Unity

Dnd2share ou comment insérer des images dans les forums grâce au dock Unity d’Ubuntu

Si vous fréquentez régulièrement les forums comme par exemple celui d’Ubuntu-fr, vous devez parfois insérer des captures d’écran dans vos posts afin d’illustrer vos propos. Pour cela, vous devez soit ouvrir un onglet supplémentaire dans votre navigateur afin d’uploader cette image sur un site dédié à cet usage, soit utiliser une extension spécifique.

Nochka85 a décidé de simplifier la vie des utilisateurs de l’environnement Unity d’Ubuntu en créant un lanceur autorisant le « Drag & Drop » ou « Glisser & Déposer » si vous préférez la langue de Molière. Il suffit alors de faire glisser l’image dans le lanceur pour qu’elle soit automatiquement uploadée vers Uppix.net et pour que le code contenant l’adresse de cette dernière soit inscrit dans le presse papier. Il ne rete plus qu’à faire un « coller » ou [Ctrl] + [V]dans son message afin qu’elle apparaisse sous forme de miniature.

Si vous souhaitez insérez directement la photo à la place de la miniature, il faut ouvrir l’application en cliquant sur le lanceur et choisir le code à insérer qui une fois validé se retrouve inscrit dans le presse papier.

À ce jour, l’outil ne conserve que la dernière image uploadée mais Nochka travaille sur la possibilité de conserver l’historique. Les mises à jour s’effectuent depuis le lanceur.

Si vous souhaitez être informé de ces dernières, suivez le fil sur le forum !

Attention, cette application ne se trouvant pas dans les dépôts officiels d’Ubuntu, ne l’installez qu’en toute connaissance de cause.

Ouvrez un terminal et entrez la commande suivante :

wget http://dl.dropbox.com/u/169600/dnd2share_unity/dnd2share_unity-install.sh && chmod u+x dnd2share_unity-install.sh && ./dnd2share_unity-install.sh

Le script va s’exécuter et installer toutes les données nécessaires dans le dossier caché .dnd2share_unity de votre home. Unity sera alors automatiquement relancé (ne soyez donc pas surpris) afin que le nouveau lanceur se retrouve dans le dock.

Enfin, afin d’illustrer le fonctionnement de Dnd2share, je vous propose cette courte vidéo.

Amusez-vous bien

 

 

Un écran de connexion LightDM animé sur Ubuntu 11.10 Oneiric Ocelot


Robert Ancell, le développeur de LightDm  s’est amusé a créer une version animée 3D de l’écran de connexion d’Ubuntu 11.10 Oneiric Ocelot à l’occasion de son discours lors du « Summit Desktop » de Berlin.

Comme  le montre la vidéo ci-dessous (désolé pour la qualité de cette dernière), il suffit de cliquer sur l’image associée à son nom d’utilisateur pour se connecter.

Afin que tout le monde puisse en profiter, The Crowd Greeter puisque ainsi il se nomme est disponible en PPA.

Bien évidement, comme il ne s’agit pas de dépôts officiels Ubuntu et qu’en plus Crowd Greeter n’est pas stable, ne l’installez que si vous savez ce que vous faites.

Pour profiter de cette animation, vous devez ouvrir un terminal et entrer la commande suivante :

sudo add-apt-repository ppa:lightdm-team/crowd-greeter && sudo apt-get update && sudo apt-get install crowd-greeter

Une fois Crowd Greeter installé, il faut aller modifier le fichier de configuration de LightDM. Pour l’ouvrir, entrer dans un terminal :

sudo gedit /etc/lightdm/lightdm.conf

Remplacez la ligne greeter-session=unity-greeter par greeter-session=crowd-greeter (elle se trouve sous [SeatDefaults])

Redémarrez votre machine.

Le code source est disponible chez Launchpad.

Amusez-vous bien.

Source : OMG Ubuntu

Utiliser Ubuntu 11.10 Oneiric Ocelot sans Unity

La polémique ne vous aura pas échappé, beaucoup d’utilisateurs d’Ubuntu s’éloignent de leurs premières amours du fait de l’arrivée d’Untity dans leur distribution préférées mais, qu’en serait-il s’ils pouvaient retrouver un environnement plus familier dans la version 11.10 Oneiric Ocelot en profitant de la version GTK3 de Gnome 3 ?

