Precise Pangolin

Zorin OS 6.2 Core ou comment faciliter le passage de Windows à GNU/Linux.

Zorin OS est un fork d’Ubuntu 12.04 LTS avec un look à la Windows 7 dont l’objectif principal est de convertir des Windowsiens à GNU/Linux en utilisant l’argument de la similitude des l’interfaces afin que les nouveaux venus trouvent rapidement leurs repères et ne soient pas déconcertés par un environnement trop différent de ce qu’ils connaissent comme pourraient l’être Unity, Gnome Shell et même Windows 8.

Zorin01

Pour me rendre compte de ce qu’était Zorin OS, j’ai téléchargé l’iso afin de me créer une clé USB bootable pour tester cette distribution en Live-USB. Effectivement, l’environnement est différent de ce que je connais mais même si je n’ai jamais utilisé Windows 7, j’ai rapidement trouvé mes repères.

Le navigateur internet installé par défaut est google chrome mais, comme sur Windows, le choix d’en utilise un autre est proposé.

Zorin02

En ce qui concerne la bureautique, comme pour Ubuntu, c’est la suite Libre Office qui est installée. Pour les images,  on retrouvera shotwell pour la gestion des photos et Gimp pour les retouches. Pour modifier l’apparence, Ubuntu tweak et le gestionnaire de configuration Compiz Config sont eux aussi installés par défaut ainsi que Zorin look changer que je n’ai pu tester car fonctionnel que dans le cas d’une installation « en dur ».

Zorin03

Pour le son et la vidéo, on disposera de Rhythmbox, Totem, VLC et Openshot Video Editor. Enfin, puisque cet OS s’adresse à des « primo-accédants » arrivant de Windows, PlayOnLinux sera également installé d’origine.

J’ai trouvé l’expérience plutôt intéressante avec même en Live USB une fluidité et une légèreté d’utilisation comme le montre la vidéo ci-dessous. En revanche, je ne sais si le fait de ressembler à Windows ou non est réellement un plus pour inciter les utilisateurs à venir goûter au monde de GNU/Linux et ensuite à y rester. Quitte à changer de système, ne serait-il pas souhaitable de changer également ses habitudes ?

Si vous souhaitez essayer Zorin OS 6.2 Core, rendez-vous sur le site officiel et téléchargez l’image iso.

Zorin04

Amusez-vous bien.

Linux Lite 1.0.0 Amethyst Final Release ou comment Xubuntu fait des émules

Linux Lite est une distribution basée sur Xubuntu 12.04 LTS et son environnement de bureau XFCE. Cette première version se nomme Amethyst (améthyste) comme la pierre précieuse. Chaque nouvelle version se verra dotée du nom d’un joyau et ce dans l’ordre alphabétique. La prochaine s’appellera d’ailleurs Beryl.

Cette distribution a été créée pour 3 raisons:

  1. Démontrer à tout un chacun la facilité d’utilisation d’un système d’exploitation basé sur GNU/Linux,
  2. Dissiper le mythe de cet effrayant monde qu’est celui de GNU/Linux
  3. Participer à la promotion de cette communauté.

Comme Linux Lite utilise l’environnement XFCE, elle peut sans problème fonctionner sur d’anciennes machines :

  • Processeur 700 MHz +
  • 512 Mio de RAM +
  • 5 Go d’espace disque dur +
  • Résolution d’écran de 1024×768 VGA
  • Un lecteur de CD / DVD ou un port USB pour l’iso.

Il n’existe pas actuellement de version 64 bits mais le projet est à l’étude.

Linux Lite dispose par défaut des applications suivantes : GParted, LibreOffice Writer, LibreOffice Calc, xfburn, VLC Media Player, Firefox avec Flash, Java OpenJDK v6, VoiceMumble Chat, Thunderbird, XChat, Gimp, Leafpad, Xarchiver et permet également d’installer en accès rapide certaines applications indispensables (ou presque). Synaptic a été choisi comme gestionnaire de paquet pour installer d’autres applications.

Vous pouvez bien entendu télécharger l’image ISO de cette distribution en vous rendant sur Linux Distro Community Forums à la rubrique Linux Lite 1.0.0 Final Released.

Si comme moi vous essayez cette distribution en Live-USB, le nom d’utilisateur est « root » et il n’y a pas de mot de passe.

Amusez-vous bien

Installez le pilote Nvidia 310.14 bêta dans Ubuntu 12.10 (12.04 & Linux Mint 13)

Nvidia 310.14 est un pilote bêta récemment publié auquel a été intégré le support OpenGL 4.3. Ce pilote a également corrigé quelques bugs liés à Unity.

  • Correction de deux bugs Adobe Flash en appliquant l’extension libvdpau ca9e637c61e80145f0625a590c91429db67d0a40 à la version de libvdpau livrée avec le pilote NVIDIA.
  • Correction d’un problème affectant les performances des applications VDPAU à fenêtres mobiles avec certains gestionnaires composites.
  • Support du protocole non-officiel GLX (par exemple pour le rendu indirect GLX) avec l’extension OpenGL suivante GL_ARB_pixel_buffer_object.
  • Support de la 3D en stéréoscopie avec les GPU Quadro Kepler et ultérieurs. Pour plus de détails, veuillez consulter le descriptif de l’option de configuration « Stereo » dans le fichier LISEZMOI.
  • Support expérimental des optimisations OpenGL à threads disponibles via la variable d’environnement __GL_THREADED_OPTIMIZATIONS. Pour plus d’informations, veuillez consulter la section « Threaded Optimizations » (Optimisations à threads) dans le chapitre « Specifying OpenGL Environment Variable Settings » (Spécification des paramètres de variable d’environnement OpenGL) du fichier LISEZMOI.
  • Optimisation des performances et de la réactivité des applications fenêtrées OpenGL dans les sessions Unity.
  • Intégration du support d’OpenGL 4.3.
  • Support de la propriété d’affichage RandR « Backlight » (Rétroéclairage) pour la configuration de la luminosité sur certains panneaux internes d’ordinateurs portables.
  • Correction d’un bug qui empêchait de ré-afficher le lanceur Ubuntu Unity. https://bugs.launchpad.net/unity/+bug/1057000
  • Correction d’un bug qui entraînait nvidia-installer à écrire un fichier de log dans un répertoire non existant.
  • Correction d’un bug qui provoquait un problème de transformation d’affichage après le redimensionnement d’un écran NVIDIA X avec xserver ABI 12 version 1.12 ou plus.
  • Correction d’un bug entraînant un problème de fuite de mémoire sous GLX lors de l’activation de Xinerama.

