Mise à Niveau

Ubuntu 11.04 Natty Narwhal, positivons !

Ubuntu 11.04 days to go

Comme écrit lors de mon précédent billet, j’ai il y a quelques jours procédé à la mise à niveau de ma distribution vers la version Bêta 1 d’Ubuntu 11.04 sur mon ordinateur principal afin de tester cette nouvelle mouture de ma distribution favorite (en conditions réelles plutôt qu’au travers de VirtualBox) , notamment son nouvel environnement Unity qui commence à soulever quelques commentaires tant négatifs que positifs sur Internet.

Comme expliqué précédemment, la mise à niveau s’était bien passée mais j’ai rencontré quelques problèmes de barres de fenêtres disparues empêchant la maximisation de celles-ci lorsqu’elles étaient minimisées.

Après un peu de réflexion, il suffisait d’aller dans le gestionnaire de configuration Compizconfig…

…afin de cocher (ou re cocher) la case « Décoration de la fenêtre qui avait sans doute disparue accidentellement suite à une mauvaise manipulation.

Ce qui s’avère beaucoup plus pratique et esthétique.

Puisque tout changement est synonyme d’angoisse, je n’entrerai pas dans la polémique du « c’était mieux avant » ou du « c’est mieux maintenant » et vais tenter d’être le plus objectif possible car même si actuellement la version 11.04 permet si on le souhaite d’utiliser la version classique d’Ubuntu, il semblerait que ce choix ne soit plus proposé à partir d’Ubuntu 11.10 Oneiric Ocelot ; c’est en tout cas ce qu’a annoncé Mark Shuttleworth en expliquant qu’Ubuntu Classic appartiendrait bientôt au passé.

Quand un changement s’opère, il existe deux moyens de considérer la chose, soit de voir le verre à moité vide, soit le verre à moitié plein. Comme je suis positif par nature, je préfère traiter les points qui me semblent positifs. Cette liste n’est pas exhaustive et n’engage que moi et, comme je ne détiens pas la vérité…

Je ne parlerai pas ici des applications qui ont été remplacées par d’autre mais uniquement de l’utilisation de ce nouvel environnement.

  • Le nouveau look affirme clairement la modernité de l’outil, les détracteurs de Linux avaient pour habitude de critiquer l’apparence des précédentes versions par rapport à leur Windows 7 chéri en serons donc pour leur frais.


  • Unity permet également par l’intégration dans le tableau de bord de la barre de navigation de la fenêtre lorsque celle-ci est maximisée et grâce au masquage automatique du dock d’apprécier au mieux la taille de son écran lors de retouches photos ou de navigation sur internet par exemple.

  • Les raccourcis clavier du dock grâce à la touche [Super] ainsi que le numéro ou la lettre indiquée sur l’application correspondante se révèle pratique et agréable à l’usage puisque évitant le recours à la souris.

 

Certains ont critiqués le Centre de Contrôle Gnome pour Ubuntu permettant d’accéder aux différents réglages et paramétrages (anciens menus « Préférences » et « Administration »). Il est aujourd’hui accessible par le bouton de démarrage de votre tableau de bord.

Mais même si je suis de nature à voir plutôt ce verre à moitié plein, ne rêvons pas, nous ne sommes pas dans le monde des Bisounours. Le verre à moitié vide est bien présent et certains aspect de cette nouvelle version d’Ubuntu me posent problème. N’oublions pas que la version dont je parle est la Bêta 1, elle profitera donc peut-être d’améliorations et de nouvelles fonctionnalités d’ici la sortie de la définitive.

Mes principaux regrets sont :

  • La non possibilité de modifier/configurer le tableau de bord.
  • Quid des mes applets préférés ?
  • La disparition de mon indicateur Wifi dans le tableau de bord (j’utilise WICD en lieu et place de Network-Manager).
  • L’impossibilité d’organiser le dock à ma convenance.