Même si Ubuntu  ne dispose dans sa nouvelle mouture de la possibilité de basculer sur le mode dit classique, il est très simple de rajouter cette fonction. Il suffit d’ouvrir un terminal et d’entrer la commande permettant d’obtenir le paquet nécessaire :

sudo apt-get install gnome-session-fallback

Une fois l’installation terminée, il ne reste plus qu’à se déconnecter de sa session Unity afin de choisir dans l’écran de connexion le gestionnaire de fenêtres approprié avant de renseigner son mot de passe. Ce choix sera alors mémorisé pour les prochaines ouvertures de session.

GNOME Classic permet alors de retrouver ses habitudes d’utilisations tant par son menu que par ses fenêtres ou par le tableau de bord du bas indiquant les applications ouvertes.

L’ajout d’applets dans le tableau de bord devient possible en utilisant la touche [Alt] simultanément avec le clic droit de la souris.

Le bouton d’extinction/réglages du système n’existe plus et les accès se font par le nom d’utilisateur.

Les utilisateurs d’Ubuntu peuvent donc, s’ils le souhaitent conserver leur distribution sans avoir à utiliser Unity.

Amusez-vous bien

 

Ubuntu 11.10 « Oneiric Ocelot » en Alpha 3 sur mon PC

À un peu moins de deux mois de la sortie officielle d’Ubuntu 11.10 « The Oneiric Ocelot » prévue pour le 13 octobre 2011, j’ai décidé pour la première fois de tester une version Alpha de ma distribution de prédilection. J’ai donc téléchargé l’iso de l’Alpha 3 afin de l’installer « en dur » sur mon PC de bureau.

Attention, n’installez cette version d’Ubuntu que si vous savez vraiment ce que vous faites puisqu’elle n’est actuellement qu’en cours de développement et que par conséquent sa stabilité est loin d’être garantie.

J’ai eu un instant de frayeur lorsque j’ai lu sur l’installateur « Bienvenue sur Ubuntu 11.04 » mais j’ai rapidement compris que les écrans repris dans ce dernier étaient ceux de la précédente version d’Ubuntu.

L’installation s’est déroulée sans difficulté particulière et j’ai redémarré ma machine sur le nouvel écran de connexion (LightDM à la place de GDM).

Une fois connecté, je suis arrivé sur un bureau avec un dock légèrement différent de de celui de Natty Narwhal puisque avec une icône Ubuntu servant à lancer le dash à la place du logo que l’on trouvait à gauche dans le tableau de bord. Les « Lenses » permettant d’accéder aux applications et aux fichiers ont disparu pour se retrouver dans le nouveau Dash transparent avec effet de flou sur les fenêtres ouvertes. Ce dash propose désormais quatre boutons.

  • Le premier propose un accès rapide à Internet, aux courriels, aux photos et à la musique. permettant de naviguer

  • Le deuxième donne accès aux applications installées ou disponibles dans la logithèque

  •  Le troisième correspond à la bibliothèque musicale

  • Le quatrième et dernier, quant à lui est consacré aux dossiers et documents.

Du coup, avec cette disparition du logo Ubuntu du tableau de bord, les boutons de la fenêtre activée en plein écran se retrouvent complètement à gauche du tableau de bord, notamment celui de fermeture et je clique souvent dessus par inadvertance pour « appeler » le dash; sans doute une mauvaise habitude  qui disparaitra à l’usage. Les boutons « Minimize » et « Maximize » sont quant à eux assez peu visibles.

Je ne reviendrais pas sur le fait que Thunderbird remplace Évolution comme client de messagerie puisque beaucoup de blogueurs ont déjà abordé ce sujet. D’ailleurs, la rubrique « Changements prévus » est disponible sur la documentation Ubuntu-fr. Je préfère donc me consacrer à l’ergonomie et à l’utilisation.

La présentation de Nautilus a elle aussi été revue et est plutôt agréable à regarder.

Le raccourci [Alt] + [Tab] a également été lui aussi revu de façon sympathique

Le Centre de contrôle est devenu « Paramètres système » et s’est réduit au minimum syndical et les personnalisations autres que la modification du fond d’écran y sont cruellement absentes.

Il est comme dans Natty Narwhal accessible depuis le bouton d’extinction…

…d’où la possibilité « Redémarrer » à disparue. Elle est heureusement proposée dès lors que l’on clique sur éteindre.

