir, de leur connaissances…

En effet, même si le projet est déjà en place, beaucoup de choses doivent encore être améliorées, corrigées:

  • Design fait par un accro à la console
  • Fiches faites « à l’arrache » pour combler les espaces vides
  • Failles de sécurité
  • Un JavaScript non présent
  • Des fonctions manquantes…

C’est pour toutes ces raisons qu’OpenSourceSoft recherche:

  • Des rédacteur de fiches
  • Des traducteurs pour proposer ce site dans différentes langues
  • Des designer pour créer une identité visuelle propre au site
  • Des dessinateurs pour donner envie aux visiteurs
  • Des rapporteurs pour faire remonter les bugs et les fonctionnalités manquantes
  • Des développeurs PHP pour mettre en place ces fonctionnalités et corriger ces bugs
  • Des correcteur pour vérifier que le site n’est pas rempli de fautes
  • Des développeurs de logiciels (pour créer un logiciel multi-plateformes proche de la logithèque Ubuntu)
  • Des développeurs JavaScript pour rendre ce site vivant

Comme vous pouvez le constater, il y a de la place pour tout le monde. Si vous souhaitez intégrer l’équipe d’OSS, vous pouvez les contacter de la manière suivante :

  • Par mail à admin[at]osp.leobaillard.org
  • Sur Diaspora* via le tag #OpenSourceSoft
  • Sur Twitter via OSProj
  • Par IRC sur #opensourceproject sur Freenode
  • Sur le forum http://opensourcehelp.fr.nf/
  • Sur la plateforme de développement TeamBox (Inscrivez-vous, puis envoyez votre pseudo par mail, nous vous ajouterons au projet)
  • Sur 99translations pour les traducteurs
  • Sur le site pour les rédacteurs (La partie d’administration est disponible via le konami code comme expliqué sur la page d’aide)

Je souhaite donc bonne chance et longue vie à OpenSourceSoft.

 

Hybryde EldoradOS, ou comment essayer KDE, Gnome 3, Unity 2D, Gnome Panel, Xfce, E17, Lxde, OpenBox et Fleex

Je m’étais dit que je testerai cette dernière version d’Hybryde après mes vacances mais le destin en a décidé autrement. En effet, la clé USB bootable Ubuntu que j’utilise en vacances m’a lamentablement lâché et, comme fort heureusement j’avais installé Hybryde EldoradOS sur une autre, je n’ai pas eu d’autre choix que de l’utiliser pour me connecter et sincèrement, je ne l’ai pas regretté.

Pourquoi avais-je installé Hybryde sur une clé ? Revenons quelques jours en arrière. Avec l’arrivée d’Unity dans Ubuntu 11.04 Natty Narwhal, j’avais, courant juin écrit un courriel à Olivier, un des développeurs d’Hybryde afin qu’il me donne des nouvelles de la future version de cette OS atypique. Il faut dire que j’avais craqué sur la précédente, NirvanOS. La réponse d’Olivier ne tarda pas, elle arriva début juillet mais elle me laissa sur ma faim puisque l’intégration d’Unity 2D semblait poser quelques problèmes majeurs dont l’impossibilité de quitter la session dans la version « live » et la non conservation des lanceurs dans le dock. De plus, Babdu89 devait encore s’assurer du bon fonctionnement de Clean-Ubiquity qui gère la sauvegarde automatique du MBR lors de l’installation d’Ubuntu, ce qui se révèle indispensable dans le cas d’une installation en dual-boot avec Windows ou MacOS. Le chantier était donc loin d’être achevé. Ce n’est que fin juillet qu’Olivier m’avertit de la disponibilité d’EldoradOS que je m’empressai alors de télécharger en n’imaginant pas avoir le temps de l’essayer pendant mes vacances. Les quelques bugs restant sont désormais minimisés grâce à l’investissement de Nicos, Babdu89, Yannubuntu, Multiuser, l’équipe S3B et bien sûr Olivier sans oublier le travail de la Team Clean-Ubiquity.

Hybryde dispose donc à présent de trois nouveaux environnements :

  • Gnome 3

  •  Unity 2D

  • Fleex

Hybryde EldoradOS permet de découvrir et d’essayer différents environnements mais  utilise également des scripts de développeurs amateurs tel que Clean-Ubiquity, Hy-install et Fleex. Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, le site d’Hybryde a également été revu et corrigé puisque maintenant sans Flash, ni copyright. En bref : que du bonheur !
C’est donc sur EldoradOS en version Live-USB que j’écris ce billet. L’OS est stable, ne rame pas, ne plante pas et, si j’avais un seul reproche à émettre, ce serait d’avoir été obligé de modifier le clavier en « AZERTY » et d’installer la langue Française. J’imagine que la prochaine version sera d’emblée proposée pour un usage Francophone.