Pour conclure, c’est un nouvel environnement à découvrir. Un nouvel apprentissage commence alors, restons positifs et préparons nous à des journées de recherches sur le forum Ubuntu-fr et sur les sites dédiés. Blogueurs et contributeurs vont pouvoir une fois encore s’en donner à cœur joie.

Bien évidement, n’hésitez pas à faire part de vos impression, qu’elles soient positives ou négatives (mais toujours courtoises, respectueuses et tolérantes) dans la rubrique « Commentaires » de ce billet .

Amusez-vous bien

MEA CULPA : Suite aux commentaires respectifs de Bruno et de LoossSS, on peut effectivement déplacer les icônes à sa convenance. La preuve en image :

Mise à niveau réussie vers Ubuntu 11.04 Natty Narwhal Bêta 1

C’est aujourd’hui que j’ai décidé de tenter la mise à niveau de ma Ubuntu 10.10 Maverick Merkaat vers Ubuntu 11.04 Natty Narwhal.

Attention, cette dernière mouture est actuellement en version Bêta, je déconseille fortement aux utilisateurs inexpérimentés de se lancer dans cette mise à niveau avant la sortie de le version définitive.

Pour « upgrader », il suffit d’appuyer simultanément sur les touches [Alt] et [F2] afin d’ouvrir le lanceur d’application et d’y recopier la commande suivante :

update-manager -d

qui permet d’ouvrir le gestionnaire de mises à jour avec un beau bouton « Mettre à niveau ».

Après avoir cliqué sur ce bouton, Ubuntu télécharge l’outil de mise à niveau de la distribution.

puis lance cette mise à niveau

Une fois la liste des nouveaux dépôts mise à jour, le téléchargement des nouveaux paquets peut commencer, ce qui avec mon débit « agricole » n’est pas une mince affaire. Le temps estimé chez moi est de 4 heures.

Bien évidement, c’est toujours dans ce genre de situation que la connexion internet plante et ma box a été déconnectée du réseau pendant 30 minutes. J’ai donc dû reprendre la procédure à zéro. Heureusement, les paquets déjà chargés restent en mémoire et le téléchargement reprend là où il en était.

Une fois les paquets téléchargés, l’installation peut enfin commencer. Un hoquet me prend lorsque je lis qu’il y en a pour environ quatre nouvelles heures mais le temps s’accélère et se l’affichage se stabilise rapidement sur deux heures et demi.

L’installation des mises à niveau est presque terminée, je dois renseigner la fenêtre suivante :

Je choisis de garder la version installée. Puis s’ouvre cette nouvelle fenêtre :

Je clique sur « Conserver » afin de garder mes réglages.

Enfin, après 1H20 d’installation des nouveaux paquets commence le nettoyage.

Puis la liste des paquets à supprimer.

C’est enfin le moment de vérité…

…et, avouons le, d’angoisse.

Mais la mise à niveau s’est bien passée comme le montre l’image ci-dessous.

La question est de savoir si je m’habituerai à ce nouveau bureau.

Amusez-vous bien.

 

 

Faîtes ré-apparaître l’indicateur de mise à jour dans votre tableau de bord Maverick Meerkat

Depuis mon installation d’Ubuntu Maverick Meerkat, je n’ai plus la notification des mises à jour dans le tableau de bord mais la fenêtre s’ouvre automatiquement.

Si comme moi cela vous gêne, il est très simple de modifier ce paramétrage.Appuyez simultanément sur les touches [Alt] + [F2] et entrez la commande

gconf-editor

Naviguez dans : apps > update-notifier et décochez la case « auto_launch »

La fenêtre ne s’ouvrira plus automatiquement et vous serez alertés des nouvelles mises à jour directement dans votre tableau de bord.

Amusez-vous bien

Comment mettre à jour son blog WordPress avec un minimum de risques et sans (trop de) gêne pour vos visiteurs ?

Chaque fois qu’une nouvelle mise à jour WordPress est proposée, je suis pris d’angoisses et de sueurs froides car je me demande si tout va bien se passer.