Ce pilote est en version bêta, il n’est donc pas disponible dans les dépôts officiels d’Ubuntu. Vous ne devez donc l’installer qu’en toute connaissance de cause en ouvrant un terminal et en entrant les commandes :

sudo add-apt-repository ppa:xorg-edgers/ppa
sudo apt-get update
sudo apt-get install nvidia-current nvidia-settings

Amusez-vous bien.

Source : Up Ubuntu

Supprimez vos anciens et inutiles Noyaux Linux grâce à la logithèque Ubuntu (12.04 & 12.10)

Supprimer les précédents noyaux Linux permet d’une part d’augmenter son espace disque, d’autre part de nettoyer le Grub. Chaque fois que l’on effectue une mise à jour d’Ubuntu et qu’il y a un nouveau noyau, le précédent est conservé, ce qui peut rendre bien des services en cas de pépin sur la dernière version. Pour autant, il ne sert à rien d’en avoir trente-six, cela tient de la place pour rien et ça surcharge inutilement votre menu Grub.

En résumé, si vous avez plus de deux noyaux dans votre machine et si enlever ceux en trop en ligne de commande vous fait peur, la solution « Logithèque Ubuntu » est faite pour vous.

La première opération consiste à identifier le noyau utilisé actuellement sur la machine. Pour ce faire, ouvrez un terminal et entrez la commande :

uname -r

En ce qui me concerne, le noyau utilisé à ce jour sur mon PC est le 3.5.0.17-generic

Ouvrons maintenant la logithèque et entrons dans la barre de recherche « linux-image » afin de chercher quels sont les autres noyaux présents.

Lorsque l’on clique sur « Afficher x éléments techniques », une liste apparaît. Prenez le temps d’identifier les anciens noyaux.

Il ne reste plus qu’à les supprimer un par un en prenant garde de conserver les deux derniers.

Une fois ces anciens noyaux supprimés, nous devons mettre le Grub à jour en ouvrant un terminal et en entrant la commande :

sudo update-grub

Les anciens noyaux n’apparaîtront plus dans le menu Grub.

Amusez-vous bien.

Source : Up Ubuntu

Ubuntu + Cinnamon + Extra = Cubuntu

Quelque soit l’opinion que l’on puisse avoir sur la décision de Canonical, l’arrivée d’Unity aura permis de donner naissance à de sympathiques réalisations. En effet, après Voyager (Cocorico !), je découvre aujourd’hui Cubuntu.

Peut-on dire que Cubuntu est une distribution à part entière ? Je n’en suis pas sûr puisque Cubuntu est en fait une Ubuntu 12.04 à 100% sur laquelle ont été rajoutés plusieurs éléments :

  • En matière d’interface graphique puisque l’utilisateur peut choisir à la connexion d’utiliser soit Unity, soit Gnome soit Cinnamon,
  • En matière d’application puisque si aucune n’a été enlevée, on trouvera par défaut Chrome, Geany, Radiotray, virtualbox, skype, Vlc,  Audacity, Tweak, Filezilla, synaptic,
  • En matière de codecs (non libres) puisqu’on y trouve Mp3, Divx et Flash entre autre.

L’interface graphique Cinnamon puisque tout l’intérêt de Cubuntu réside dans l’utilisation de cette dernière est très facile à prendre en main et l’on (re)trouve facilement ses repères.

Vous pouvez télécharger Cubuntu sur le site officiel et le tester dans un premier temps en version Live-USB. Il convient de noter que l’image ISO proposée au téléchargement est régulièrement mise à jour afin de bénéficier de toutes les évolutions d’Ubuntu 12.04 LTS en temps et en heure. En ce qui me concerne, je teste Cubuntu sur la base d’Ubuntu version 12.04 LTS v15.

Vous arrivez alors sur la version Unity mais…

… comme la vie est bien faite ;), vous trouvez sur le bureau un fichier intitulé « comment-utiliser-cinnamon.txt » qu’il ne vous reste plus qu’à ouvrir.

La manipulation est extrêmement simple puisqu’il suffit de fermer sa session puis, une fois sur l’écran de connexion de cliquez sur la roue crantée se trouvant sur la droite de « ubuntu » et sélectionner Cinnamon.

Pour information, le nom d’utilisateur à entrer est « custom » et vous n’avez pas à renseigner de mot de passe. Une fois cette étape franchie, il ne vous reste plus qu’à vous familiariser avec ce nouvel environnement.

Merci à Jean-Marie, un des lecteurs de ce blog de m’avoir fait découvrir Cubuntu.

Amusez-vous bien.

 

 

Blog en pause

pause

Traducteur

    Translate to:

Archives

Tout ouvrir | Tout fermer

Réseaux Sociaux

 

L’April