Pour conclure, installer Hybryde sur une clé bootable permettra au plus grand nombre non seulement de tester ces différents environnements mais également de les faire découvrir à tous ceux qui hésitent à faire le pas vers Linux et qui ne savent s’ils doivent s’orienter vers KDE, Gnome 3, Unity 2D, Gnome Panel, Xfce, E17, Lxde, OpenBox ou Fleex. Je tiens donc à remercier tous ces développeurs de l’ombre qui par cet énorme travail ont permis à Hybryde de voir le jour et de continuer à s’améliorer. N’hésitez pas non plus ni à laisser quelques messages d’encouragement à leur attention dans les commentaires, ni à leur consacrer un billet sur votre propre blog.

Amusez-vous bien.

 Téléchargement d’Hybryde

Hybryde « Nirvan O.S. », un DVD live pour tester différents environnements Linux

Bonjour Clapico
Lecteur de ton blog permets moi de te présenter HYBRYDE . Cette définition n’est valable que pour l’homme ou les éléments naturels car ici, nous parlerons d’une distribution basée sur Ubuntu 10.10 francophone et permettant, excuse du peu,6 bureaux différents avec lesquels on peut jouer d’un simple clic de souris. Pô belle la vie.

Présentation de la distribution.
http://www.hybryde.org/index.php?option=com_content&view=article&id=46&Itemid=76&lang=fr

Vidéo de la distribution.
http://www.hybryde.org/index.php?option=com_content&view=article&id=52&Itemid=77&lang=fr

Téléchargement.
http://www.hybryde.org/index.php?option=com_content&view=article&id=50&Itemid=86&lang=fr

Forum.
http://hybryde.org/forum/index.php

Ce qui est magnifique avec cette distribution, c’est de changer d’environnement de travail tout en conservant le travail enregistré.

Cordialement en espérant que ce partage t’ aura conquis

C’est suite à ce courriel reçu la semaine dernière de Senosen, lecteur de ce blog que j’ai décidé d’aller voir ce qu’était Hybryde en téléchargent le Live DVD que j’ai lancé dans un premier temps sur ma VirtualBox.

Hybryde est basé sur Ubuntu 10.10 Maverik Meerkat en version francophone mais réserve une surprise lors du lancement puisque s’ouvrant sur un bureau proposant d’une part des applications par défaut…

…et d’autre part également de tester six environnements différents en cliquant sur l’icône « Bureau » comme Gnome, KDE, E17, Xfce, Lxde et Openbox.

Afin de mieux se rendre compte, rien ne vaut une vidéo présentant l’interface de démarrage.

Pour aller plus loin dans le test, j’ai créé une clé USB Live afin de tester les différentes possibilités d’Hybryde et d’aller voir ce qui était proposé dans chacun des six environnements.

  • Gnome

J’arrive effectivement sur une belle Ubuntu relookée.

avec tout un tas d’applications Gnome et KDE installées d’origine en doublon (ou triplon) comme Évolution, Kmail, Thunderbird, Qtorrent, Transmission, Terminal et LXTerminal, Amarok, Rythmbox, etc.

Le navigateur proposé est Firefox et le gestionnaire de connexion réseau WICD. En bref, rien de neuf sous le soleil si ce n’est une profusion d’applications faisant double emploi. J’y importe rapidement mon profil Firefox, Evolution et Gwibber afin de garder le contact durant mes essais puis passe à la découverte un nouvel environnement.

  • KDE

Là encore c’est sur une Kubuntu relookée que j’arrive. Mon wifi ainsi que Firefox, Évolution et Gwibber ont conservé les paramétrages enregistrés sous l’environnement Gnome. Je retrouve ici toutes les applications proposées précédemment.

Les quatre espaces de travail proposent ici des thèmes différents avec des accès aux applications intégrées sur les bureaux.

  • E17 (Enlightment)

Voici le troisième environnement sur lequel je ne m’attarderai pas puisque hormis le fait de connaitre ses réactions et fonctionnements,  je retrouverai une fois de plus les mêmes menus ainsi que mes réglages précédents.

  • XFCE

Là encore, je n’ai pas grand chose à ajouter, environnement différent mais mêmes applications embarquées.

  • LXDE

Encore un environnement light avec une présentation soft…

  • Openbox

Enfin, le dernier environnement et surtout le plus léger de tous puisqu’il s’agit principalement d’un gestionnaire de fenêtre : Openbox.

L’accès aux menus se fait par un clic droit sur le bureau.

