Windows

  • Page 1 sur 3
  • 1
  • 2
  • 3
  • >

Zorin OS 6.2 Core ou comment faciliter le passage de Windows à GNU/Linux.

Zorin OS est un fork d’Ubuntu 12.04 LTS avec un look à la Windows 7 dont l’objectif principal est de convertir des Windowsiens à GNU/Linux en utilisant l’argument de la similitude des l’interfaces afin que les nouveaux venus trouvent rapidement leurs repères et ne soient pas déconcertés par un environnement trop différent de ce qu’ils connaissent comme pourraient l’être Unity, Gnome Shell et même Windows 8.

Zorin01

Pour me rendre compte de ce qu’était Zorin OS, j’ai téléchargé l’iso afin de me créer une clé USB bootable pour tester cette distribution en Live-USB. Effectivement, l’environnement est différent de ce que je connais mais même si je n’ai jamais utilisé Windows 7, j’ai rapidement trouvé mes repères.

Le navigateur internet installé par défaut est google chrome mais, comme sur Windows, le choix d’en utilise un autre est proposé.

Zorin02

En ce qui concerne la bureautique, comme pour Ubuntu, c’est la suite Libre Office qui est installée. Pour les images,  on retrouvera shotwell pour la gestion des photos et Gimp pour les retouches. Pour modifier l’apparence, Ubuntu tweak et le gestionnaire de configuration Compiz Config sont eux aussi installés par défaut ainsi que Zorin look changer que je n’ai pu tester car fonctionnel que dans le cas d’une installation « en dur ».

Zorin03

Pour le son et la vidéo, on disposera de Rhythmbox, Totem, VLC et Openshot Video Editor. Enfin, puisque cet OS s’adresse à des « primo-accédants » arrivant de Windows, PlayOnLinux sera également installé d’origine.

J’ai trouvé l’expérience plutôt intéressante avec même en Live USB une fluidité et une légèreté d’utilisation comme le montre la vidéo ci-dessous. En revanche, je ne sais si le fait de ressembler à Windows ou non est réellement un plus pour inciter les utilisateurs à venir goûter au monde de GNU/Linux et ensuite à y rester. Quitte à changer de système, ne serait-il pas souhaitable de changer également ses habitudes ?

Si vous souhaitez essayer Zorin OS 6.2 Core, rendez-vous sur le site officiel et téléchargez l’image iso.

Zorin04

Amusez-vous bien.

Me and my Shadow, un jeu libre pour BSD, Linux, Mac et Windows

Me and My Shadow (mon ombre et moi) est un jeu Open Source dont le but est de trouver comment atteindre la sortie à l’aide de son ombre. Le joueur doit exécuter et enregistrer un mouvement afin que son ombre le reproduise.

Il devra sauter par dessus les blocs, en déplacer certains et prendre appui sur son ombre pour atteindre son objectif. Le jeu est livré avec 40 niveaux différents mais le joueur à la possibilité d’en créer de nouveaux à l’aide de l’éditeur de plans.

Ce jeu est disponible pour Windows, Mac OS X, Ubuntu, openSUSE, Arch Linux, Gentoo, AmigaOS 3.x, FreeBSD, Nokia N900 / Maemo 5 et Pandora.

Me and MyShadow n’étant pas dans les dépôts officiels d’Ubuntu, vous ne devez l’installer qu’en toute connaissance de cause en ouvrant un terminal et en entrant la commande pour Ubuntu 12.10 Quantal Quetzal :
sudo add-apt-repository ppa:upubuntu-com/games

ou pour les versions plus anciennes

sudo add-apt-repository ppa:odamite/meandmyshadow-stable

puis, quelque soit la version de votre Ubuntu:

sudo apt-get update

et enfin:

sudo apt-get install meandmyshadow

Vous pouvez lancez Me and my shadow depuis votre dash.

Pour les autres environnements, rendez-vous à la page Download du site officiel de l’application.

Le jeu est disponible dans plusieurs langues mais pas encore en Français. Heureusement, comme le montre la vidéo ci-dessous, il est relativement intuitif.

 

De plus, il existe même un mode de jeu « Tutorial » pour les débutants avec les indications à suivre alors…

Amusez-vous bien.