Souvent je suis passé par la réinstallation automatique qui, avouons le a rarement fonctionné du premier coup. J’ai donc réalisée manuellement les mises à jour suivantes mais à cause de mon débit rural, c’était plutôt long et mon site restait inaccessible tant que je n’avais pas fini.

Quand hier soir j’ai vu qu’une mise à jour vers la version 3.0.1, j’ai décidé de procéder de façon légèrement différente.

  • Téléchargez la nouvelle version

  • Décompressez l’archive

  • Ouvrez le dossier wordpress et supprimez le dossier WP-contents

  • Lancez votre client FTP et, à la racine de votre site, downloadez tous les fichiers ainsi que le dossier WP-contents (au cas où) et archivez les sur votre PC dans un nouveau dossier.

  • Copiez le fichier wp.config-php qui a été downloadé à l’étape précédente dans le dossier wordpress-3.0.1-fr_FR (la nouvelle version de WordPress)

  • Toujours dans ce dossier wordpress-3.0.1-fr_FR, renommez les sous dossiers wp-admin et wp-includes (par exemple en mettant « new devant ».

  • À l’aide de votre client FTP, uploadez ces deux dossiers renommés à la racine de votre site, ce qui permet tout en ayant commencé sa mise à jour de le laisser visible par vos visiteurs.
  • A partir de maintenant, votre site sera momentanément inaccessible.  mis pour très peu de temps. Vous pouvez si vous le souhaitez uploader un fichier index.html afin de faire patienter vos visiteurs (ne fonctionne que pour la page d’index) comme celui-ci par exemple :

  • Allez sur votre console d’administration WordPress afin de désactiver toutes les extensions
  • Avec votre client FTP, à la racine de votre site, renommez les dossiers wp-admin et wp-contents en mettant par exemple « old » devant puis, renommez les deux dossiers new-wp-admin et new-wp-contents précédemment uploadés en wp-admin et wp-contents

  • Uploadez tous les fichiers (pas les dossiers) du dossier de la dernière version WordPress (dans mon exemple wordpress-3.0.1-fr_FR)
  • Retournez sur votre console d’administration (vous aurez peut-être un message vous demandant de faire une mise à jour de la base de données, faites-le puis réactivez vos extensions.
  • à l’aide de votre client FTP, supprimez le fichier index.html que vous aviez créé afin de faire patienter vos visiteurs. Votre blog est à jour et n’aura été indisponible que pendant 2 à 3 minutes.
  • Dans votre navigateur internet, entrez l’adresse de votre site pour voir si tout est en place.

Amusez-vous bien

Installez Firefox 3.6.4 sur Ubuntu 10.04 Lucid Lynx (3.6.6 puis 3.6.7 depuis peu)

Comme vous le savez sans sans doute déjà, la version 3.6.4 du navigateur Firefox de Mozilla est sortie récemment.

Il s’agit en fait plus d’une mise à jour majeure évitant le gel (freeze) de votre navigateur en isolant les extensions responsables que d’une vraie nouvelle version.

Firefox 3.6.4 est déjà disponible dans le dépôt Mozilla-Security.

Voici comment l’installer dans votre distribution favorite.

Ouvrez votre console et copiez les lignes suivantes afin d’ajouter ces fameux dépôts :

sudo add-apt-repository ppa:ubuntu-mozilla-security/ppa

Mettez les à jour à l’aide de la commande suivante :

sudo apt-get update

Et lancez la mise à jour de votre système qui installera automatiquement cette dernière mouture de Firefox :

sudo apt-get upgrade

Il ne vous reste plus qu’à relancer votre navigateur

  • Ajout du 30 juin 2010 : Comme la version 3.6.4 n’aura vécue que quelques jours pour être remplacée par la 3.6.6 et ce toujours pour des mises à jour de sécurité , la manipulation indiquée ci-dessus « upgrade » automatiquement vers cette nouvelle version.
  • Ajout du 8 juillet 2010 : Idem pour 3.6.7

Amusez-vous bien

Blog en pause

pause

Traducteur

    Translate to:

Archives

Tout ouvrir | Tout fermer

Réseaux Sociaux

 

L’April