La présentation d’Hybryde étant achevée, que peut-on en penser? Que peut apporter cette version live? Quels en sont les avantages? Les inconvénients?

Si je m’amuse à lister ce qui m’a plu, je note plusieurs points positifs :

  • C’est un bel outil pour tester et faire découvrir lors de manifestations différents environnements de façon pratique et ludique
  • La version live USB démarre relativement vite et l’on peut travailler dès l’interface de départ à condition d’avoir les applications correspondantes accessibles.
  • Se déconnecter d’un des environnements pour passer à un autre ne ferme pas les applications déjà ouvertes
  • Je me suis énormément amusé à découvrir ou à redécouvrir tous ces environnements

Quelques regrets :

  • Une « foultitude » d’application qui se recoupent mais ne serait-ce pas positif s’il s’agit juste de tester ?
  • Réservé aux Geeks ?
  • Une interface de départ non modifiable intuitivement dans les lanceurs d’application même si j’ai rajouté un lanceur Gwibber et un lanceur Évolution.

En conclusion :

Je conserverai Hybryde en live USB puisque je me sers régulièrement de mon PC pro à titre personnel en le bootant habituellement sur une clé live USB Ubuntu et que l’ouverture est ici plus rapide donc plus pratique lorsque je suis pressé mais également pour montrer qu’il n’existe pas que Mac et Windows. Je ne tenterai pas l’installation « en dur » sur mon PC fixe car je n’en vois pas l’intérêt.

Merci à Senosen de m’avoir envoyé ce courriel me permettant de découvrir Hybryde « Nirvan O.S. »

Amusez-vous bien


UbuMonkey, jeune navigateur pour Linux

À l’heure où tout le monde ne parle plus que de Firefox 4.0, j’ai découvert en lisant un billet de Ubuntips UbuMonkey, un nouveau navigateur pour Linux.

UbuMonkey est né en Octobre 2010. Il s’agit d’un simple navigateur écrit en REALbasic conçu pour être léger et facile à utiliser. UbuMonkey a été développé pour Ubuntu mais peut fonctionner sur n’importe quelle distribution  Linux.

Ce navigateur n’est actuellement pas utilisable au quotidien puisque plusieurs fonctionnalités n’y sont pas activées et, sauf si vous êtes curieux, il n’y a à ce jour pas d’intérêt à l’utiliser. Un exemple, même si la navigation par onglet est prévue, elle n’est pas encore activée.

L’interface est fluide, pratique et s’ouvre rapidement. Le UbuMonkey Help Center proposé dans la barre de menu est plutôt sympathique puisque sous forme de vidéo.

UbuMonkey est actuellement en recherche de développeurs Java et REALbasic.

Si vous souhaitez essayer ce nouveau navigateur, sachez qu’il n’est pas présent dans les dépôts officiels Ubuntu et que vous ne devez le faire qu’en toute connaissance de cause.

Comme il n’existe malheureusement pas de PPA, vous devrez récupérer le DEB sur la page Sourceforge ou sur la page Launchpad (puisque le projet y est présent depuis le 24 mars) pour l’installer et surtout vérifier régulièrement s’il existe ou non une nouvelle version.

En attendant un navigateur plus complet, bon courage aux développeurs.

Amusez-vous bien.

Liens :

 

 

Gérez vos photos Picasa sous Ubuntu avec Picapy

Picapy est une application libre sous licence GNU GPL développée en Python permettant de gérer ses albums Picasa sans utiliser ni le navigateur, ni le logiciel Picasa proposé par Google.Picapy permet de visionner facilement albums et photos

Les photos peuvent non seulement être visualisées en cliquant sur la vignette correspondante mais également téléchargées sur votre PC.

Picapy propose un bouton permettant d’uploader ses photos sur un album déjà existant ou de créer un nouvel album.

Picapy n’est pas présent dans les dépôts officiels Ubuntu, ne suivez la procédure d’installation qu’en toute connaissance de cause.

Ouvrez un terminal et copiez la commande ci-dessous afin d’ajouter le dépôt de l’application :

sudo add-apt-repository ppa:atareao/atareao

Mettez la liste des dépôts à jour et lancez l’installation à l’aide de la commande

sudo apt-get update && sudo apt-get install picapy

Pour lancer Picapy, allez dans Applications puis Internet

Vous n’aurez plus qu’à renseigner votre identifiant et votre mot de passe Picasa.

Si vous souhaitez collaborer à Picapy pour les traductions, idées, améliorations, etc., le projet est ouvert dans Launchpad.

Amusez-vous bien.

Source : El Atareao

Blog en pause

pause

Traducteur

    Translate to:

Archives

Tout ouvrir | Tout fermer

Réseaux Sociaux

 

L’April