En ce qui me concerne, je n’irai pas plus loin que le changement du fond d’écran, la réduction et la réorganisation du dock et l’ajout des quelques applications qui me sont indispensables.

N’utilisant cette version que depuis ce matin, je n’ai actuellement rencontré aucun bug, ni freeze mais je n’ai pas eu le temps de tester énormément d’applications. J’ai désormais Ubuntu 11.10 Oneiric Ocelot installé sur mon PC principal, j’aurais donc tout le loisir de me rendre compte assez rapidement ce qu’il en est.

Amusez-vous bien.

Hybryde EldoradOS, ou comment essayer KDE, Gnome 3, Unity 2D, Gnome Panel, Xfce, E17, Lxde, OpenBox et Fleex

Je m’étais dit que je testerai cette dernière version d’Hybryde après mes vacances mais le destin en a décidé autrement. En effet, la clé USB bootable Ubuntu que j’utilise en vacances m’a lamentablement lâché et, comme fort heureusement j’avais installé Hybryde EldoradOS sur une autre, je n’ai pas eu d’autre choix que de l’utiliser pour me connecter et sincèrement, je ne l’ai pas regretté.

Pourquoi avais-je installé Hybryde sur une clé ? Revenons quelques jours en arrière. Avec l’arrivée d’Unity dans Ubuntu 11.04 Natty Narwhal, j’avais, courant juin écrit un courriel à Olivier, un des développeurs d’Hybryde afin qu’il me donne des nouvelles de la future version de cette OS atypique. Il faut dire que j’avais craqué sur la précédente, NirvanOS. La réponse d’Olivier ne tarda pas, elle arriva début juillet mais elle me laissa sur ma faim puisque l’intégration d’Unity 2D semblait poser quelques problèmes majeurs dont l’impossibilité de quitter la session dans la version « live » et la non conservation des lanceurs dans le dock. De plus, Babdu89 devait encore s’assurer du bon fonctionnement de Clean-Ubiquity qui gère la sauvegarde automatique du MBR lors de l’installation d’Ubuntu, ce qui se révèle indispensable dans le cas d’une installation en dual-boot avec Windows ou MacOS. Le chantier était donc loin d’être achevé. Ce n’est que fin juillet qu’Olivier m’avertit de la disponibilité d’EldoradOS que je m’empressai alors de télécharger en n’imaginant pas avoir le temps de l’essayer pendant mes vacances. Les quelques bugs restant sont désormais minimisés grâce à l’investissement de Nicos, Babdu89, Yannubuntu, Multiuser, l’équipe S3B et bien sûr Olivier sans oublier le travail de la Team Clean-Ubiquity.

Hybryde dispose donc à présent de trois nouveaux environnements :

  • Gnome 3

  •  Unity 2D

  • Fleex

Hybryde EldoradOS permet de découvrir et d’essayer différents environnements mais  utilise également des scripts de développeurs amateurs tel que Clean-Ubiquity, Hy-install et Fleex. Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, le site d’Hybryde a également été revu et corrigé puisque maintenant sans Flash, ni copyright. En bref : que du bonheur !
C’est donc sur EldoradOS en version Live-USB que j’écris ce billet. L’OS est stable, ne rame pas, ne plante pas et, si j’avais un seul reproche à émettre, ce serait d’avoir été obligé de modifier le clavier en « AZERTY » et d’installer la langue Française. J’imagine que la prochaine version sera d’emblée proposée pour un usage Francophone.

Pour conclure, installer Hybryde sur une clé bootable permettra au plus grand nombre non seulement de tester ces différents environnements mais également de les faire découvrir à tous ceux qui hésitent à faire le pas vers Linux et qui ne savent s’ils doivent s’orienter vers KDE, Gnome 3, Unity 2D, Gnome Panel, Xfce, E17, Lxde, OpenBox ou Fleex. Je tiens donc à remercier tous ces développeurs de l’ombre qui par cet énorme travail ont permis à Hybryde de voir le jour et de continuer à s’améliorer. N’hésitez pas non plus ni à laisser quelques messages d’encouragement à leur attention dans les commentaires, ni à leur consacrer un billet sur votre propre blog.

Amusez-vous bien.

 Téléchargement d’Hybryde

Blog en pause

pause

Traducteur

    Translate to:

Archives

Tout ouvrir | Tout fermer

Réseaux Sociaux

 

L’April