Source : Up Ubuntu

Du fromage pour les souris et du poisson pour les manchots dans le labyrinthe CuteMaze

Les jeux en 2D peuvent ils encore être amusants ? CuteMaze nous démontre que oui en nous proposant de diriger une souris à la recherche de son fromage…

ou un manchot de ses poissons dans des labyrinthes générés aléatoirement. Vous pouvez même si vous le souhaitez créer votre propre thème (voir  la page officielle de l’application)

Le temps écoulé, le nombre de pas effectués ainsi que le nombre de cibles atteintes est affiché à l’écran.

Les déplacements se font à l’aide des flèches du clavier et vous avez la possibilité de « dézoomer » pour vous repérer ou de cliquer sur « hint » pour savoir quelle direction prendre.

Lorsque la mission est réalisée, vous pouvez enregistrer votre score. Vous apercevez  l’intégralité du labyrinthe ainsi que tout le chemin que vous avez parcouru.

Vous pouvez également choisir le type de labyrinthe, la taille de celui-ci ainsi que le nombre de fromages/poissons à chercher.

En conclusion: un jeu simple, des graphismes simples mais un bon moment de détente.

CuteMaze est un jeu sous licence GPLv3 disponible tant pour Linux que pour Widows et Mac.

Si vous souhaitez installer CuteMaze dans votre Ubuntu, vous devez savoir que ce jeu n’est pas disponible dans les dépôts officiels. Vous ne devez donc le faire qu’en toute connaissance de cause.

Pour entrer l’adresse des dépôts, ouvrez un terminal et copiez la commande

sudo add-apt-repository ppa:gottcode/gcppa

Mettez à jour la liste de vos dépôts avec la commande

sudo apt-get update

Lancez l’installation en entrant dans votre terminal

sudo apt-get install cutemaze

Une fois l’installation terminée, ouvrez votre dash et tapez « cute »

Pour installer CuteMaze sur d’autres distributions Linux, sur Windows et Mac, rendez-vous sur la page officielle de l’application.

Amusez-vous bien.

Source: iloveubuntu

 

Au Portugal, la crise financière profite au logiciel libre dans les établissements scolaires

D’après le journal Publico, le Ministère de l’Éducation et des Sciences du Portugal (MEC) a décidé de ne plus consacrer d’importantes sommes d’argent pour les logiciels Microsoft dans les écoles.

En effet, dans le cadre des mesures d’austérité, le gouvernement ne souhaite pas renouveler les licences d’utilisation de logiciels  Microsoft des 50 000 ordinateurs distribués entre 2004 et 2007. Les établissements scolaires conserveront leurs vieux ordinateurs afin d’y installer des distributions GNU/Linux. Cette mesure ne devrait pas toucher les PC distribués en 2009 au titre du plan technologique pour l’éducation car ces derniers bénéficient d’une licence définitive et non de licences par abonnement, contrairement aux 31 558 ordinateurs portables et 19 358 ordinateurs de bureau concernés.

«Un grand nombre de ces équipements, compte tenu de leur âge, ne sont pas en bon état et ne supportent pas les dernières versions des produits Microsoft», indique la circulaire publiée par le MEC.

Si José Eduardo Lemos de  Association des cadres scolaires, comme Adalmiro Fonseca, de l’Association nationale du groupement des directeurs des écoles publiques  admettent que de nombreux ordinateurs ne sont plus en activité, ils minimisent le besoin de migrer vers un logiciel libre. « Chaque situation doit être analysée au cas par cas. Pour certains postes il sera intéressant de payer la licence, pour les autres il sera préférable d’adopter Linux, ce qui permettra effectivement de diminuer les coûts» (1,16 millions d’euros en 2010), admet José Eduardo Lemos, dont l’école secondaire Eça de Queirós, à Póvoa de Varzim, est équipée de 300 ordinateurs, dont «seulement 20 à 30 sont antérieurs à 2009. »

Adalmiro Fonseca, même s’il convient que la situation n’affectera pas le fonctionnement des écoles et qu’il a bien compris que d’après ses collègues « l’utilisation du logiciel libre est l’avenir » soutient qu’il aurait été préférable d’avoir plus de temps pour effectuer cette transition vers Linux, mais s’il est toutefois convaincu que « le processus ne sera pas dramatique. »

Ces licences Microsoft ayant expiré le 30 septembre 2011, le MEC préconise de ne les renouveler « que pour les serveurs en bon état de fonctionnement et pour lesquels la migration vers des systèmes Linux n’est pas possible ». Le ministère précise également que même dans ce cas de figure, il ne sera pas capable d’assumer une telle dépense.

Le Portugal étant à court d’argent, il doit effectivement réduire ses budgets et abandonner le paiement des licences Microsoft notamment sur des machines vétustes ne répondant plus aux exigences de fonctionnement des logiciels de la firme de Redmond, ce qui peut être une solution dont devraient s’inspirer beaucoup d’autres états membres de l’Union Européenne.

OpenSourceSoft, une logithèque pour faire connaître le monde du logiciel libre aux utilisateurs Mac et Windows

Une fois n’est pas coutume, ce billet ne traitera ni de Linux en général, ni d’Ubuntu en particulier. Il s’adresse en fait aux utilisateurs de Mac et de Windows désireux de connaître le monde du logiciel libre.

Je vais donc vous parler d’OSS. Il ne s’agit pas bien entendu du fameux espion français incarné à l’écran par Jean Dujardin mais d’OpenSourceSoft, une logithèque qui :

  • a pour but de combler la difficulté d’informations sur le logiciel libre sous Windows et MAC,
  • souhaite le promouvoir en simplifiant son installation et en rendant la recherche de logiciels satisfaisant simple et rapide,
  • souhaite être dans une éthique libre (un fonctionnement comme un wiki, que tout le monde peux enrichir, combler, mettre à jour…)
  • a besoin d’évoluer,
  • a besoin d’un petit coup de pouce pour son lancement.

Il ne s’agit pas de lancer une collecte de fond mais plutôt un appel aux gens de bonne volonté pouvant donner un peu de leur temps, de leur savoir, de leur connaissances…

En effet, même si le projet est déjà en place, beaucoup de choses doivent encore être améliorées, corrigées:

  • Design fait par un accro à la console
  • Fiches faites « à l’arrache » pour combler les espaces vides
  • Failles de sécurité
  • Un JavaScript non présent
  • Des fonctions manquantes…

C’est pour toutes ces raisons qu’OpenSourceSoft recherche:

  • Des rédacteur de fiches
  • Des traducteurs pour proposer ce site dans différentes langues
  • Des designer pour créer une identité visuelle propre au site
  • Des dessinateurs pour donner envie aux visiteurs
  • Des rapporteurs pour faire remonter les bugs et les fonctionnalités manquantes
  • Des développeurs PHP pour mettre en place ces fonctionnalités et corriger ces bugs
  • Des correcteur pour vérifier que le site n’est pas rempli de fautes
  • Des développeurs de logiciels (pour créer un logiciel multi-plateformes proche de la logithèque Ubuntu)
  • Des développeurs JavaScript pour rendre ce site vivant

Comme vous pouvez le constater, il y a de la place pour tout le monde. Si vous souhaitez intégrer l’équipe d’OSS, vous pouvez les contacter de la manière suivante :

  • Par mail à admin[at]osp.leobaillard.org
  • Sur Diaspora* via le tag #OpenSourceSoft
  • Sur Twitter via OSProj
  • Par IRC sur #opensourceproject sur Freenode
  • Sur le forum http://opensourcehelp.fr.nf/
  • Sur la plateforme de développement TeamBox (Inscrivez-vous, puis envoyez votre pseudo par mail, nous vous ajouterons au projet)
  • Sur 99translations pour les traducteurs
  • Sur le site pour les rédacteurs (La partie d’administration est disponible via le konami code comme expliqué sur la page d’aide)

Je souhaite donc bonne chance et longue vie à OpenSourceSoft.

 

  • Page 1 sur 3
  • 1
  • 2
  • 3
  • >

Blog en pause

pause

Traducteur

    Translate to:

Archives

Tout ouvrir | Tout fermer

Réseaux Sociaux

 

L’April